Arte Magazine n°2015-36 29 aoû 2015
Arte Magazine n°2015-36 29 aoû 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-36 de 29 aoû 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : l'avis des objets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de prendre part à la collection «Théâtre» d’ARTE ? Valeria Bruni Tedeschi  : Tout est parti de la mort de Patrice Chéreau, il y a deux ans, même si je ne me suis pas formulé cela clairement sur le moment. J’étais en train de chercher le sujet de mon prochain film quand il est décédé... J’ai eu envie de lui parler tout de suite, de le «convoquer», en rebondissant par le travail – comme il l’a fait, lui, pendant toute sa vie, face à la mort de ses proches. J’ai rencontré Muriel Mayette, alors administratrice de la Comédie- Française *, qui m’a donné carte blanche  : je pouvais faire mon choix parmi les pièces montées au Français ces dix dernières années. Pourquoi votre choix s’est-il porté sur cette œuvre ? Je cherchais une pièce de Tchekhov qui, pour moi, est lié à Chéreau. Il m’avait fait jouer sur scène dans Platonov et dans son adaptation au cinéma, Hôtel de France, en 1987. Or, il n’y avait que deux pièces disponibles  : L’ours et Les trois sœurs. Comme la première est une farce assez brève, j’ai choisi la seconde. C’est ensuite, en me plongeant dans cette pièce, que j’y ai retrouvé les thèmes qui m’occupent  : des personnages oisifs dans une grande maison, un frère, un secret de famille... Comme si un grand auteur m’avait proposé d’écrire un de mes films ! Qu’est-ce qui a guidé votre travail d’adaptation ? Avec ce film, j’ai fait l’expérience de la force positive et créatrice engendrée par les contraintes. Et il y en avait beaucoup, aussi bien budgétaires qu’artistiques  : nous ne pouvions pas modifier le texte, seulement y insérer des chansons. Si on ajoutait des mots, cela devait être dans une autre langue. J’ai donc utilisé le fait que le personnage d’Ivan prononce quelques phrases en anglais, pour en ajouter une, qui formule le secret de famille. J’aime quand fiction Valeria Bruni Tedeschi «Le cinéma est entré dans la pièce» Pour la collection «Théâtre» d’ARTE et la Comédie-Française, l’actrice et cinéaste Valeria Bruni Tedeschi a adapté Les trois sœurs d’Anton Tchekhov avec la troupe du Français, insufflant la magie du cinéma à ce drame familial. Entretien. ceux-ci sont dévoilés dans les films. De même, le suicide de Nikolaï n’est pas écrit par Tchekhov. J’ai profité de cette ellipse pour donner mon interprétation, en montrant le duel de Nikolaï avec Vassili. Le cinéma a aussi joué un rôle important... Noémie Lvovsky, qui est coauteure de ce projet, m’a fait part d’une géniale intuition  : la création des Trois sœurs succède de quelques années à l’avènement du cinéma. Tout a soudain pris forme  : et si, au début du film, à la place d’un samovar, Ivan faisait cadeau d’un projecteur ? Le cinéma est ainsi entré dans la pièce, qui l’a accueilli de manière miraculeuse. Auparavant, j’avais le sentiment d’adapter Tchekhov. Avec ce projecteur, je faisais un film. Vous avez aussi dû travailler avec une troupe de comédiens déjà constituée... Le travail qu’ils avaient déjà accompli était énorme et précieux. Ils avaient joué la pièce plus de cent fois, connaissaient parfaitement leur texte... Mais il me fallait aussi casser ce travail, faire en sorte que leur musique s’accorde à la mienne. C’est ce que nous avons essayé de faire pendant les trois semaines de répétition qui ont précédé le tournage. Je leur ai demandé par exemple de ne jamais arrêter d’euxmêmes une prise. Ils ont respecté ce pacte, et j’ai obtenu des lapsus, des fous rires, des imprévus. Pour la plupart, ce sont des visages jamais vus à l’écran, des grands visages de cinéma que j’ai eu un immense plaisir à filmer. Ce projet a été extrêmement important pour moi. Mon prochain film sera plein des Trois sœurs, c’est certain. Aujourd’hui, je me sens encore plus légitime, confortée dans la possibilité de parler de mes obsessions. Propos recueillis par Jonathan Lennuyeux-Comnène * En 2014, Éric Ruf a succédé à Muriel Mayette. 6 N°36 – semaine du 29 août au 4 septembre 2015 – ARTE Magazine
Frederic Stucin/Pasco N°36 – semaine du 29 août au 4 septembre 2015 – ARTE Magazine Vendredi 4 septembre à 20.50 LES trois SŒurs Lire pages 24-25 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :