Arte Magazine n°2015-19 2 mai 2015
Arte Magazine n°2015-19 2 mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-19 de 2 mai 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : internet, do not track.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
WEB artPc NCERT Chilly Gonzales -4 et Kaiser Quartett en concert privé Musicien virtuose, Chilly Gonzales s’illustre avant tout dans le décalage. ARTE Concert l’a filmé en live dans le joli cadre de la bibliothèque de Versailles. Ce dandy canadien à la personnalité déjantée a le don de s’approprier toute une gamme de genres musicaux. Le classique, le jazz, l’électro, la pop mais également le hip-hop et le rap constituent ses influences et se trouvent au cœur de ses compositions et de ses collaborations, notamment avec les Daft Punk, Jamie Lidell, Feist et Drake. Avec autodérision, il tisse des liens entre passé et présent pour créer un univers baroque teinté d’humour, où la douceur et le raffinement se mêlent à l’efficacité de la pop et à la gravité du rap. Alors qu’il déployait ses talents de rappeur dans The unspeakable Chilly Gonzales en 2011, il compose en 2012 Solo piano II, la suite d’un premier opus paru huit ans auparavant, qui laissait transparaître un goût pour le pastiche semblable à celui de l’un de ses modèles, Erik Satie. Son dernier album, Chambers, pour lequel il s’est entouré du Kaiser Quartett, est rempli d’humour et de dérision. En concert privé dans la superbe bibliothèque de Versailles, ce pianiste gangsta interprète les titres de son dernier opus avec le Kaiser Quartett, transposant habilement la musique de chambre dans un univers pop. Ce showman confirmé à l’éloquence et au charisme désarmants joue « La Marseillaise » en mode mineur mais scande aussi « I’m not a musical genius » debout sur son piano. Décapant. 8 N°19 – semaine du 2 au 8 mai 2015 – ARTE Magazine Sir Simon Rattle au Barbican Center Sous la direction de sir Simon Rattle la soprano Barbara Hannigan et le London Symphony Orchestra interprètent quatre œuvres majeures du XX e siècle. Des compositions jouées avec maestria au Barbican Center, à Londres. Le concert s’ouvre sur Six pièces opus 6 d’Anton Webern, suivies par des fragments de Wozzeck, un opéra d’Alban Berg emblématique des années 1920. Puis, Barbara Hannigan interprète Les mystères du macabre de György Ligeti, une œuvre pour soprano colorature. Enfin, Le sacre du printemps d’Igor Stravinsky clôt cette soirée sur une note explosive. Jungle à la Cigale La musique soul à la fois luxuriante solaire et charnelle de Jungle puise dans les sons et les manies d’artistes aussi emblématiques que Daft Punk, Chet Baker et Thom Yorke. Impossible de passer à côté de leurs singles, de leurs clips léchés et de leur premier album, un opus à l’efficacité redoutable présenté fin mars à la Cigale. Chassol à la Villette Sonique Après deux albums, Chassol le collectionneur de sons continue son tour du monde avec son nouvel album, Big sun. Cette fois, il a posé ses valises aux Antilles – dont il est originaire – pour y capturer sons, voix et rythmes de la rue. Un concert mémorable, enregistré au festival la Villette Sonique.
Sipa corbis Ils sont sur ARTE Kim Ki-duk En Corée du Sud, il est la bête noire des comités de censure. Viols, meurtres, castrations, inceste  : les festivaliers de la Mostra de Venise 2013, venus découvrir Moebius, un de ses derniers films, s’en souviennent encore. Du sang, des larmes, du viscéral traversent l’œuvre de ce cinéaste autodidacte, qui faillit être prêtre. C’est au cours d’un voyage en France qu’il découvre sa vocation de réalisateur au contact de films signés Leos Carax et Jean- Jacques Annaud. One on one, son dernier opus, tout aussi violent que les précédents, cherche encore un distributeur en France. Pieta, lundi 4 mai à 23.00 Éric Caravaca D’abord, on n’a vu que ses yeux noirs. C’est dans le rôle d’une gueule cassée entourée de bandages qu’Éric Caravaca, déjà repéré dans un film de François Dupeyron (C’est quoi la vie ?) , se révèle dans La chambre des officiers en 2001. Patrice Chéreau remarque cet acteur capable de saisir la part fuyante de ses personnages, et le fait jouer dans Son frère, en 2003. Lorsqu’il s’attelle à l’écriture de son premier long métrage, Le passager, en 2006, encore une histoire de frère, l’acteur se déclare hanté par une phrase de Deleuze qui dit « que si l’on n’a pas connu la honte d’être un homme, alors on n’a rien à faire dans un métier artistique. Pour moi, le cœur de tout est là  : quelles sont nos bassesses intimes, où sommeille exactement le fasciste que nous avons tous au fond de nous ? » On a vu récemment Éric Caravaca dans la série Paris, diffusée par ARTE début 2015, et on le retrouvera bientôt au côté de Nathalie Baye dans Préjudice d’Antoine Cuypers. Alias Caracalla – Au cœur de la Résistance, vendredi 8 mai à 20.50 N°19 – semaine du 2 au 8 mai 2015 – ARTE Magazine Simen Kjellin Lars Svendsen Ce pur esprit norvégien s’est fait connaître dans le monde entier avec ses petits traités didactiques interrogeant l’époque sur ses moteurs et ses inquiétudes. L’ennui, la peur, la mode ou le labeur (Le travail – Gagner sa vie, à quel prix ?, publié chez Autrement en 2013)  : tous ont été des best-sellers traduits dans une vingtaine de langues. Un sort que devrait connaître son nouvel ouvrage sur la liberté (A philosophy of freedom, sorti en 2014). Partisan d’une philosophie accessible à tous, ce quarantenaire parsème ses ouvrages de références éclectiques, de Marx au groupe The Smiths. Tracks, samedi 2 mai à 23.10 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :