Arte Magazine n°2015-26 20 jun 2015
Arte Magazine n°2015-26 20 jun 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-26 de 20 jun 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'expérience Guédelon.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
juin 21 dimanche pierric Sorin journée Fête de la musique 15.00 opéra La belle Hélène Au Théâtre du Châtelet L’indémodable opéra-bouffe d’Offenbach revisité avec humour par le duo Pierrick Sorrin-Giorgio Barberio Corsetti au Théâtre du Châtelet. Opérette la plus connue d’Offenbach, inspirée par la mythologie grecque et les origines de la guerre de Troie, La belle Hélène fait scandale lors de sa création en 1864, tant son héroïne est peu vêtue. Le malicieux compositeur français, figure du Second Empire, utilise la mythologie pour tourner en dérision le conservatisme de son époque. Depuis, la partition d’Offenbach a donné lieu à une kyrielle de mises en scène et d’interprétations. Un duo attendu Pour cette nouvelle production, le vidéaste Pierrick Sorin, grand créateur d’illusions, retrouve le metteur en scène italien Giorgio Barberio Corsetti. Le duo, déjà aux manettes d’une délirante Pietra del paragone (Rossini) restée dans les annales, insuffle son sens du burlesque et du décalage à cette joyeuse pantalonnade mythologique. La distribution offre de belles promesses, avec le ténor Merto Sungu, le baryton Jean-Philippe Lafont et la mezzo-soprano Gaëlle Arquez, dirigés par le jeune et talentueux chef suisse Lorenzo Viotti. Opérette de Jacques Offenbach - Livret  : Henri Meilhac et Ludovic Halévy - Direction musicale  : Lorenzo Viotti - Mise en scène et scénographies  : Giorgio Barberio Corsetti, Pierrick Sorin - Vidéos  : Pierrick Sorin - Avec  : Merto Sungu (Pâris), Gaëlle Arquez (Hélène), Gilles Ragon (Ménélas), Marc Barrard (Agamemnon), Kangmin Justin Kim (Oreste), Jean-Philippe Lafont (Calchas), Mark van Arsdale (Achille), Raphaël Brémard (Ajax I), Franck Lopez (Ajax II), et l’Orchestre Prométhée Costumes  : Cristian Taraborrelli - Lumières  : Gianluca Cappelletti - Réalisation  : Philippe Béziat (France, 2015, 2h50mn) - Coproduction  : ARTE France, Camera Lucida - Enregistré le 8 juin 2015 17.15 Les trois ténors  : naissance d’une légende Vingt-cinq ans après, retour sur le concert mythique donné à Rome par les trois superstars de l’opéra Plácido Domingo, Luciano Pavarotti et José Carreras. Le 7 juillet 1990, à la veille de la finale de la Coupe du monde de football, organisée en Italie, les murs millénaires des thermes de Caracalla, à Rome, résonnent des notes puissantes poussées par les trois ténors les plus célèbres de l’époque  : les Espagnols Plácido Domingo et José Carreras, et l’Italien Luciano Pavarotti. Plus d’un milliard de personnes suivront ce concert retransmis à la télévision aux quatre coins du monde. Le CD enregistré à cette occasion se vendra à 14 millions d’exemplaires et dopera les ventes de musique classique. À l’occasion du 25 e anniversaire de cet événement de légende, le documentaire de Brian Large en propose les moments forts, notamment l’air de bravoure «Nessun dorma» (tiré de l’opéra Turandot de Puccini) et les bis très acclamés, «O sole mio» et «Maria» (West side story). Avec, en complément  : les impressions et anecdotes livrées par les protagonistes depuis les coulisses, et les souvenirs du chef Zubin Mehta, qui dirigeait ce soir-là, aux côtés des trois chanteurs, l’orchestre du Mai musical florentin et l’orchestre de l’Opéra de Rome. Documentaire de Brian Large (Allemagne, 2015, 1h15mn) - Production  : Sounding Images, C Major Entertainment 14 N°26 – semaine du 20 au 26 juin 2015 – ARTE Magazine Matthias Baus 18.40 «Davide penitente», oratorio de Mozart Bartabas à Salzbourg Quand la musique sacrée rencontre l’art équestre. À Salzbourg, Marc Minkowski dirige un oratorio de Mozart chorégraphié par Bartabas. Directeur musical de la «Semaine Mozart», qui se tient tous les hivers à Salzbourg, le chef d’orchestre français Marc Minkowski a révélé à la presse avoir hésité entre l’équitation et la musique à l’adolescence. Sa collaboration avec le chorégrapheécuyer Bartabas n’en apparaît que plus naturelle. Dans le cadre éblouissant du Manège des rochers de Salzbourg, sculpté dans la montagne à la fin du XVII e siècle, les deux hommes se sont emparés d’un oratorio peu joué de l’enfant du pays, Davide penitente. Tandis que la baguette experte de Marc Minkowski guide les musiciens du Louvre-Grenoble, le Chœur Bach de Salzbourg et trois solistes reconnus (Christiane Karg, lMarianne Crebassa et Stanislas de Barbeyrac), répartis dans les loges étagées, les écuyers de Versailles et leurs douze montures délivrent sur scène une envoûtante chorégraphie. Une création spectaculaire mêlant musique sacrée et ballet équestre. Lire aussi page 6 Oratorio de Mozart - Mise en scène et chorégraphie  : Bartabas Direction musicale  : Marc Minkowski - Avec  : Christiane Karg (soprano), Marianne Crebassa (mezzo-soprano), Stanislas de Barbeyrac (ténor), les Musiciens du Louvre-Grenoble, le Chœur Bach de Salzbourg et l’Académie équestre de Versailles - Réalisation  : Andy Sommer (Allemagne, 2015, 1h06mn) - Enregistré pendant la «Semaine Mozart» à Salzbourg en janvier 2015 - Coproduction  : ARTE/ORF
The Philharmonics 20.00 Promenades à Vienne Avec The pHilharmonics Sept instrumentistes des orchestres philharmoniques de Berlin et Vienne célèbrent la musique de l’Empire austro-hongrois. Le 1er mai dernier, The Philharmonics, formation réunissant sept musiciens (un quatuor à cordes, un contrebassiste, un clarinettiste et un pianiste) issus des orchestres philharmoniques de Vienne et Berlin, a donné un concert consacré aux mélodies qui ont marqué l’histoire de l’Empire austro-hongrois. Dans l’enceinte du Konzerthaus de Vienne, ils ont interprété des partitions classiques, mais aussi des airs populaires venus de la capitale autrichienne, de Prague, Budapest ou Bucarest. Au programme notamment  : du klezmer (musique traditionnelle des juifs d’Europe centrale et orientale) et des compositions tziganes. Concert (Allemagne, 2015, 43mn) Réalisation  : Michael Beyer - Production  : Accentus Music UG - Enregistré le 5 mai au Konzerthaus de Vienne SWR/Florence Grandidier 20.45 OPÉRA La Traviata Mise en scène par Rolando Villazón Le ténor franco-mexicain Rolando Villazón transpose l’opéra le plus populaire de Verdi dans l’univers impitoyable des managers. Avec la soprano russe Olga Peretyatko dans le rôle de Violetta. Applaudi lors de ses passages à Lyon, Berlin et Baden-Baden, où il a présenté en 2012 L’élixir d’amour de Donizetti, le ténor Rolando Villazón a prouvé qu’il était un remarquable conteur  : tout en recourant aux artifices du théâtre avec une imagination féconde, il peut s’appuyer sur son expérience de chanteur pour mettre en valeur la qualité des interprétations. De nouveau associé à Johannes Leiacker, créateur des décors, le Franco- Mexicain fait son retour au Festival de Pentecôte de Baden-Baden en s’attaquant à un classique absolu du répertoire lyrique  : La Traviata, qu’il transporte des salons parisiens du XIX e siècle à l’univers contemporain et implacable des managers. Mêlant flash-back, allers-retours entre cauchemar et réalité, mascarades et scènes d’amour, l’action se déploie autour de Violetta, personnage complexe dont Villazón explore toute l’ambivalence, avec le concours de la brillante soprano colorature Olga Peretyatko. Elle est associée au jeune ténor brésilien Atalla Ayan. Le jeune chef d’orchestre espagnol Pablo Heras-Casado, qui avait dirigé La flûte enchantée à Aix-en-Provence en 2014, assure la direction musicale. En partenariat avec [mAPA50N N°26 – semaine du 20 au 26 juin 2015 – ARTE Magazine SWR/Uwe Arens Opéra en trois actes de Giuseppe Verdi (Allemagne, 2015, 2h30mn) Livret  : Francesco Maria Piave, d’après La dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils - Direction musicale  : Pablo Heras-Casado - Mise en scène  : Rolando Villazón - Avec  : Olga Peretyatko (Violetta Valery), Simone Piazzola (Giorgio Germont), Atalla Ayan (Alfredo Germont), Deniz Uzun (Annina), Christina Daletska (Flora Bervoix), Emiliano Gonzalez Toro (le vicomte Gaston), Tom Fox (le baron Douphol), Konstantin Wolff (le marquis d’Obigny), Walter Fink (le docteur Grenvil), l’Ensemble et le Chœur Balthasar-Neumann- Décors  : Johannes Leiacker - Costumes  : Thibault Vancraenenbroek - Lumières  : David Cunningham - Réalisation  : Nele Münchmeyer - Coproduction  : ARTE/SWR - Enregistré le 22 mai 2015 au Festival de Pentecôte de Baden- Baden Craig T. Mathew/Mathew Imaging 23.05 John Williams across the stars Un concert de gala dédié au grand compositeur de musiques de films, notamment ceux de Spielberg. À 83 ans, John Williams compte parmi les grands compositeurs de musique de film de l’histoire du cinéma. Au cours de sa longue carrière, il a réalisé les bandes originales de plus de quatrevingts longs métrages, notamment les thèmes des sagas La guerre des étoiles, Indiana Jones ou Harry Potter. En septembre 2014, le Los Angeles Philharmonic Orchestra, dirigé par Gustavo Dudamel, célébrait son œuvre dans un exceptionnel concert de gala au Walt Disney Concert Hall de Los Angeles. Avec, notamment, les musiques originales de La liste de Schindler, Un violon sur le toit, Les aventures de Tintin, Arrête-moi si tu peux, La guerre des étoiles, Amistad, Les dents de la mer, L’empire contre-attaque... Concert (Allemagne, 2014, 1h30mn) Direction musicale  : Gustavo Dudamel - Avec  : Itzhak Perlman (violon), Dan Higgins (saxophone), GlennPaulson (vibraphone), Michael Valerio (contrebasse), les U.S. Army Herald Trumpets, le Los Angeles Philharmonic Orchestra et le Los Angeles Children’s Chorus Réalisation  : Michael Beyer (M. du 24/5/2015) juin dimanche 15 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :