Arte Magazine n°2015-18 25 avr 2015
Arte Magazine n°2015-18 25 avr 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-18 de 25 avr 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : chauvet déovoilée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Fac-similé de la grotte Chauvet et de ses somptueuses peintures, la Caverne du Pont-d’Arc ouvre ses portes le 25 avril. Reportage en Ardèche au cœur de ce projet exceptionnel, dont ARTE dévoile toutes les étapes dans un documentaire. en couverture Dans les collines sauvages de l’Ardèche, un édifice ultramoderne intrigue. Rond, blanc et haut de plusieurs mètres, il trône sur les hauteurs du village de Vallon-Pont-d’Arc. Autour, des ouvriers s’affairent à poser d’ultimes couches de béton. Un chemin bordé par une végétation abondante mène à cette étrange construction. Son terminus est une porte épaisse et close, qui suggère l’entrée d’un bunker. Mais il suffit de la franchir pour se projeter dans un autre âge, celui de l’Aurignacien, au cœur de la grotte Chauvet, ou plutôt de son fac-similé, la Caverne du Pont-d’Arc. Il faut quelques secondes pour que les yeux s’habituent à la pénombre, savamment travaillée. Mais peu à peu, les richesses de la caverne se dévoilent. D’abord, ces parois, plus vraies que nature. Puis, très vite, ces étranges dessins à l’ocre rouge. Au fil d’un parcours de 250 mètres s’enfonçant dans la cavité, on retrouve tout ce qui compose la grotte originale  : stalactites, cristaux, restes d’éboulis, ossements humains, empreintes d’ours… Et surtout ces incroyables peintures vieilles de 36 000 ans. Au total, quatorze espèces animales peu ou jamais représentées dans l’art paléolithique, du mammouth au lion des cavernes, en passant par le rhinocéros laineux et le hibou. Tous les sens en alerte Trente mois de travaux ont été nécessaires à l’édification de ce site, qui s’ouvre au public le 25 avril. Sa superficie de 3 000 m² en fait la plus grande réplique de grotte ornée au monde. Pour réaliser une telle prouesse, un comité composé d’artistes, de plasticiens et de spécialistes de la préhistoire a été constitué. Afin de restituer au plus juste l’atmosphère de la grotte, certains de ses membres peaufinent aujourd’hui les jeux de lumière, règlent la température ou vérifient le taux d’humidité, en attendant un « parfum » tout droit venu de Grasse, calqué sur l’odeur de Chauvet. 4 N°18 – semaine du 25 avril au 1er mai 2015 – ARTE Magazine La caverne Parmi eux, Gilles Tosello, tout à la fois préhistorien, peintre et illustrateur, s’est chargé de réaliser les panneaux emblématiques des Chevaux (45 m²) et des Lions (65 m²). De retour d’une expédition dans la grotte originale, il souligne la complexité de cette reconstitution  : « Chaque panneau est le fruit d’un an de travail. Il fallait tout d’abord restituer l’aspect géologique de la paroi avant de se concentrer sur le dessin. » Sa méthode, comme celle des autres artistes, était celle d’un faussaire plutôt que d’un copiste. « Il est extrêmement difficile de reproduire une peinture si on n’a pas le geste qui va avec, explique-t-il. J’ai dû me forcer à aller vite car plus je passais de temps à fignoler, plus je m’éloignais de l’esprit des originaux. » Dans Les génies de la grotte Chauvet, Christian Tran a filmé ce travail minutieux  : « Je souhaitais montrer le rapport d’un artiste contemporain à ces œuvres uniques et comment, aujourd’hui, notre humanité peut recréer un tel joyau. » Le réalisateur a également pu tourner à l’intérieur de la grotte Chauvet, apportant des images magnifiques à son documentaire. « Ce fut très difficile, souffle-t-il. Une personne tenait mon baudrier pendant que je filmais. À chaque instant, il y avait le risque de marcher sur un crâne ou d’érafler une peinture... » Certitudes CHAMboulées Aussi bien dans la grotte que dans sa réplique, la force des peintures laisse sans voix. Il émane d’elles une impression de mouvement amplifiée par une recherche évidente de la perspective, au service d’une cosmogonie imposante  : loin d’être figés, les dessins racontent tous une histoire et représentent parfois des êtres chimériques. « Ces hommes ne possédaient pas grand-chose sur le plan matériel mais avaient déjà beaucoup d’images dans la tête, assure Gilles Tosello. En peignant sur des reliefs compliqués, ils mettaient en scène ce qu’ils voyaient, un peu comme sur un écran de cinéma... Je me fais l’idée de gens pressés. » Leurs œuvres ont en tout cas bouleversé notre vision de l’art. « Ces peintures, parfaites, avec des techniques totalement maîtrisées, prouvent que dès les origines supposées de l’humanité, l’art est abouti », explique Dominique Baffier, l’ancienne conservatrice de la grotte Chauvet. Préserver et partager ce trésor préhistorique, classé au patrimoine mondial de l’humanité en juin 2014, relevait donc de la nécessité. Au plus près du chantier, de la grotte à la Caverne, le documentaire de Christian Tran permet de saisir tous les enjeux d’un tel projet. Raphaël Badache { 4
aux trésors Quark Dimanche 26 avril à 17.35 Les génies de la groTTE CHAUVET Lire page 14 N°18 – semaine du 25 avril au 1er mai 2015 – ARTE Magazine 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :