Arte Magazine n°2015-40 26 sep 2015
Arte Magazine n°2015-40 26 sep 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-40 de 26 sep 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : démons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Programmation spéciale Caroline de Maigret la frange d’en haut Portrait de la comtesse neuilléenne aux multiples facettes  : mannequin, productrice de musique et croqueuse de tendances. Les 26 et 27 septembre, elle présentera la programmation spéciale mode d’ARTE, à l’occasion de la Fashion Week parisienne. Fashion week-end Samedi 26 septembre Le testament d’Alexander McQueen à 22.10 Nous sommes fashion ! à 23.05 Tracks à 0.00 Au cœur de la nuit – Conchita Wurst & Jean Paul Gaultier à 0.45 Dimanche 27 septembre Anna Piaggi – Reine de l’excentricité à 12.05 Personne ne bouge ! – Spécial mode italienne à 17.00 American gigolo à 20.45 Made in Italy (1951-2014) à 22.40 Et Schiaparelli créa la mode à 23.35 Lire pages 11-15 Découvrez la mode du futur en avant-première avec Fashioniscope – Le futur sans fashion faux pas (à partir du 21 septembre) et apprenez à avoir du style avec Jan Fabre et Jean Paul Gaultier (Stylish, à partir du 17 septembre). Tout l’intéresse  : la mode, la musique, les tics et caprices de la Parisienne, à condition que cela échappe au schéma qui semblait tout tracé pour elle à sa naissance. Fille de l’ancien viceprésident du Conseil de Paris Bertrand de Maigret et de la nageuse Isabelle Poniatowski, petite-fille de l’ancien ministre giscardien Michel Poniatowski, Caroline de Maigret avait toutes les cartes en main pour devenir avocate, politicienne ou sportive de haut niveau. Mais elle a préféré aller voir comment l’herbe poussait ailleurs. Après des études de lettres à la Sorbonne, ses longues jambes lui donnent envie de devenir mannequin. Repérée par une agence, elle détonne avec son physique atypique. «Je sais que j’ai une gueule pas facile et un peu too much, grande bouche, grand nez, grandes dents, a-t-elle avoué au Figaro Madame. Une de mes ancêtres était amérindienne, iroquoise... J’ai vécu quelques années avec un garçon qui m’appelait ‘Ma beauté en danger’. Il me disait  : ‘À un millimètre près, toi, c’était foutu !’Je trouvais ça très poétique...» Caroline de Maigret s’envole pour New York où Mario Testino et Peter Lindbergh la photographient pour Glamour et 6 N°40 – semaine du 26 septembre au 2 octobre 2015 – ARTE Magazine Vogue quand elle ne défile pas pour Dior ou Chanel. Mais déjà, la comtesse a la tête ailleurs  : elle veut créer un label de musique. Son nouveau compagnon aux cheveux ébouriffés, Yarol Poupaud, a une tête de moins qu’elle et dix ans de plus. Adoubée par Lagerfeld La femme à particule et le guitariste électrifié réinventent le modèle de Jane et Serge. Ensemble, ils découvrent la scène française des baby rockers, révèlent les BB Brunes, et ont un enfant, Anton, en hommage à Tchekhov. Puis, à un âge où l’on quitte généralement la scène, Caroline de Maigret décide de renouer avec la mode. Avec succès  : sa frange seventies est adoubée par KarlLagerfeld, qui l’appelle pour défiler, puis elle devient la nouvelle égérie Lancôme. Mais il manque encore un chapitre à écrire. Avec trois copines trentenaires, elle dresse un portrait-robot de la Parisienne dans le livre How to be Parisian wherever you are. Ça parle d’une fille qui n’existe qu’en rêve. Ou alors dans certains quartiers de Paris. Le Times s’en est régalé, et l’Amérique l’a dévoré. Ludovic Perrin
Mardi 29 septembre à 20.55 Terres nucléaires Une histoire du plutonium Lire pages 18-19 documentaire Le plutonium «une matière diabolique» Malgré sa dangerosité extrême, le plutonium continue d’être utilisé et recyclé pour la production d’énergie. Retour sur la naissance d’une technologie hautement radioactive avec le réalisateur de Terres nucléaires – Une histoire du plutonium, Kenichi Watanabe. Pourquoi vous êtes-vous intéressé à l’histoire du plutonium ? Kenichi Watanabe  : Je voulais faire de la géopolitique en partant de la question du nucléaire. Je me suis concentré sur le plutonium, de sa mise au point pendant la Seconde Guerre mondiale aux États-Unis pour la création des bombes atomiques jusqu’à son utilisation dans la production d’énergie. C’était aussi une manière d’alerter l’opinion sur son utilisation et son recyclage. Comment définiriez-vous le plutonium ? C’est une matière diabolique, du fait de son extrême dangerosité. Selon moi, plus généralement, il y a urgence à reconnaître que le «recyclage» du combustible nucléaire [les matériaux utilisés pour la production d’énergie nucléaire, comme l’uranium et le plutonium, NDLR] est une technologie du passé et un système absurde qu’il faut combattre. Pour quelles raisons ? Le retraitement du combustible nucléaire nécessite de nombreuses procédures  : stockage dans des piscines de refroidissement, déplacement vers des usines de retraitement, comme celle de La Hague... Le recyclage produit en outre une grande quantité de déchets, comme des liquides chimiques radioactifs, qu’il faut enfouir. Les risques liés à leur transport génèrent un coût exorbitant. Aujourd’hui, la France et le Japon sont les deux derniers pays à recycler du combustible nucléaire usé, alors même que le projet du Superphénix, un surgénérateur utilisant du plutonium, a été abandonné il y a près de vingt ans ! Ne sommes-nous pas devenus prisonniers du nucléaire comme choix énergétique ? Non, c’est une question de volonté politique. Avec les catastrophes nucléaires de ces dernières années, les risques liés à l’utilisation de l’atome sont de mieux en mieux connus par la population. Au Japon, après la catastrophe de Fukushima, le pays a parfaitement su fonctionner d’un point de vue énergétique, malgré quatre réacteurs nucléaires arrêtés pendant trois ans. Mais les autorités viennent d’en redémarrer un... Une politique raisonnable de réduction des risques consisterait à fermer tous les réacteurs qui ont plus de trente ans, soit la moitié du parc mondial. Propos recueillis par Nicolas Bole N°40 – semaine du 26 septembre au 2 octobre 2015 – ARTE Magazine Retrouvez notre dossier spécial avec des bonus vidéo et une infographie sur le plutonium. Tim Graham 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :