Arte Magazine n°2015-19 2 mai 2015
Arte Magazine n°2015-19 2 mai 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-19 de 2 mai 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : internet, do not track.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
mai 4 lundi Frédéric STUCIN/pasco 20.05 28 minutes Le magazine quotidien d’actualité 100% bimédia présenté par Élisabeth Quin. Élisabeth Quin reçoit tous les jours en première partie d’émission un invité témoin de l’actualité. Elle mène ensuite un débat sur le sujet chaud du jour, accompagnée de Nadia Daam, journaliste spécialiste du web, et alternativement des éditorialistes Vincent Giret, Claude Askolovitch, Guillaume Roquette et Renaud Dély. Jean-Mathieu Pernin présente sa chronique consacrée à la culture populaire. 2 N Sur le web, les internautes peuvent, avant l’émission, poser des questions via le site et les réseaux sociaux, mais aussi discuter entre eux pendant la diffusion et revoir en replay l’émission enrichie d’éléments interactifs. Magazine présenté par Élisabeth Quin (France, 2015, 40mn) Coproduction  : ARTE France, ALP EMKA Division of Universal City sTudios/VicTOR Milner 20.50 CINÉMA Pacific Express Bataille du rail enragée entre deux compagnies américaines. Un western conduit à toute vapeur par un maître du spectaculaire, Cecil B. DeMille. 1870, aux États-Unis. La guerre de Sécession fait rage. Deux compagnies ferroviaires rivalisent d’agressivité pour construire la ligne qui reliera l’océan Atlantique au Pacifique. Mollie Monahan, intendante et fille du conducteur du train de l’Union Pacific, attise la convoitise amoureuse de deux hommes  : l’agent du gouvernement Jeff Butler, chargé de la sécurité du convoi, et son ami Dick Allen. Celui-ci est soupçonné d’avoir participé à un sabotage de l’Union Pacific, orchestré par la compagnie rivale, la Central Pacific, soutenue par un politicien prêt à toutes les combines... Western et chevaux-vapeur La grande épopée du train transcontinental est un thème qui ne pouvait échapper à Cecil B. DeMille, toujours prompt à glorifier les valeurs pionnières américaines. Mêlant fresque historique et intrigue sentimentale, Pacific Express concentre toute la fibre spectaculaire du cinéaste des Dix commandements dans quelques scènes marquantes, comme la chute de la locomotive et l’attaque du train par les Indiens. À noter que Pacific Express a reçu en 1939 la Palme d’or du premier Festival de Cannes (interrompu par la guerre), décernée rétroactivement en 2002. 16 N°19 – semaine du 2 au 8 mai 2015 – ARTE Magazine (Union Pacific) Film de Cecil B. DeMille (États-Unis, 1939, 2h10mn, noir et blanc, VF/VOSTF) - Scénario  : Walter DeLeon,C. Gardner Sullivan, Jack Cunningham, Jesse Lasky Jr., d’après l’œuvre d’Ernest Haycox - Avec  : Barbara Stanwyck (Mollie Monahan), Joel McCrea (Jeff « Bucko » Butler), Akim Tamiroff (Fiesta), Anthony Quinn(Jack Cordray), Robert Preston (Dick Allen) - Image  : Victor Milner - Montage  : Anne Bauchens - Musique  : Sigmund Krumgold, John Leipold Production  : Paramount Pictures Palme d’or (décernée en 2002), Festival de Cannes 1939
KIM Ki-duk Film 23.00 CINÉMA Pieta Un usurier brutal croise une femme mystérieuse qui lui assure être sa mère. Une fable cruelle et raffinée sur la violence sociale en Corée du Sud. Dans un quartier coréen rongé par la misère, où les commerçants n’arrivent plus à faire face à leurs dettes, Kang-do est un usurier sans scrupules. Il n’hésite pas à mutiler ses débiteurs  : des agressions maquillées en accidents, afin que ces derniers touchent une assurance, sur laquelle il se rembourse. Une apparition vient perturber cette existence morbide et violente  : une femme, qu’il ne connaît pas, frappe à sa porte et prétend être sa mère. Elle veut rester avec lui, quitte à se rendre complice de ses exactions... Corée graphique C’est un choc esthétique et moral qu’a récompensé la Mostra de Venise en 2012. D’une noirceur absolue, porté par une violence à la limite du soutenable – mais parfois suggérée –, Pieta s’impose comme une fable sur la difficulté de survivre dans une Corée du Sud gangrenée par le capitalisme. D’une beauté plastique surprenante pour un tel sujet, cette charge grinçante de Kim Ki-duk raconte aussi la rédemption, son diabolique héros retrouvant une part d’humanité au fil du récit. Lire aussi page 9 Lion d’or, Mostra de Venise 2012 Film de Kim Ki-duk (Corée du Sud, 2012, 1h44mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Kim Ki-duk - Avec  : Jo Min-soo (Mi-seon), Lee Jeong-jin (Kang-do), Woo Gi-hong (Hoon-cheol), Kang Eun-jin (Myeong-ja, la femme de Hoon-cheol), Jo Jae-ryong (Gye-song), Lee Myeong-ja (la grand-mère) - Image  : Jo Yeong-jik Montage  : Kim Ki-duk - Musique  : Bak Inyeong Production  : Kim Ki-duk Film, Good Film, Finecut lobster films 0.40 CINÉMA L’inhumaine Une célèbre cantatrice reste insensible à tous ses prétendants jusqu’au jour où l’un d’eux se suicide. Un film de Marcel L’Herbier en forme de manifeste Art déco, restauré dans ses teintes originales. Claire Lescot, cantatrice hautaine et secrète, semble mépriser l’humanité. Un jeune admirateur se tue pour elle. Elle chante malgré le drame, mais ne peut rester insensible... Une synthèse des arts En 1923, grâce à ses recherches plastiques, Marcel L’Herbier est considéré comme un cinéaste d’avant-garde. La cantatrice Georgette Leblanc lui confie qu’un financier new-yorkais s’intéresserait à un film montrant les tendances actuelles de l’art français, où elle tiendrait la vedette. Pour réaliser cette synthèse des arts du moment, Marcel L’Herbier confie les décors au peintre cubiste Fernand Léger, à l’architecte Robert Mallet-Stevens, à Claude Autant- Lara et à Alberto Cavalcanti. Darius Milhaud compose la partition orchestrale. Après une première restauration partielle, en 1986, cette nouvelle version restaurée restitue à L’inhumaine ses couleurs d’origine, à partir des directives inscrites sur les négatifs conservés par les Archives françaises du film. Un travail acharné réalisé par la société Lobster Films. Le percussionniste Aidje Tafial a N°19 – semaine du 2 au 8 mai 2015 – ARTE Magazine composé une musique en s’inspirant des indications données par Darius Milhaud. Lire aussi page 6 Cycle muet L’inhumaine inaugure un cycle de quatre films inédits à l’antenne et restaurés  : L’inhumaine de Marcel L’Herbier, le 4 mai La peste à Florence d’Otto Rippert, le 11 mai Berlin, la cité des millions d’Adolf Trotz, le 18 mai La chronique de Grieshuus d’Arthur von Gerlach, le 25 mai CINEMA Retrouvez des grands classiques muets et des bonus sur arte Cinéma. Film de Marcel L’Herbier (France, 1924, 2h10mn, noir et blanc, muet) - Scénario  : Marcel L’Herbier, Pierre Mac Orlan - Avec  : Georgette Leblanc (Claire Lescot), Jaque Catelain (Einar Norsen), Philippe Hériat (le maharaja) - Montage  : Marcel L’Herbier Image  : Georges Specht - Musique originale  : Darius Milhaud - Production  : Cinégraphic Version restaurée 2015  : Lobster Films, ARTE, le CNC, la Sacem et la Maison Hermès - Création musicale 2015  : Aidje Tafial mai lundi 17 4



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :