Arte Magazine n°2015-23 30 mai 2015
Arte Magazine n°2015-23 30 mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-23 de 30 mai 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : mission Rosetta.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Samedi 30 mai à 22.40 Eddie Barclay, le roi du showbiz Lire page 12 Documentaire Eddie et la bande de Saint-Germain Considéré comme le plus grand producteur de variété française, Eddie Barclay fut aussi un fervent adorateur de jazz, en bonne compagnie, dans les clubs de Saint-Germain-des-Prés. 6 N°23 – semaine du 30 mai au 5 juin 2015 – arte Magazine Gamma-Keystone via Getty Images CO GAMMA-KEYSTONE VIA GETTY IMAGES À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Édouard Ruault, fils de cafetiers de la gare de Lyon, n’a encore rien du Eddie Barclay milliardaire et jet-setteur des années 1980. Autodidacte, il a appris la musique sur un vieux pianola, grâce au jazz, genre musical qui débute à la radio en France. Très vite, Edouard met ses études de côté et devient pianiste, dans un bar du 9 e arrondissement de Paris. Deux autres jeunes talents fréquentent l’endroit  : Django Reinhardt et Boris Vian. Édouard a alors 20 ans, et forme sa première bande. Durant l’Occupation, il se rapproche du milieu zazou et rejoint les cercles du jazz des caves de Saint-Germain-des-Prés, où il joue, nuit après nuit, en bonne compagnie. À la Libération, un ami de Django se greffe au petit groupe  : Henri Salvador, qui deviendra l’un des plus grands interprètes de Vian. Sol majeur En 1945, la France ne jure que par les Américains. Édouard Ruault adopte un pseudonyme opportun  : Eddie Barclay. Sur le modèle des endroits où il a beaucoup joué, bu et ri, il fonde le Barclay’s Club à Saint-Germain, qui devient vite un haut lieu du jazz. Existentialistes et zazous s’y pressent pour écouter Vian, Salvador, Django et le jeune Michel Legrand. Barclay, lui, n’est pas un grand pianiste de jazz. Moqueur, Boris Vian l’a surnommé «Sol majeur» seule tonalité qu’Eddie maîtrise lors des improvisations. À la création de son premier label, le «Blue Star» en 1949, Django Reinhardt lui offrira huit morceaux, dont une dédicace, «Blues for Barclay». Dernière séance Avec le succès, Barclay s’éloigne du jazz. La bande des clubs de Saint-Germain se retrouve une dernière fois, à l’occasion d’une jam session, début 1956. Michel Legrand, qui revient d’une tournée aux États-Unis, ramène dans ses bagages un enregistrement d’un genre nouveau, le rock’n’roll. Amusés et inspirés, Barclay, Vian, Salvador et Legrand vont enregistrer des compositions parodiques, donnant naissance, entre autres, au fameux «Fais-moi mal, Johnny», considérées aujourd’hui comme les débuts du rock français. La même année, Eddie Barclay, producteur dorénavant reconnu, lance Dalida et bascule définitivement dans la variété française, qu’il propulse en haut du hit-parade. Pourtant, en 2005, près de cinquante ans après le dernier bœuf, c’est un orchestre de jazz qui accompagnera le cercueil du mythique producteur. François Pieretti Sources  : ina, exposition Boris Vian de la BNF et Eddie Barclay de Philippe Crocq et Jean Mareska (Pygmalion, 2010)
Documentaire L’invincible pilule RU-486 ARTE retrace dans un documentaire l’incroyable bataille suscitée par la mise au point, en 1982, de la pilule RU-486, qui a permis l’avortement sans chirurgie. Avant-goût du débat avec son inventeur, le professeur Étienne-Émile Baulieu. Le RU-486 a suscité des réactions aussi violentes, sinon plus, que la légalisation de l’avortement… Étienne-Émile Baulieu  : Plus violentes, si je me fie à mes souvenirs ! Ce qui explique ce déchaînement, à mon avis, c’est la conjonction de deux éléments  : c’était une découverte scientifique immédiatement applicable, et elle représentait un gain de liberté pour les femmes. Dans une civilisation comme la nôtre, où le machisme reste puissant, il n’existe rien de plus clivant. Le fantasme et l’irrationnel prennent le dessus. Mais il s’agissait aussi d’une combinaison invincible. À partir du moment où les femmes peuvent mettre un progrès en pratique, plus rien ne les empêche de s’en saisir. Aujourd’hui, 80% des avortements en France se font par voie médicamenteuse. Contrairement aux craintes exprimées au début, le nombre des IVG n’a pas explosé. Non, il est resté à peu près stable. La méfiance à l’égard de la nouveauté et des femmes qu’exprimaient ces accusations a été démentie. L’avortement n’est pas un acte qu’elles prennent à la légère, et le rendre plus facile n’a rien changé. En revanche, quels que soient les obstacles, si une femme a décidé d’interrompre sa grossesse, elle ira jusqu’au bout. Cela s’est toujours produit, y compris dans les pays où c’est interdit  : une femme meurt encore toutes les huit minutes des suites d’un avortement clandestin dans le monde. Vous attendiez-vous à être la cible d’insultes et de menaces à la suite de cette découverte ? Certainement pas à ce point-là. En général, je tolère les idées différentes des miennes. Mais le jour où le professeur Lejeune, que je connaissais bien et que je tutoyais, m’a accusé de vouloir causer plus de morts que Hitler, Staline et Mao Tsé-toung réunis, ; Solt'1 iork This Pill Will Change Everything About Abortion lors d’un débat qu’on revoit dans le documentaire, c’était tellement stupide que si le sujet n’avait été aussi sérieux, j’aurais éclaté de rire. Le RU-486 est donc entré dans les mœurs aujourd’hui ? Oui. Il n’a pas banalisé l’avortement, mais il s’est normalisé, d’autant mieux qu’il est efficace et n’induit aucun effet secondaire. C’est un très bon médicament que je suis plutôt fier et heureux, moi qui suis médecin avant d’être chercheur, d’avoir mis au point. Propos recueillis par Irène Berelowitch N°23 – semaine du 30 mai au 5 juin 2015 – arte Magazine ifs Mardi 2 juin à 22.20 L’autre pilule, un combat pour les femmes Lire page 19 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :