Arte Magazine n°2015-15 4 avr 2015
Arte Magazine n°2015-15 4 avr 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-15 de 4 avr 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : le JT des enfants.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
avril 6 lundi pathe renn20.50 CINÉMA Les orgueilleux Dans un petit port mexicain ravagé par une épidémie, une Française tombe amoureuse d’un médecin alcoolique. Un film violent et sensuel, et la première rencontre entre Michèle Morgan et Gérard Philipe. alvarado, petit port mexicain écrasé par le soleil. Nellie, touriste française de passage, échoue là avec son mari qui vient de tomber malade. Celui-ci succombe à une méningite. Tandis que l’épidémie se répand, Nellie se retrouve complètement démunie. De son côté, le médecin local ordonne de vacciner tous ceux qui ont approché le défunt. Nellie fait alors la connaissance de Georges, un docteur français déchu, alcoolique depuis le décès de sa femme. Dans une atmosphère de maladie et de mort, l’amour naît entre Nellie et Georges... Rédemption Typhus, de Jean-Paul Sartre, était situé en Chine. Les nécessités d’une coproduction franco-mexicaine changèrent le lieu de l’action et la nature de l’épidémie. Symboliquement, le film se déroule pendant la semaine sainte au Mexique. Il raconte l’histoire d’une rédemption par l’amour sur fond de catastrophe et de religiosité. Dans ce film violent se côtoient la misère, l’érotisme et la mort. La musique obsédante, les images moites et lumineuses traduisent l’isolement de Nellie et la déchéance de Georges. Morceaux d’anthologie  : le désespoir muet de Michèle Morgan cherchant de l’argent sur le cadavre de son mari, la scène de la piqûre, la tentative de viol et, surtout, la danse «pour un verre d’alcool» de Gérard Philipe. Le comédien livre une composition impressionnante. Quant à Michèle Morgan, elle a rarement été plus sensuelle. Lion de bronze, Venise 1953 Film d’Yves Allégret (France/Mexique, 1953, 1h39mn, noir et blanc) - Scénario  : Jean Aurenche et Yves Allégret, d’après Typhus de Jean-Paul Sartre - Avec  : Michèle Morgan (Nellie), Gérard Philipe (Georges), Victor Manuel Mendoza (Rodrigo), Michèle Cordoue (Anna), André Toffel (Tom), Carlos Lopez Moctezuma (le médecin), Arturo Soto Angel (le prêtre), Beatriz Ramos (l’infirmière) - Image  : Alex Phillips - Montage  : Claude Nicole - Musique  : Paul Misraki - Production  : CICC, Chrysaor Films Productions, Iéna, Reforma Films - (R. du 22/3/2007) 16 N°15 – semaine du 4 au 10 avril 2015 – ARTE Magazine Soirée Gérard Philipe
Rue des Archives/CollECTion CSFF Soirée Gérard Philipe 22.30 CINÉMA La fièvre monte à eL Pao Une dictature, une belle veuve, un méchant gouverneur... Une «mexicanerie» de Luis Buñuel, avec Gérard Philipe dans son dernier rôle. Le gouverneur de l’île-prison d’Odeja est assassiné en plein discours. À El Pao, la capitale, son secrétaire Ramón Vázquez assure l’intérim. Il en profite pour améliorer la condition des détenus et... avoir une aventure avec la veuve de son ancien patron, Inés. Mais l’arrivée de son successeur, AlejandroGual, indifférent au sort des prisonniers et qui convoite également la belle, contrecarre ses plans. Alors que le nouveau gouverneur organise la répression, Inés convainc Ramón de réagir en prenant la tête de la rébellion... Réformiste œuvre méconnue de Luis Buñuel, La fièvre monte à El Pao s’inscrit dans la période mexicaine du réalisateur, amorcée en 1947 avec Gran Casino, à laquelle succédera le retour en Europe marqué par les succès, entre autres, de Viridiana ou de Belle de jour. Buñuel situe l’action dans un pays imaginaire d’Amérique latine pour mieux dénoncer l’oppression dans sa globalité. Gérard Philipe, qui mourra brutalement peu de temps après le tournage, incarne un idéaliste prêt à tous les sacrifices pour faire triompher ses idées progressistes. Aux côtés de la sensuelle María Félix, l’acteur sert avec fougue ce réquisitoire politique à l’atmosphère suffocante. (Los ambiciosos) Film de Luis Buñuel (France/Mexique, 1959, 1h39mn, noir et blanc) - Avec  : María Félix (Inés Rojas), Gérard Philipe (Ramón Vázquez), Jean Servais (AlejandroGual), Miguel Ángel Ferriz (le gouverneur Mariano Vargas), Raúl Dantés (le lieutenant García), Domingo Soler (le professeur Juan Cárdenas) - Image  : Gabriel Figueroa - Montage  : Rafael Ceballos - Musique  : Paul Misraki - Production  : Le Groupe des Quatre, Cinematográfica Filmex S.A., CICC - (R. du 18/9/2001) N°15 – semaine du 4 au 10 avril 2015 – ARTE Magazine movieman/zdf 0.10 Cinéma L’appel de la montagne En 1865, l’Italien Antonio Carrel et le Britannique Edward Whymper se livrent un duel sans merci pour la conquête du mont Cervin. Un film d’aventures époustouflant. En 1865, deux équipes sont en concurrence pour accomplir la première ascension du mont Cervin. L’expédition italienne est menée par un alpiniste de la région, Antonio Carrel, tandis que l’équipe britannique est sous la direction du célèbre Edward Whymper. La première fois que les deux hommes se rencontrent, ils en viennent aux mains. Peu de temps après, pourtant, Carrel sauve la vie à Whymper et ils envisagent alors de tenter l’ascension ensemble. Mais certains membres de leur entourage sapent le projet et les deux alpinistes s’attaquent en rivaux au sommet  : Whymper à partir de l’arête suisse, Carrel par le versant italien... La grande épopée Le réalisateur Luis Trenker, lui-même alpiniste et grand connaisseur de ce monde qu’il a décrit tout au long de sa vie, a tourné en 1937 le remake d’un film muet de 1928 intitulé La bataille du Cervin. Si les valeurs qu’il prône – l’endurance sportive et l’amitié virile – peuvent paraître un peu trop dictées par l’air du temps et la montée du fascisme en Europe, les plans superbes, le décor grandiose et les personnages typiques en font un film de montagne exemplaire, encore admiré de nos jours. Voir aussi Cervin 1865  : une première tragique, le samedi 4 avril à 20.50 (Der Berg ruft) Film de Luis Trenker (Allemagne, 1937, 1h34mn, noir et blanc, VOSTF) - Scénario  : Luis Trenker, Hans Sassmann, Richard Billinger, d’après La bataille du Cervin de CarlHaensel Avec  : Luis Trenker (Antonio Carrel), Heidemarie Hatheyer (Felicitas), Herbert Dirmoser (Edward Whymper), Peter Elsholtz (Giordano), Lucie Höflich (la mère d’Antonio) - Image  : SeppAllgeier, Albert Benitz, Otto Martini, Walter Riml, Klaus von Rautenfeld - Montage  : Waldemar Gaede, Fritz Stapenhorst - Musique  : Giuseppe Becce Production  : Luis Trenker Film - (R. du 22/11/1998) avril lundi 17 6



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :