Arte Magazine n°2015-30 18 jui 2015
Arte Magazine n°2015-30 18 jui 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-30 de 18 jui 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : peace, love & reggae.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Documentaire Sillages dangereux Pourquoi la pollution des océans se poursuit-elle à grande échelle ? Entretien avec le juriste Alexandre Faro, avocat des parties civiles lors du procès de l’Erika, de 2007 à 2012, qui intervient dans un documentaire édifiant sur les réalités du transport maritime. Depuis le naufrage de l’Erika, en 1999, avons-nous progressé dans la défense de notre environnement marin ? Alexandre Faro  : Le dégazage en pleine mer des navires représente toujours une menace importante. En Méditerranée, cette pratique interdite cause chaque année des dégâts équivalents à ceux de cinquante naufrages de l’Erika ! Le contrôle artwINFO satellitaire des navires serait pourtant un outil très simple à mettre en œuvre pour stopper, par la répression, ce type de pollution. Mais pour l’heure, rien n’est fait dans ce sens. 6 N°30 – semaine du 18 au 24 juillet 2015 – ARTE Magazine Mardi 21 juillet à 20.55 Qui contrôle la mer ? Lire pages 18-19 Quels ont été les points positifs du procès ? En obtenant la condamnation civile et pénale non seulement du propriétaire de la cargaison, mais également celle de la société privée chargée de certifier le navire, ce procès a permis une grande avancée pour responsabiliser le monde maritime. Battant pavillon maltais, le navire relevait de la souveraineté maritime de Malte et bénéficiait à ce titre de l’immunité de souveraineté. Les États « confettis » comme le Panama, le Liberia ou Malte immatriculent sous pavillon de complaisance une grande partie de la flotte mondiale. Il s’agissait donc pour le tribunal d’identifier d’autres responsables que l’armateur, l’affréteur ou le capitaine, contre lequel des poursuites étaient impossibles, pour obtenir réparation. Cela a pu être fait après un difficile et long travail d’enquête. Pour la première fois aussi, la notion de préjudice écologique a été reconnue par un tribunal puis validée par la cour de cassation. En 2012, à l’issue du procès, la France annonçait que cette notion serait intégrée dans notre dispositif législatif. Est-ce le cas ? Toujours pas. Une commission, dont j’ai fait partie, a bien été réunie et a permis l’adoption d’une proposition de loi par les parlementaires. Un texte devait être présenté devant l’Assemblée nationale en décembre 2013, mais le ministère de la Justice l’a estimé incomplet. Depuis, plus de nouvelles. Mais je ne désespère pas qu’il resurgisse avant la fin de la mandature et que le droit à réparation du préjudice environnemental soit enfin inscrit dans la loi. Et ailleurs, la réglementation a-t-elle évolué ? Au niveau international, excepté l’augmentation de la réserve du FIPOL, un fonds d’indemnisation qui permet aux armateurs de mutualiser les risques, rien n’a bougé. La logique libérale qui domine dans le monde du shipping (de l’anglais « ship », bateau), contrôlé par la City de Londres, est très difficile à affronter. Ses acteurs estiment toujours que la mer est leur territoire et qu’ils peuvent en faire ce qu’ils veulent. Propos recueillis par Christine Guillemeau L’intégralité de cet entretien est à retrouver en ligne avec une infographie sur le commerce maritime mondial et plusieurs bonus vidéo.
WEB L’aventure intérieure Pourquoi partir loin quand on peut explorer l’infiniment proche ? Parallèlement au film diffusé à l’antenne, l’expérience ludique et interactive Planète corps nous invite à plonger en 3D à la rencontre des milliards d’organismes qui nous habitent à notre insu. Le croirez-vous ? Les demodex vivent tranquillement sur vous et se baladent avec agilité dans vos sourcils pendant que vous lisez ces lignes. Ces acariens microscopiques font partie de la faune très éclectique qui peuple le corps humain. Une vie sauvage insoupçonnée que le réalisateur Pierre-François Gaudry dévoile dans un passionnant documentaire, et que la société de production de contenus multimédia interactifs Kids Up Hill propose aussi d’explorer sur le web, à la manière d’un safari très particulier, à travers quatre voyages entièrement réalisés en 3D. Parce que l’infiniment petit s’avère aussi exotique que le bout du monde, le réalisateur Mathieu Détaint y parodie les codes de célèbres agences de voyage sur Internet. À l’instar du « Hubot Market », le faux site de vente en ligne qui accompagnait la diffusion par ARTE de la série Real humans, Planète corps ressemble ainsi, selon son concepteur, à « une agence de voyage au ton délicieusement commercial, criard et rentre-dedans ». Corps étranGERs En compagnie d’un guide, ces excursions nous emmènent à la découverte des bactéries, acariens et parasites qui peuplent notre tube digestif, notre Samedi 18 juillet à 20.50 Planète CORPs Lire page 11 visage, notre peau ou nos vaisseaux sanguins. Chaque voyage coûte un nombre fictif de « miles », mais vous ne serez jamais à court de monnaie d’échange pour vous offrir une nouvelle destination. Chaque croisière intérieure, d’une durée de cinq minutes, propose un univers coloré en 3D développé avec le logiciel Unity – celui qui a été utilisé pour le jeu vidéo multiprimé d’ARTE Type:rider. Des formes géométriques recréent un paysage intérieur panoramique, élargissant le champ des pérégrinations. De plus, smartphones et tablettes intègrent une fonctionnalité unique, devenant, le temps du périple, une télécommande qui permet aussi de se déplacer sur l’écran de son ordinateur. Dans la continuité interactive de la série d’animation Il était une fois… la vie, diffusée dans les années 1980, l’internaute peut aussi tenter l’aventure de mini-expériences bien réelles. Ainsi, cultiver les bactéries présentes dans nos mains pour les observer constitue l’une des propositions complémentaires. Une aventure intérieure qui, comme dans l’hilarant film éponyme de Joe Dante, réserve des rencontres parfois peu engageantes. Nicolas Bole N°30 – semaine du 18 au 24 juillet 2015 – ARTE Magazine En ligne fin juin sur Arta FUTUR arte.tv/planetecorps ArtPEDITIOQ NS Le documentaire Planète corps est disponible en DVD et en VOD sur boutique.arte.tv. v 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :