Arte Magazine n°2015-19 2 mai 2015
Arte Magazine n°2015-19 2 mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-19 de 2 mai 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : internet, do not track.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 6 mai JOURNÉE 5.15 LM Le « Triple concerto » de Beethoven dirigé par Tugan Sokhiev Concert 6.00 M Voyages au bout du monde avec Art Wolfe En Asie – L’Inde et le Népal Série documentaire 6.25 LM X:enius D’où vient la mode ? Magazine 6.55 LM Personne ne bouge ! Spécial Suède Magazine 7.30 LM Karambolage Magazine 7.45 LM Fleuves du monde Mékong – Le fleuve nourricier Série documentaire 8.30 7 LR X:enius Comment sauver les coraux ? Magazine Multidiffusion le 6 mai à 17.20 8.55 LMEM Monuments éternels Pétra, capitale du désert Série documentaire 10.15 LMEM Le vin et la science  : un nouveau pacte Documentaire 11.15 EM Escapade gourmande Le chocolat belge Série documentaire 11.40 LEM La renaissance de la rivière Boteti Documentaire 12.25 7 R 360°-Géo Le facteur de l’Himalaya Reportage 13.20 7 ARTE Journal 13.35 M CINÉMA Jeremiah Johnson Film de Sydney Pollack (1971, 1h44mn, VF) Kirch Media Un trappeur libertaire perd son fils et sa femme, massacrés par les Indiens Crow. Sydney Pollack revisite le western le temps d’une chasse tragique, avec Robert Redford. 15.45 7 L Chemins d’écoles, chemins de tous les dangers La Mongolie Série documentaire Réalisation  : Karsten Scheuren (2015, 43mn) Nouvelle salve de reportages sur la route semée d’embûches de vaillants écoliers aux quatre coins du monde. 16.25 7 LR John Law, la banque royale et le krach de 1720 Documentaire 17.20 LM X:enius Comment sauver les coraux ? 17.50 7 R Voyages au bout du monde avec Art Wolfe En Mongolie – Entre steppe et montagne 18.15 LM Les routes mythiques de l’Europe La Via Publicae au Portugal Série documentaire ARTE/Maha P./Bea Müller SOIRÉE 19.00 7 LR Voyages en pays nordiques Le sud de la Norvège et Oslo Série documentaire (2011, 15x43mn) Réalisation  : Claas Thomsen Une série qui explore l’infinie variété des paysages et des lumières du Nord. Multidiffusion le 8 mai à 10.30 19.45 7 ARTE Journal 20.05 7 L 28 minutes Magazine 20.45 L7 ER Silex and the city Le berceau de l’humanité Série d’animation 20.50 7 R VF/V0STF CINÉMA Le tombeau des lucioles Film 22.15 7 L LE DOCUMENTAIRE CULTUREL Dans la fièvre des années 20 Vienne, la dernière danse Série documentaire 23.10 7 L V0STF CINÉMA My beautiful country Film 0.40 LMEM VF/V0STF Peaky Blinders (5 & 6) Série I 2.30 LM Le souffle de la guerre chimique Documentaire 3.50 LMEM Cancer  : la piste oubliée Documentaire 20 N°19 – semaine du 2 au 8 mai 2015 – ARTE Magazine Tiger Aspect E D sous-titrage pour sourds et malentendants audiovision pour aveugles et malvoyants L diffusion en haute définition disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion 7 M vidéo à la demande M multidiffusion R rediffusion VF/V0STF version française version originale sous-titrée en français V0STF version originale sous-titrée en français Akiyuki Nosaka/Shinchosha 20.50 CINÉMA Le tombeau des lucioles Deux enfants essaient d’échapper au bruit et à la fureur guerrière d’un Japon en pleine décomposition. Par ces images féeriques, Takahata démontre que le cinéma d’animation n’a rien à envier à la fiction classique. Japon, été 1945. Les B-29 américains déversent des tonnes de bombes sur Kobé, qui s’embrase. Une pluie noire tombe sur la ville... Seita, 14 ans, et sa petite sœur Setsuko, 4 ans, se retrouvent orphelins. Fuyant une tante qui ne cesse de les brimer, ils se réfugient dans un bunker désaffecté, illuminé par des milliers de lucioles. Mais bientôt, Setsuko s’affaiblit faute d’alimentation et d’hygiène... L’enfance face à la guerre Entre Allemagne année zéro de Rossellini et Jeux interdits de René Clément, Le tombeau des lucioles aborde de façon à la fois romanesque et réaliste le
thème des enfants face à la guerre. Les dessins, d’une grande beauté, rendent à merveille l’univers féerique dans lequel Seita et sa sœur s’acharnent à survivre. Les lucioles ont cette légèreté onirique que l’on retrouve dans l’ascension finale des sylvains dans Princesse Mononoké ou cette poésie énigmatique de la neige qui tombe dans Hana-bi de Takeshi Kitano. Comme chez Kitano, la force de ces instants de pure poésie est rehaussée et isolée par la violence omniprésente. Le bunker où les deux enfants ont trouvé refuge devient un sanctuaire de l’innocence préservée. Ce contraste entre la relative légèreté formelle du film d’animation et la gravité du propos fait tout l’intérêt du film. Takahata démontre que l’animation peut porter un message fondamental, raconter l’histoire et faire œuvre de mémoire. (Hotaru no Haka) Film d’animation d’Isao Takahata (Japon, 1989, 1h24mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Isao Takahata, d’après la nouvelle d’Akiyuki Nosaka - Directeur artistique  : Nizo Yamamoto - Dessins des personnages  : Yoshifumi Kondo Musique  : Yoshio Mamiya - Production  : Studio Ghibli (R. du 12/6/2000) 22.15 LE DOCUMENTAIRE CULTUREL Dans la fièvre des années 20 Vienne, la dernière danse Dernier volet d’une série qui explore l’effervescence artistique des Années folles. Aujourd’hui  : Vienne. L’Autriche n’a pas été épargnée par la Première Guerre mondiale. Après l’effondrement de l’Empire austrohongrois, la situation politique est plus qu’incertaine. Le krach boursier de 1924 n’arrange rien, provoquant une explosion du chômage. Mais les Viennois ne perdent pas leur légendaire sens de l’humour et de la dérision. Un vent de renouveau souffle envers et contre tout... Bouillon de culture Au temps de « Vienne la rouge », architecture et urbanisme social, culture ouvrière et bourgeoisie juive éclairée font progresser la société. Mais Vienne est aussi la capitale de la psychanalyse et d’un certain pessimisme des intellectuels – le polémiste et redoutable auteur satirique KarlKraus prédit ainsi l’apocalypse à venir. La presse est en effervescence. La nouvelle musique de Schönberg s’impose, l’Opéra de Vienne séduit l’Europe et les théâtres sont pleins. Le Festival international de théâtre de 1924 attire les auteurs et metteurs en scène d’avant-garde. Les chansonniers s’en donnent à cœur joie dans les cabarets. Des femmes comme Margit Louise tiennent salon, tandis que Trude Fleischmanns’illustre par ses photographies. Série documentaire (Allemagne, 2015, 3x52mn) Réalisation  : Stefanie Appel - Production  : HR HR N°19 – semaine du 2 au 8 mai 2015 – ARTE Magazine Maja Medić 23.10 CINÉMA My beautiful country Sur fond de guerre au Kosovo, une bouleversante histoire d’amour en même temps qu’un lumineux portrait de femme. 1999. En pleine guerre civile du Kosovo, Ramiz, un soldat albanais menacé par un militaire serbe, échappe de peu à la mort. Blessé, il trouve refuge chez Danica, qui pleure son mari mort sur le champ de bataille et vit avec ses deux fils, Vlado et Danilo. D’abord effrayée par l’intrus, la jeune veuve serbe décide de le soigner à ses risques et périls. Alors que son fils aîné connaît ses premiers émois amoureux, elle se rapproche de Ramiz, bientôt indispensable auprès de ses enfants. Un début de romance que le conflit rappelle brutalement à la réalité. Lyrisme assumé Sur le motif a priori classique de l’histoire d’amour impossible en temps de guerre, la jeune réalisatrice Michaela Kezele signe, avec ce premier long métrage, une œuvre d’une justesse sensible qui évite l’écueil du mélo, sans se priver de lyrisme. S’appuyant sur le contraste entre la douceur du foyer de l’héroïne et la violence du monde extérieur déchiré par la haine et les bombardements, le récit, tout en nuances, coule avec fluidité comme la rivière Ibar qui sépare (et réunit) les deux communautés de la bourgade kosovare. Alors que la force des sentiments de la jeune veuve emporte ses préjugés, les enfants, eux aussi, veulent croire à la paix. Magnifiés par une superbe photographie, l’histoire d’une renaissance et un lumineux portrait de femme. Mention spéciale, Festival du film de Munich 2012 (Die Brücke am Ibar) Film de Michaela Kezele (Allemagne/Serbie/Croatie, 2012, 1h25mn, VOSTF) Scénario  : Michaela Kezele, Momcilo Mrdakovic Avec  : Zrinka Cvitesic (Danica), Misel Maticevic (Ramiz), Andrija Nikcevic (Vlado), Milos Mesarovic (Danilo), Ema Simovic (Nana), Ana Markovic (Milena) - Image  : Felix Novo de Oliveira Montage  : André Bendocchi-Alves, Stine Sonne Munch - Musique  : Gerd Baumann, Martina Eisenreich, Gregor Hübner - Production  : Sperl Productions, Maxima Film, Atalanta mai 21 6 mercredi



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :