Arte Magazine n°2015-28 4 jui 2015
Arte Magazine n°2015-28 4 jui 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-28 de 4 jui 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : objectif Mont-Blanc.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
WEB Weather Festival L’électro se met au vert En avant pour le très attendu Weather FestiVAl. Techno, house, acid…  : pendant trois jours, l’événement rassemble sur cinq scènes le top de la musique électro au cœur du bois de Vincennes. Une fête titanesque à retrouver sur ARTE Concert. Pour l’ouvERTURE de son édition 2015, qui se déroule du 4 au 7 juin, dans la verdure du bois de Vincennes, le Weather Festival a fédéré des artistes hétéroclites autour d’un projet atypique  : conjuguer l’électro et la musique classique. Considéré par beaucoup comme l’un des géniteurs de la techno, Derrick May ouvre les festivités, aux côtés du pianiste Francesco Tristano, un amoureux de Bach et du mélange des genres, qui s’est notamment illustré avec le groupe Aufgang. L’excellent orchestre Lamoureux – dirigé par Dzijan Emin – complète le tableau. Le 5 juin, place à Gary Gritness, un artiste naviguant entre jazz-funk et cyberfunk. Après lui vient Matthew Herbert, dit Herbert. Officiant depuis les années 1990, il brouille les pistes et multiplie les concepts audacieux. Aujourd’hui, il défend The Skakes, un projet dance-music totalement fou. Ben Klock prend la suite. Comme tout DJ berlinois qui se respecte, il a fait ses débuts au Berghain, illustre club techno de la ville, et poursuit maintenant une carrière internationale. Karenn– projet commun des Anglais Blawan et Pariah – boucle cette seconde soirée avec un son mêlant transe et violence. Pour le troisième et dernier soir du Weather Festival, Ben Vedren, le Français qui a fait palpiter le cœur des festivaliers l’an dernier, est de retour ! Il est suivi par Adventice, projet commun de DJ Deep (figure emblématique de l’électro parisien) et de Roman Poncet (jeune poulain parrainé par Len Faki). Josh Wink prend le relais. Ce monstre discret de l’acid house mène depuis vingt-cinq ans une carrière jalonnée de sets de légende. Le DJ superstar Marcel Dettmannmet fin au festival. Passé aussi par le Berghain, l’Allemand s’illustre par un son métallique, froid et sans concession. En ligne sur concert.arte.tv 6 N°28 – semaine du 4 au 10 juillet 2015 – ARTE Magazine
CHEVALIER La robe vichy Fraîche et sexy, popularisée PAr Brigitte bArdot qui la porta à carreaux roses et blancs en couverture du magazine Elle en 1953, puis pour son mariage en 1959, la robe vichy bénéficie depuis une dizaine d’années d’un retour en grâce chez les « fashionistas ». Pourtant, rien ne destinait le tissu vichy, cette simple cotonnade longtemps associée aux nappes campagnardes ou aux petites filles modèles, à devenir l’emblème d’une féminité mutine à la française. Remise au goût du jour en version bleue et courte par la marque Miu Miu, un modèle arboré avec une grâce effrontée par Kirsten Dunst en 2011, la robe vichy se dévergonde à l’occasion, à l’image de la diva trash Amy Winehouse qui l’aimait noire et accessoirisée de tatouages. Coutures, dimanche 5 juillet à 12.10 Ils sont sur ARTE victor blanco Panoramic Aitor Luna Né en 1981, ce bel hidalgo version 2015 a conquis le petit écran espagnol grâce à son rôle de policier dans Los hombres de Paco, série à succès diffusée de 2005 à 2010. To kill time, un thriller sorti fin mai dans les salles en Espagne, lui a permis de jouer avec son frère cadet, l’acteur Yon Gonzàlez, 29 printemps et idole des jeunes Ibères. Sur ARTE, en justicier du siècle d’or, dans le rôle-titre de la fastueuse série adaptée des romans d’Arturo Pérez- Reverte, Aitor Luna révèle tout son panache. El capitan, à partir du 6 juillet, du lundi au vendredi à 17.20 N°28 – semaine du 4 au 10 juillet 2015 – ARTE Magazine Corbis Michel Galabru Toujours sur la brèche à 92 ans ! Regard malicieux et voix tonitruante, Michel Galabru interprétait ce printemps Le cancre dans son théâtre de Montmartre. L’inénarrable acolyte de Louis de Funès dans la série des Gendarmes s’est lancé dans un one-man show qui condense une vie démarrée à Safi, au Maroc, et une carrière débutée en 1950 à la Comédie-Française. Avec plus de deux cent cinquante films et téléfilms au compteur, un César et un Molière en poche, l’inaltérable comédien jouera un rôle dramatique dans le prochain film d’Élie Chouraqui, L’origine de la violence. La minute vieille, à partir du samedi 4 juillet vers 20.40 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :