Arte Magazine n°2015-30 18 jui 2015
Arte Magazine n°2015-30 18 jui 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-30 de 18 jui 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,2 Mo

  • Dans ce numéro : peace, love & reggae.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
juillet 19 dimanche Rue des Archives/RDA touchstone pictures 20.45 Pictures for PEACE (2) La paix au bout de l’objectif En prologue à chaque soirée du « Summer of Peace », une série dédiée aux images de guerre ou de paix qui ont marqué notre histoire récente. Aujourd’hui  : Iwo Jima. Le 23 février 1945, le photographe américain Joe Rosenthal, qui couvre la guerre du Pacifique, se trouve sur l’île japonaise d’Iwo Jima. L’armée américaine a durement combattu pour la conquérir. Après une bataille meurtrière, le photographe rencontre des soldats qui s’apprêtent à planter un drapeau au sommet de l’île, en signe de victoire. Série documentaire de Rémy Burkel (France, 2015, 12x3mn) – Production  : ITV Paris 20.45 ‹ 0.20 Summer of PEACE Des tubes qui font trembler la radio militaire américaine sur ses bases, en pleine guerre du Viêtnam, aux hymnes pacifistes qui ont conquis le monde, une soirée rock entre fous rires et larmes. Présenté par Jean-Mathieu Pernin 20.50 Cinéma Good morning, Vietnam En pleine guerre du Viêtnam, un animateur radio subversif brave la censure pour remonter le moral des troupes. Robin Williams, grandiose, valut un triomphe au film qui l’a révélé. 1965. Voilà deux ans que les Américains s’enlisent au Viêtnam. Le moral des troupes baisse, et avec lui les chances de victoire. Sur la base arrière de Saïgon, en zone démilitarisée, l’animateur Adrian Cronauer vient reprendre la tranche horaire matinale de la radio militaire. Loin des formats poussiéreux de la langue de bois officielle, ses commentaires irrévérencieux et son art très rock de la programmation musicale suscitent l’adhésion immédiate des troupes. Et « Good morning, Vietnam ! », le cri de ralliement qu’il hurle dans le micro en guise d’introduction, devient un slogan phare. Bientôt star locale, Adrian ferraille contre la censure et des gradés hostiles, tandis que son attirance croissante pour une jeune Vietnamienne et la sanglante réalité de la guerre lui ouvrent peu à peu les yeux sur la tragédie en cours. Consécration « Si j’avais fait la moitié des choses que se permet Robin Williams dans le film, je serais toujours en prison militaire 14 N°30 – semaine du 18 au 24 juillet 2015 – ARTE Magazine Alex Pommier birgit herdlitschke aujourd’hui », avait confié le vrai Adrian Cronauer à la sortie du film. Ayant flairé le talent de l’acteur pour l’improvisation, Barry Levinson l’a judicieusement laissé inventer la plupart de ses monologues au micro. Son inspiration tragi-comique a valu à Robin Williams, et au film, la consécration mondiale. Entre humour délirant et humanisme, l’acteur y révèle la palette de jeu qui devait façonner toute sa carrière. Une composition irrésistible, couronnée d’une première nomination aux Oscars et d’un Golden Globe. Meilleur acteur (Robin Williams), Golden Globes 1988 Film de Barry Levinson (États-Unis, 1987, 1h55mn, VF/VOSTF) – Scénario  : Mitch Markowitz – Avec  : Robin Williams (Adrian Cronauer), Forest Whitaker (Edward Garlick), Tung Thanh Tran (Tuan), Chintara Sukapatana (Trinh), Bruno Kirby (le lieutenant Steven Hauk), Robert Wuhl (Marty Lee Dreiwitz) Image  : Peter Sova – Montage  : Stu Linder Musique  : Alex North – Production  : Touchstone Pictures, Silver Screen Partners III
N O IRRE T R, ND NW 22.45 Give peace a chance La pop peut-elle sauver le monde ? Ce documentaire captivant revient sur la contestation politique du siècle passé à travers les voix – engagées mais pacifiques – de ceux qui l’ont chantée. Quand il écrit « Give peace a chance » en 1969, John Lennon a certainement la volonté d’agir sur la réalité. Mais la légèreté d’une musique populaire, voire consensuelle, peut-elle changer le monde ? Comment une chanson devient-elle l’hymne d’une génération ? Pourquoi les auteurs des protest songs des années 1960 ont-ils si peu d’héritiers aujourd’hui ? Quels ont été les différents visages du militantisme musical à travers le siècle ? Avec le déchirant « Strange fruit » interprété en 1939 par Billie Holiday, la chanson engagée américaine se réapproprie la gravité de sujets tels que les lynchages, la ségrégation et la guerre. Dans les années 1960, les protest songs de Woody Guthrie, Bob Dylan ou Joan Baez rendent la chanson folk indissociable de la lutte pour les droits civiques. Jusqu’à Lady Gaga qui chante contre l’homophobie, ou aux rappeurs qui ont récemment donné de la voix suite aux émeutes raciales de Baltimore, la musique s’est révélée un merveilleux vecteur d’information, d’éducation populaire, d’empathie et d’indignation, d’éveil des consciences et de cohésion générationnelle. Retour sur un siècle d’histoire de la contestation, à travers la voix de ceux qui l’ont chantée. Documentaire de Birgit Herdlitschke (Allemagne, 2015, 1h30mn) Coproduction  : ZDF/ARTE Lire aussi pages 4-5 En partenariat avec'.. ;  : i.'- - NEER ZNF Patrick Berger/ArtComArt Re 0.20 Voyage d’hiver – Un trio pour SchuBERt Goerne- Hinterhäuser- Kentridge Le pianiste Markus Hinterhäuser accompagne le baryton Matthias Goerne au fil d’un magnifique Voyage d’hiver, mis en scène par le plasticien William Kentridge. Le baryton Matthias Goerne est l’un des plus grands interprètes actuels du lied allemand. Peut-être le plus singulier aussi, par son engagement physique, sa connaissance exhaustive de ce répertoire, mais aussi son intransigeance. Ainsi, il a toujours refusé l’idée d’une mise en scène du Voyage d’hiver, le dernier cycle de Schubert pour piano et chant. À l’été 2014, les festivals de Vienne et Aix-en-Provence lui proposent une collaboration inattendue  : interpréter ce sommet musical avec le pianiste autrichien Markus Hinterhäuser – futur directeur du Festival de Salzbourg –, associé à William Kentridge. Conquis par l’univers visuel du plasticien sud-africain, Matthias Goerne se lance dans ce duo devenu trio et accepte d’être filmé. Pour la première fois, une équipe capte son travail minutieux de répétition, entre force et fragilité, humour et concentration. L’occasion de remonter le fil de son parcours et d’appréhender sa technique, ses convictions et son attachement au Voyage d’hiver. Ce documentaire explore aussi les réflexions de chacun des membres du trio sur l’œuvre de Schubert, et dévoile les coulisses d’un projet délicat, qui repose sur un équilibre entre intimité, engagement et mystère. Lire aussi page 9 Documentaire de Christian Leblé (France, 2014, 52mn) – Avec  : William Kentridge (metteur en scène), Matthias Goerne (baryton), Markus Hinterhäuser (pianiste) – Coproduction  : ARTE France, Idéale Audience N°30 – semaine du 18 au 24 juillet 2015 – ARTE Magazine Camera Lucida Prod. 1.15 opéra La clémence de Titus Denis Podalydès transpose dans les années 1940 le dernier opéra de Mozart. Une production prestigieuse, plébiscitée par le public et la critique. À la tête d’un État en déroute, Titus s’est réfugié dans un hôtel de luxe, entouré d’une poignée de fidèles. Parmi eux, Vitellia espère qu’il la prendra pour épouse. Mais Titus lui préfère Servilia, qui est elle-même éprise d’Annius. Après Don Pasquale, le sociétaire de la Comédie-Française Denis Podalydès poursuit magistralement son incursion dans la mise en scène d’opéra avec cette Clémence de Titus couronnée de louanges, portée par une distribution éclatante. Opera seria en deux actes de Wolfgang Amadeus Mozart Mise en scène  : Denis Podalydès Direction musicale  : Jérémie Rhorer Avec  : Kurt Streit (Titus), Karina Gauvin (Vitellia), Julie Fuchs (Servilia), Kate Lindsey (Sextus), l’orchestre du Cercle de l’Harmonie et le chœur Aedes – Costumes  : Christian Lacroix – Réalisation  : Olivier Simonnet (France, 2014, 2h21mn) – Coproduction  : ARTE France, Camera Lucida – Enregistré au Théâtre des Champs-Élysées le 18 décembre 2014 juillet dimanche 15 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :