Arte Magazine n°2015-44 24 oct 2015
Arte Magazine n°2015-44 24 oct 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-44 de 24 oct 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : au service de la France.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
UFO Distribution @ UFO DISTRIBUTION Mercredi 28 octobre à 20.55 2 automnes 3 hivers Lire pages 20-21 Cinéma Vincent Macaigne L’idole des jeunes à l’affiche des Deux amis * de Louis Garrel, il prête sa gestuelle maladroite et sa voix cassée à un jeune cinéma en quête de liberté. Portrait d’un travailleur acharné qui continue d’explorer les limites de son art, à l’écran comme à la scène. 6 N°44 – semaine du 24 au 30 octobre 2015 – ARTE Magazine Cycle jeune cinéma français 2 automnes 3 hivers de Sébastien Betbeder, le 28 octobre à 20.55 La bataille de Solférino de Justine Triet, le 4 novembre à 20.55 Tirez la langue mademoiselle d’Axelle Ropert, le 11 novembre à 20.55 Wrong de Quentin Dupieux, le 11 novembre à 23.25 Si Vincent Macaigne s’était déjà fait remarquer au cinéma dans quelques courts métrages, et au théâtre par ses mises en scène iconoclastes de Hamlet et de L’idiot, c’est à l’occasion du Festival de Cannes 2013 qu’il est devenu un petit phénomène. Cette année-là, le jeune cinéma d’auteur français a pris le visage de ce trentenaire échevelé, aux airs de monsieur-tout-le-monde vaguement ahuri, qu’on découvrait à l’affiche de trois films  : La bataille de Solférino, La fille du 14 juillet et 2 automnes 3 hivers. De manière frappante, l’acteur apparaissait comme un trait d’union entre plusieurs réalisateurs qui, sans se définir comme «mouvement», partageaient un même désir de faire des films en marge des conventions du moment. Le goût de l’instabilité Jeunesse, énergie, liberté  : ces idées sont donc venues s’incarner dans la personnalité singulière de Vincent Macaigne, bientôt qualifié de «nouveau Depardieu» – facilité journalistique sans doute, tant les deux hommes n’ont pas grand-chose en commun ! Car si l’énergie de Depardieu s’est toujours exprimée comme un bloc, celle de Macaigne se déploie dans de multiples directions. Il y a l’amoureux fragile et attachant qui trimballe sa solitude dans les films de Guillaume Brac (Un monde sans femmes, Tonnerre) ; le loser névrosé, parfois hystérique (La bataille de Solférino, Une histoire américaine) ; le metteur en scène provocateur qui malmène les classiques (jusqu’au Dom Juan à venir sur ARTE, avec la troupe de la Comédie-Française). Il y a l’auteur d’un moyen métrage âpre, unique en son genre (Ce qu’il restera de nous) ; et le travailleur, exigeant, prolifique, qui permet à tous les autres d’exister. Faire les choses sans les théoriser, privilégier la spontanéité du geste, puiser ses forces dans le travail collectif, voilà les maîtres mots d’une carrière qui fuit par-dessus tout la stabilité. Vincent Macaigne a récemment retrouvé son ami Antonin Peretjatko pour le tournage de La loi de la jungle, épopée romantico-loufoque d’un agent administratif en Guyane. On le verra cette année dans deux films plus classiques, Agnus Dei d’Anne Fontaine et Des nouvelles de la planète Mars de Dominik Moll, en attendant la sortie de son premier long métrage de cinéma, dont il tient le sujet encore secret. Jonathan Lennuyeux-Comnène * Une coproduction ARTE France Cinéma, en salles depuis le 23 septembre
Mardi 27 octobre à 20.55 ADOPTION, LE chOIX des naTIONS Lire pages 18-19 documentaire Le casse-tête de l’adoption à l’étranger Étroitement liée aux soubresauts du monde et mieux encadrée que par le passé, l’adoption internationale se fait désormais au compte-gouttes. Entretien avec la réalisatrice Anne Georget, auteure d’un film éclairant sur le sujet. Pourquoi vous êtes-vous intéressée à la géopolitique de l’adoption internationale ? Anne Georget  : D’habitude, on aborde ce sujet par le biais des parents, de leur attente de l’agrément, de ce processus douloureux. J’ai voulu montrer un autre aspect de la question  : l’adoption fait partie intégrante d’une politique internationale. Durant le tournage, qui s’est étalé sur un an et demi, j’ai observé à quel point la marche du monde influait sur elle. Les choses bougeaient à mesure que les conflits éclataient, qu’on votait des lois dans tel ou tel pays. Votre documentaire montre qu’il devient difficile d’adopter à l’étranger. Comment la situation évoluera-t-elle ? On ne reviendra pas aux chiffres élevés des années 1980, ce qui est préférable. La convention de La Haye a mis un frein aux dérives de cette époque, qui, bien sûr, ne concernaient pas l’ensemble des procédures. L’adoption est un concept occidental, difficile à comprendre dans certaines sociétés. Dans de nombreux pays, il est courant de confier ses enfants à des parents éloignés ou à des voisins. Mais il s’agit toujours d’une solution provisoire. Certains intermédiaires mal intentionnés ont joué de cette ambiguïté. N°44 – semaine du 24 au 30 octobre 2015 – ARTE Magazine De plus, la convention de La Haye préconise de donner la priorité à l’adoption nationale. Les départs à l’étranger ne s’effectuent qu’en dernier recours. Dans les pays où émerge une classe moyenne, leur nombre se réduit. Il faut s’en réjouir car cela signifie que leur niveau de vie progresse. Le risque de cette période transitoire c’est que, du fait du blocage de certaines procédures, de nombreux enfants croupissent dans des orphelinats, ce qui serait la pire des solutions. Comment les familles occidentales vivent-elles ces obstacles ? La filiation n’est pas simple à établir en général. Les familles doivent maintenant aussi se demander si elles seront capables de gérer un enfant malade ou qui arrive déjà grand, porteur d’une histoire souvent douloureuse, car, aujourd’hui, les bébés en bonne santé sont adoptés en priorité dans leur pays d’origine. L’allongement des délais ajoute à cette complexité. Comment savoir dans quel état sera son couple dans neuf ans, un délai courant pour adopter en Chine ? Cela rend d’autant plus important le travail de préparation des agences qui accompagnent les familles durant ce parcours éprouvant. Propos recueillis par Noémi Constans quark productions QUARK PRODUCTIONS 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :