Arte Magazine n°2015-37 5 sep 2015
Arte Magazine n°2015-37 5 sep 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-37 de 5 sep 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : l'homme à failles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
WEB arty c NCERT La Route du Rock Collection Été Pop, rock ou électro, LA Route du Rock rassemble le fleuron de l’indé international à Saint-Malo. Arte Concert retransmet en direct et en streaming les meilleurs moments du festival, du 14 au 16 août. Cette vingt-cinquième édition de la Route du Rock ne pas fait exception à la règle puisque le fort de Saint-Père est de nouveau investi par de pures pépites ! Malgré des chamboulements de dernière minute, le festival a su se montrer à la hauteur des attentes en proposant à nouveau une programmation pointue et éclectique. Focus sur les artistes à retrouver sur Arte Concert. Un premier jour sous des auspices très rock, puisque le rock garage 100% californien de Wand donne le top départ, suivi du son saturé de Fuzz – groupe où l’on retrouve Ty Segall à la batterie. Les festivaliers seront aussi happés par les boucles hypnotiques et chromées de Ratatat. Un irrésistible crescendo marque la deuxième journée, avec au programme la pop nonchalante d’Only Real, le girl power ibérique des Hinds et les sombres guitares de The Soft Moon. Sans oublier Spectres, célèbre pour sa noise corrosive nuancée de shoegaze (pour ceux qui n’ont pas tout suivi, un sous-genre contemplatif précurseur du grunge, donnant à penser que les musiciens regardent leurs chaussures, NDLR). Pour clôturer en beauté cette vingt-cinquième édition, le troisième et dernier jour de la Route du Rock joue sur tous les tableaux  : la britpop racée de Ride, la boîte à malices électroniques de Dan Deacon et le post-punk dansant de The Juan McLean. Un superbe point final ! 8 N°37 – semaine du 5 au 11 septembre 2015 – arte Magazine Leyla McCalla au musée du quai Branly Le 5 août, Leyla McCalla a interprété dans les jardins du musée ses chansons métissées où se mêlent des influences haïtiennes, cajuns, folk et blues. Une musique cosmopolite que la native de New York chante en anglais, mais aussi en créole. Shantel & Bucovina Club Orkestar au Festival des 7 Collines Début juillet, l’Allemand sTEfan Shantel électrisait Saint-Étienne avec sa musique balkanique revisitée. Aux côtés de son orchestre, le Bucovina Club Orkestra, le musicien a, comme à son habitude, apporté une énergie folle aux airs traditionnels d’Europe de l’Est. Son survitaminé garanti. concert.arte.tv
how big h3 Lion Television/Caterina Turroni Ils sont sur ARTE Mitra Farahani Interroger la féminité, le corps, le genre, la sexualité, l’amour. Dans son travail de documentariste, avec Juste une femme ou Tabous, cette native de Téhéran s’est émancipée des interdits de la société iranienne. Libérée des geôles islamiques après deux semaines d’incarcération en 2009, l’artiste s’exprime aussi par la peinture. Diplômée des Arts décoratifs, elle a présenté l’année dernière au musée d’Art moderne de Paris ses toiles exécutées au fusain, dans le cadre de l’exposition Unedited history. Elle vient de passer un an à la Villa Médicis pour écrire le scénario de son prochain documentaire. Fifi hurle de joie, lundi 7 septembre à 0.15 Florence and the Machine Il y a du Björk chez cette fille-là ! Avec son univers baroque, ses mélodies envoûtantes et ses puissantes envolées lyriques, Florence Welch a fait entrer la pop britannique dans une nouvelle ère. Soutenue dès ses débuts par la bbC, Prix de la critique aux Brit Awards 2009, la chanteuse, née en 1986, s’est vite fait une place au soleil avec son groupe. Après le succès triomphal de leurs deux premiers albums Lungs et Ceremonials, leur troisième opus, How big how blue how beautiful, est sorti en juin. Invité cet été des Nuits de Fourvière, Florence and the Machine est en tournée dans toute l’Europe. Escales attendues le 13 décembre à Berlin et le 22 au Zénith de Paris. Best of Glastonbury Festival 2015, samedi 5 septembre à 23.35 Hatchepsout Moins célèbre que Cléopâtre ou Néfertiti, la fille du pharaon Thoutmôsis I er a régné plus de deux décennies sur la Haute et Basse-égypte. Née vers 1455 avant J.-C., Hatchepsout a fait bâtir de nombreux temples et obélisques. Fine stratège, elle a aussi développé les relations commerciales maritimes de son royaume avec le Liban et le Sinaï. Celle qui portait la barbe postiche réservée aux rois lors des cérémonies officielles aurait pu tomber dans l’oubli. Après sa mort, son nom et ses représentations ont en effet été mystérieusement effacés des documents et des monuments publics. Découverte dans la Vallée des Rois en 1903 par l’archéologue Howard Carter, la momie de Hatchepsout n’a été authentifiée qu’en 2007. Pour la protéger des profanations, elle avait été inhumée à même le sol dans le tombeau de sa nourrice. Les grandes reines d’Égypte, samedi 5 septembre à 20.50 N°37 – semaine du 5 au 11 septembre 2015 – arte Magazine getty imAGes 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :