Arte Magazine n°2015-24 6 jun 2015
Arte Magazine n°2015-24 6 jun 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-24 de 6 jun 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : 1864.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
WEB Verdi - La traviata I.e phi bikkif e ! vim de Verdi ham wi I crisfiemprowr el seitu,truinlxiViphorra, d'Aillinic =an n d'Akrandc asnia. ka 43'Irmul.E.1 8 N°24 – semaine du 6 au 12 juin 2015 – ARTE Magazine 1.rtes CONCERT L’art lyrique à portée de clic Verdi, Sibelius, Wagner… Lancée le 8 mai, The Opera PLATformmet l’art lyrique à la portée de tous, gratuitement sur le web. Au programme  : des pièces du répertoire et un ensemble de contenus montrant la diversité de l’offre européenne en matière d’opéra. L’opéra, un pan de la culture inaccessible au plus grand nombre car trop onéreux et élitiste ? C’est cette idée répandue que vient contrecarrer The Opera Platform. Mis en place par ARTE et le réseau Opera Europa (association des compagnies et festivals d’opéra en Europe), ce dispositif d’ampleur est disponible depuis le 8 mai. Son lancement coïncide avec la 9 e édition des Journées européennes de l’opéra, placées justement sous le signe des nouvelles technologies. Ce mois-ci, c’est La Traviata qui a ainsi été retransmise en live depuis le prestigieux Teatro Real de Madrid. Les internautes ont donc pu savourer en direct l’opéra de Verdi, mis en scène par David McVicar et dirigé par Renato Palumbo. Et tout un chacun, passionné averti ou néophyte curieux, peut désormais voir ou revoir l’œuvre sous-titrée en six langues (français, allemand, anglais, espagnol, polonais et italien) sur le web pendant six mois. L’objectif de cette ambitieuse initiative, soutenue par le programme « Europe créative » de l’Union européenne, est double  : satisfaire les amateurs d’art lyrique mais aussi séduire ceux qui vont rarement à l’opéra. Chaque mois, un nouvel opéra complet sera mis en ligne et disponible gratuitement, en provenance de l’une des quinze maisons d’opéra partenaires du projet. Répartis dans douze pays européens, ces lieux mythiques – la Royal Opera House de Londres, l’Opéra de Vienne ou la Monnaie de Bruxelles, pour ne citer qu’eux – accueilleront ainsi virtuellement les internautes du monde entier. L’effort étant porté sur le multilinguisme, la plate-forme est accessible en trois langues (français, anglais, allemand), en plus du soustitrage des œuvres. Sur la plate-forme, un ensemble de contenus accompagnera chaque retransmission. Entretiens avec des artistes, textes de référence, archives…  : cette offre éditoriale permettra de restituer le contexte historique de certaines œuvres ou de nous plonger dans les coulisses des plus prestigieuses salles d’opéra européennes. La plate-forme, également accessible via ARTE Concert, est par ailleurs conçue comme un lieu de promotion pour les cent cinquante-cinq compagnies ou festivals d’opéra européens affiliés à Opera Europa. Une manière de témoigner de l’incroyable diversité de l’art lyrique en Europe. Nicolas Bole En ligne depuis le 8 mai sur concert.arte.tv et sur www.theoperaplatform.eu
cinema phOTO/Corbis Raphaël Pichon Ce contre-ténor de 30 ans, qui a débuté au sein de la Maîtrise des petits chanteurs de Versailles, est également l’un des chefs d’orchestre les plus prometteurs de sa génération. En 2006, avec quelques-uns de ses congénères du Conservatoire national supérieur de Paris, il crée et dirige l’Ensemble Pygmalion, qui réunit une trentaine d’instrumentistes et autant de chanteurs. En 2014, Pygmalion fait ses débuts au Festival d’Aixen-Provence avec Trauernacht, repris à la Philharmonie de Paris en 2015. En février dernier, la formation obtient la Victoire de la musique de l’enregistrement de l’année pour Köthener Trauermusik de Bach (Harmonia Mundi). On retrouvera Raphaël Pichon dès le mois de juin lors du Festival de Saint-Denis pour la Messe en ut mineur de Mozart, avec sa compagne, la soprano Sabine Devieilhe. Jean-Philippe Rameau, le maître du baroque, samedi 6 juin à 20.50 Manuel Braun Ils sont sur ARTE Quentin Tarantino Western spaghetti, kung-fu ou Blaxploitation, le réalisateur culte de Reservoir dogs et de Pulp fiction est fan de tous les cinémas populaires. Il a aussi baptisé sa société de production A Band Apart en hommage à la Nouvelle Vague et à Jean-Luc Godard. Il faut dire que cet autodidacte, né en 1963 dans le Tennessee, a acquis sa culture cinématographique alors qu’il travaillait dans une boutique de location de vidéos, en Californie. Vingt ans et cinq films plus tard, en 2004, il présidait le jury du Festival de Cannes, une consécration pour ce cinéphile iconoclaste et touche-à-tout. Pour l’heure, il peaufine son nouveau western, The hatefuleight, avec Tim Roth et SamuelL. Jackson. Une nuit en enfer, lundi 8 juin à 22.55 Brigitte Bardot Et Dieu... créa la femme en 1934. Vingt-deux ans plus tard, Roger Vadim, son premier mari, en fit un film et propulsa la jeune Bardot au rang de sex-symbol international. L’actrice enchaîne les conquêtes (Sami Frey, Serge Gainsbourg...) et les films, dont Vie privée de Louis Malle en 1962 et Le mépris de Jean-Luc Godard en 1963. Lassée par le sillage de soufre qu’elle laisse malgré elle, BB arrête le cinéma dix ans plus tard pour se consacrer à la protection des animaux – combat qu’elle poursuivra au sein de la fondation Brigitte Bardot, créée en 1986. Dès lors, elle devient la pasionaria des bébés phoques qu’on connaît et s’enferme à La Madrague, sa maison de Saint- Tropez. Désormais proche de l’extrême droite, BB fait toujours scandale malgré ses 80 printemps... En cas de malheur et Bardot, la méprise, dimanche 7 juin à partir de 20.45 N°24 – semaine du 6 au 12 juin 2015 – ARTE Magazine patrick fraser/Corbis outline 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :