Arte Magazine n°2015-23 30 mai 2015
Arte Magazine n°2015-23 30 mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-23 de 30 mai 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : mission Rosetta.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
II WEB Révisez vos classiques du muet en ligne Depuis le 15 avril, ARTE Cinema propose aux internautes d’accéder gratuitement à des joyaux du muet, signés Keaton, Murnau ou Eisenstein. Complétée d’articles et de bonus vidéo, cette collection s’enrichira chaque mois d’un nouveau film. Le cinéma muet a depuis longtemps pris ses quaRTIERs sur l’antenne d’ARTE. Du 4 au 25 mai, la chaîne lui consacre d’ailleurs un cycle de quatre longs métrages. Sur le web, ARTE Cinema enrichit cette offre en proposant des films, disponibles gratuitement pendant deux années. Cette négociation exceptionnelle des droits permettra de constituer une collection de longs métrages réalisés entre 1910 et 1930. Depuis le 15 avril, la plate-forme héberge ainsi quatre films qui ont révolutionné l’art de la narration ou du montage. Le mythique Cuirassé Potemkine de Sergueï Eisenstein côtoie ainsi Le mécano de la Générale, l’hilarante épopée du génial Buster Keaton dans l’Amérique de la guerre de Sécession. Deux autres géants, Friedrich Wilhelm Murnau, à qui l’on doit notamment L’aurore, et David W. Griffith (auteur du célèbre Naissance d’une nation) sont aussi à l’honneur, avec deux films moins connus mais tout aussi magistraux  : Le dernier des hommes pour l’Allemand et la splendide fresque Intolérance pour l’Américain. Chaque mois, un nouveau film restauré s’ajoutera à la plate-forme, dévoilant des curiosités réalisées dans plusieurs pays pendant l’entre-deux-guerres. L’objectif  : élargir le cercle des amateurs du cinéma muet et faire découvrir la portée historique de ces chefs-d’œuvre, à travers des articles et des interviews. On apprend par exemple que, dès les années 1910, les décors faisaient grimper les budgets, parfois jusqu’à la banqueroute. Intolérance, blockbuster avant l’heure, a coûté si cher que la société de production du film a dû déposer le bilan. C’est aussi l’occasion de rendre un hommage à ces réalisateurs, dont certains ont disparu du paysage après l’arrivée du cinéma parlant, au tournant des années 1930. Pour les internautes pressés ou curieux, l’équipe éditoriale propose un ensemble de bonus vidéo. En trois minutes, la scène la plus célèbre de chaque film est mise en exergue et contextualisée par une analyse technique ou artistique et une biographie du réalisateur. cinema.arte.tv Nicolas Bole 8 N°23 – semaine du 30 mai au 5 juin 2015 – arte Magazine
getty/2014 ROBERT Gauthier Clint Eastwood Son dernier film, American sniper, a divisé la critique, qui s’interrogeait sur son caractère belliciste. C’était oublier que Clint Eastwoood, 1,93 mètre et quatre-vingts films à son actif, est adepte des grands écarts stylistiques. Son cœur balancera toujours entre le justicier sans états d’âme de L’inspecteur Harry et le disc-jockey malmené par ses passions amoureuses d’Un frisson dans la nuit, le héros du western spaghetti Le bon, la brute et le truand et le vieux loup romantique de Sur la route de Madison. Que ce soit comme acteur ou cinéaste, ce fieffé républicain amateur de jazz n’est jamais là où on l’attend. Un shérif à New York et Un frisson dans la nuit, dimanche 31 mai à 20.45 et 22.20 DECCa Ils sont sur ARTE Cécile de France Avec un tel nom, difficile de rester en Belgique. À 17 ans, Cécile de France quitte son plat pays et le bistrot de ses parents, où Benoît Poelvoorde venait boire des coups, pour rejoindre les cours d’art dramatique et les plateaux de cinéma français. Dominique Besnehard, l’agent des stars, qu’elle vient de retrouver comme producteur de la série 10% réalisée par son cinéaste fétiche Cédric Klapisch, la repère. Elle se coupe les cheveux et obtient son premier César en lesbienne assumée dans L’auberge espagnole. Celle qui a été cracheuse de feu à ses débuts à Paris étonne par sa capacité à se métamorphoser, aussi bien en nonne rebelle (Sœur sourire) qu’en journaliste dans le film de Clint Eastwood Au-delà, sans se départir d’une gouaille à l’Arletty. Dans le prochain film de Catherine Corsini, La belle saison, elle jouera une féministe amoureuse du personnage interprété par Izïa Higelin. Quand j’étais chanteur, mercredi 3 juin à 20.50 N°23 – semaine du 30 mai au 5 juin 2015 – arte Magazine Riccardo Chailly Sa nomination à la Scala de Milan, où il vient de succéder à Daniel Barenboim au poste de directeur musical, lui rappellera sa jeunesse. À 20 ans, fils d’une famille de musiciens de Milan était l’assistant du chef d’orchestre Claudio Abbado. Aimant relier les compositeurs du passé à notre époque, celui qui a également officié comme batteur de rhythm and blues dans sa jeunesse est depuis trente ans à la tête des grands orchestres européens, du Concertgebouw d’Amsterdam à l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, où Karajan l’avait introduit, et qu’il continuera de diriger en parallèle de ses nouvelles fonctions jusqu’en 2020. Histoires de la Scala, dimanche 31 mai à 17.35 9 getty



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :