Arte Magazine n°2015-32 1er aoû 2015
Arte Magazine n°2015-32 1er aoû 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-32 de 1er aoû 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : guitar hero.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Cal Bernstein/Authentic Hendrix, LLC Jimi Hendrix un totem très rentable Sa mort n’a pas entraîné sa disparition, bien au contraire. L’empreinte de Jimi Hendrix n’a jamais semblé autant présente depuis qu’il s’en est allé en 1970  : best of à succès, pépites exhumées, musique reprise au cinéma et par Chanel... Il reste ce guitar hero adulé par toutes les générations. 4 N°32 – semaine du 1er au 7 août 2015 – ARTE Magazine en couverture Samedi 1er août à 22.15 Jimi Hendrix « Hear my train a comin' » Lire page 9 À l’image d’Elvis, qu’un Américain sur dix croit encore en vie, le cas de Jimi Hendrix interpelle. Sa mort biologique, le 18 septembre 1970 à Londres, n’a pas mis fin à sa carrière. Elle a au contraire marqué le début d’une floraison d’albums, de compilations, reprises et autres produits dérivés qui en font l’un des disparus les plus actifs de l’industrie musicale. Yazid Manou, spécialiste d’Hendrix en France, parle d’un millier de disques sortis post mortem – en comptant les enregistrements pirates non officiels – alors que le musicien ne sortit que quatre albums de son vivant  : « C’est unique ! Jimi continue de vendre entre 500 000 et 1 million de disques par an. À part un creux dans les années 1980, l’intérêt pour sa musique n’a jamais faibli. » On se souvient du succès remporté par la compilation The ultimate experience, parue en 1992 chez Universal Music (400 000 exemplaires en France). Son récent « transfert » chez Sony Music l’a confirmé  : dès sa sortie en 2010, l’album Valley of Neptune s’est hissé à la quatrième place des charts américains. Cette année, la musique d’Hendrix, qui révolutionna le rock par ses mariages insolites avec le jazz et le psychédélisme, peut aussi être entendue dans la BO du blockbuster d’animation Les Minions ou dans les pubs Chanel. Le septième art à l’affût La manne paraît inépuisable. Janie Hendrix, la sœur adoptive du chanteur qui gère depuis vingt ans ce patrimoine évalué à 100 millions de dollars, ne cesse de découvrir de nouvelles pépites, comme cet enregistrement avec Curtis Knight, exhumé pour les quarante-cinq ans de la disparition du musicien, « You can’t use my name », ou bien ce nouveau DVD live attendu pour la rentrée. D’autre part, toujours dans la perspective de faire vivre ce catalogue, Janie Hendrix vient de donner son accord pour que la musique de son frère puisse enfin être portée à l’écran. Après l’échec du film biographique All is by my side (2013), obligé de se rabattre sur des réenregistrements sans âme, on imagine les studios déjà prêts à relever le défi. Ludovic Perrin
1irilfaA4[Yf ir.1.jIna..:ri4"{S I FI ri7iFl7r153 IwYr4Ymw'E11.. MR 1a INtlr.IrlrrmLirrr.rN..TEINr. b=IM ig,ar41r.r. r oramma.E.E.Eminf amma raiati. i AI, irlfww a ar4* Y+mRimr0.1+11F..rwhlrraaer maaar iWa r any.a Wr.m,+.. ay=iirraW.ig.fr i web Survivre à l’atome En marge du documentaire Hiroshima, la véritable histoire, le webdocumentaire Hibakushas propose de découvrir la vie de six rescapés de la bombe atomique larguée le 6 août 1945. En ligne le 28 juillet sur ARTE Info, il donne la parole à ceux qui ont vécu l’horreur nucléaire. Avant 1945, il n’existait pas de hibakushas au Japon. Et pour cause  : ce mot, qui signifie « personne affectée par la bombe », a été créé à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour désigner ceux qui ont survécu aux deux premières bombes atomiques lancées contre des populations civiles, à Hiroshima et Nagasaki. Alors qu’au Japon, 50 000 à 60 000 victimes de ces explosions nucléaires sont encore en vie, le webdocumentaire Hibakushas s’intéresse à six d’entre eux. Évidemment âgés (entre 70 et 86 ans), ils offrent un témoignage unique sur les dangers du nucléaire. « Cette histoire a d’autant plus de poids dans l’archipel que la catastrophe de Fukushima en 2011 a remis ces questions au centre des préoccupations », explique Anthony Dufour, auteur et producteur du webdoc. Pour ces Japonais touchés dans leur chair par l’arme atomique, les conséquences ont été nombreuses. Sanitaires bien sûr, avec de nombreux bilans de santé tout au long de leur existence. Sociales aussi, puisque les hibakushas étaient à la fois ostracisés par la société japonaise et considérés comme des cobayes par les médecins américains venus découvrir les effets de la N°32 – semaine du 1er au 7 août 2015 – ARTE Magazine radioactivité. Conséquences familiales enfin, et non des moindres  : « Les hibakushas avaient peur de donner naissance à des monstres, tant les conséquences du nucléaire étaient mystérieuses, raconte Anthony Dufour. L’importance de la lignée patriarcale au Japon a rendu leur vie difficile, avec des histoires d’amour tragiques et un taux de suicide plus élevé que la moyenne. » passé, présent En ligne à partir du 28 juillet sur ARTE Info, Hibakushas propose deux films courts pour chacun des six rescapés, l’un évoquant le passé, l’autre le présent. En naviguant sur une carte interactive de Hiroshima, l’internaute survole une zone de trois kilomètres de circonférence. Il peut ainsi aller à la rencontre de ces témoins ou visiter six monuments symboliques, dont le fameux dôme Genbaku, sous lequel un immense registre consigne le nom de tous les hibakushas morts depuis 1945. Une liste qui s’allonge d’année en année et qui fait du lieu une sorte de Ground Zero du péril nucléaire. Nicolas Bole Hibakushas Webdocumentaire de Georges Tillard Auteur  : Anthony Dufour Production  : Hikari Films hibakushas.arte.tv En ligne le 28 juillet sur 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :