Arte Magazine n°2015-46 7 nov 2015
Arte Magazine n°2015-46 7 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-46 de 7 nov 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Paris-Berlin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Superstock/Rue des Archives 401E.1936 tre JZOOLZI.ier « lb\417. " documentaire Le plein de super Des comics au cinéma en passant par le feuilleton radio, Clark Kent, alias Superman, incarne depuis plus de soixante-dix ans les valeurs de la justice et de l’Amérique. ARTE rend hommage au père de tous les super-héros. C’est un oiseau ? C’est un avion ? Non, c’est le premier des super-héros, déterminant dans l’imaginaire collectif américain. Créé alors que le pays s’embourbe dans la crise, le personnage de Superman naît dans les esprits de Jerry Siegel et Joe Schuster, deux amis de lycée. La première évocation du super-héros, dans un fanzine de 1933, est à l’opposé de celui qu’on connaît aujourd’hui  : un homme sans le sou, transformé en criminel de grande envergure après avoir été le 6 N°46 – semaine du 7 au 13 novembre 2015 – ARTE Magazine d Dimanche 8 novembre à 23.00 L’incroyable histoire de Superman Lire page 15 cobaye d’une expérience scientifique ! Il faut attendre 1938 pour que la cape, le collant et l’inoubliable slip fassent la couverture du premier numéro d’Action comics, magazine dont Superman sera le porte-étendard. Le succès est immédiat, le public s’identifiant au triomphe de cet immigrant invincible, forcé de composer avec un monde qui n’est pas le sien. Superman va faire écho aux grands événements de l’histoire nationale, tour à tour défenseur des causes sociales lors de la Grande Dépression, champion antinazi auréolé d’une juste victoire, triomphant de deux bombes atomiques (!) ou travaillant en étroite collaboration avec le président Kennedy, dans un hommage rendu après l’assassinat de ce dernier. Mais l’avènement de la contre-culture marque pour le héraut de la suprématie américaine le début d’une longue traversée du désert, qui le verra, entre autres, tourné en ridicule lors d’émissions satiriques. En 1993, Superman est tué dans les pages de DC Comics – l’éditeur original a changé de nomentre-temps –, un coup de com’qui ranime l’engouement des fans. Mais il faut attendre 2001 pour que le super-héros renaisse véritablement de ses cendres  : diffusée un mois après l’attaque du 11-Septembre, la série Smallville, centrée sur sa jeunesse, est plébiscitée par un pays traumatisé. Héritage L’homme d’acier est aussi le premier d’une longue série de super-héros créés par DC Comics, qui portent en eux son ADN. Wonder Woman, Aquaman, Green Lantern ou Green Arrow mettent comme lui leurs super-pouvoirs au service du bien. D’autres membres de l’écurie DC, comme le sombre et violent Batman, sont bâtis à l’opposé du gentil Superman. Cette dualité suscite désormais d’interminables débats sur la Toile. En cas de combat, qui l’emporterait ? Warner Bros., bien sûr. Propriétaire de DC Comics et de ses super-créatures, la firme fera s’affronter les deux justiciers dans un film prévu pour mars 2016, Batman v Superman  : l’aube de la justice. Les paris sont ouverts. François Pieretti
Collection documentaire «La littérature redéfinit territoires et identités» Pour «L’Europe des écrivains», le réalisateur David Teboul propose un parcours dans la littérature française d’aujourd’hui en rencontrant trois auteurs majeurs  : Christine Angot, Jean- Christophe Bailly et Marie Darrieussecq. Entretien. Qu’est-ce qui a motivé votre envie de participer à cette collection ? David Teboul  : Je voulais montrer comment un pays provoque l’écriture, mais aussi de quelle manière la littérature redéfinit territoires et identités  : identités sociales, sexuelles, linguistiques, quête de soi, élargissement des frontières de l’intime, déplacements et dépaysements, etc. L’appartenance à un pays, à une région, à un milieu social, à une langue est questionnée et peut être déjouée dans l’écriture, qui s’approprie parfois d’autres identités et d’autres univers. À travers ces entretiens, l’idée était aussi de faire émerger la singularité du regard que les écrivains portent sur le monde contemporain. Xavier LAMBOURS/SIGNATURES Comment les avez-vous choisis ? J’ai souhaité m’entretenir avec Jean-Christophe Bailly qui, à la façon du promeneur solitaire, propose une lecture politique, poétique et géographique dans son livre Le dépaysement – Voyages en France. Il donne à voir l’identité mouvante et composite de l’Hexagone à travers ses paysages, notamment ceux de la région lyonnaise et du Rhône, qu’il affectionne. N°46 – semaine du 7 au 13 novembre 2015 – ARTE Magazine Mercredi 11 novembre à 22.30 L’Europe des écrivains Lire page 21 Avec Christine Angot, je voulais refaire le chemin de la construction de soi dans l’écriture, depuis Châteauroux et la maison natale, et aborder les questions de distinction sociale, de sentiment de classe et de judéité. Chez Marie Darrieussecq, mon souhait était d’interroger ce rapport très particulier au paysage de l’enfance qu’est le Pays basque, là où passe une frontière invisible. Dans sa maison de famille, près de l’océan Atlantique, nous parlons de l’identité, des fantômes, et évoquons le souvenir de son frère, mort trois jours après sa naissance, qui hante son écriture. En contrepoint, à travers des archives, les écrivains Patrick Modiano, Pierre Guyotat et Pascal Quignard mettent en perspective les questions abordées lors des entretiens. Avez-vous été plus particulièrement marqué par une rencontre ? Christine Angot m’a beaucoup frappé. C’est une auteure importante, qui ne rechigne pas à aborder le conflit et la violence. C’était très émouvant de se rendre avec elle dans la maison et le jardin de son enfance, où elle n’était jamais revenue. Je l’ai aussi filmée dans la ZUP où elle a dû emménager à l’âge de 7 ans. C’était un moment très fort, très difficile pour elle. Elle s’est sentie mal, comme quarante ans auparavant, lorsqu’elle avait dû y vivre. Propos recueillis par Laure Naimski les films d’ici LES FILMS D'ICI 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :