Arte Magazine n°2015-14 28 mar 2015
Arte Magazine n°2015-14 28 mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-14 de 28 mar 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : autistes, une place parmi les autres ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 en couverture Josef Schovanec ambassadeur de l’Autistan Philosophe, écrivain et militant pour la dignité des personnes autistes, Josef Schovanec, atteint du syndrome d’Asperger, témoigne avec force, fantaisie et humour des difficultés qu’elles rencontrent dans l’éclairant documentaire Autistes  : une place parmi les autres ? Entretien. Pourquoi vivez-vous actuellement à Oman ? Josef Schovanec  : Depuis quelques années, pour des cours de langues et des recherches personnelles, je passe une partie de l’hiver en Orient. Quand on ne trouve pas sa place quelque part, on est poussé à chercher ailleurs. Avec, d’ailleurs, plus ou moins de succès  : par rapport au nombre de voyageurs heureux comme l’explorateur Ibn Battûta ou Marco Polo, combien de naufragés de la vie ? Votre intérêt pour les cultures et langues orientales a-t-il un rapport avec l’autisme ? Ma spécialisation universitaire est avant tout liée à différentes péripéties de la vie. Tout ne s’explique pas par l’autisme. Et c’est heureux  : le handicap, c’est avant tout la joie de déjouer les pronostics et les prédestinations. Quelle serait votre définition de l’autisme ? De savants traités médicaux le définissent comme une particularité génétique qui modifierait, entre autres, la socialisation et l’expression des émotions. Pour moi, c’est une autre manière de fonctionner et de voir le monde. Environ 1% de la population en est atteinte  : enfants, adultes, et personnes âgées – on les oublie toujours –, qui peuvent être de très chouettes amis. Comment imaginer ce pays que vous avez baptisé « Autistan » ? Plutôt que d’imaginer, on peut le visiter ou y habiter. L’Autistan peut commencer à côté de chez vous, mais se révéler plus exotique que le bout du monde. Quant au mot « Autistan », j’en avais essayé plusieurs, mais c’est celui qui sonnait le mieux. Avec, en prime, ce délicat parfum d’Asie centrale. C’est le N°14 – semaine du 28 mars au 3 avril 2015 – ARTE Magazine même monde que le vôtre, vu autrement. Avec peut-être plus de détails et de couleurs dans certains domaines. Quand on va en forêt sans rien connaître aux champignons, on n’en voit quasiment aucun. En compagnie d’un mycologue, on reste bouche bée face au spectacle. Mais bien sûr, percevoir le monde autrement n’est pas l’apanage des autistes. Vous êtes atteint du syndrome d’Asperger. De quoi s’agit-il ? Dans les classifications antérieures, le syndrome d’Asperger était une sous-catégorie d’autisme. À présent, on l’a ôté des manuels. Certains s’en désolent. À mon avis, cette suppression a eu un grand avantage  : montrer qu’il n’y a rien de fatidique dans le diagnostic, et que toutes les personnes atteintes d’autisme peuvent, quel que soit leur profil, apprendre et s’épanouir. L’imagination est la seule limite pour l’être humain. Comment avez-vous grandi avec ce syndrome ? Difficilement, moins à cause de l’autisme que de l’ignorance. Dans les années 1980, lorsque j’étais enfant, les personnes compétentes étaient rarissimes en France et ailleurs. J’ai par exemple passé des années sous camisole chimique, avec une médication très lourde, sans raison claire ni résultats. Mais l’important aujourd’hui est de voir comment agir pour et avec les personnes dites « bizarres ». Quand avez-vous décidé de lutter pour l’autisme ? Peu après mon diagnostic, il y a plus de dix ans. À l’époque, tout le monde ou presque voyait les autistes comme des monstres salivant et frappant tout ce qui bouge. Après quelques rencontres particulièrement stressantes pour moi (à l’époque, sipa
Mardi 31 mars à 22.50 Autistes  : une place parmi les autres ? Lire aussi page 19 j’étais tétanisé à l’idée de devoir dire bonjour), des parents m’ont poussé à faire des conférences, et à lancer des cafés-rencontres autour de l’autisme, etc. À présent, les choses ont évolué. N°14 – semaine du 28 mars au 3 avril 2015 – ARTE Magazine La place de l’enfant autiste est-elle à l’école ? Bien sûr, c’est une nécessité humaine. Une amie autiste, militante de la cause, dit avec humour qu’il doit être à l’école pour que les autres enfants aient la chance de le rencontrer. C’est très vrai. Comment voulez-vous qu’il devienne un adulte fonctionnel si on le met à la poubelle de la société ? Le terme n’est pas trop fort. Entre les personnes autistes qui sont en hôpital psychiatrique, à la rue, celles qui se suicident, il y a de quoi désespérer. Combien ont un emploi correct ? En France, quasiment aucune. Cet état de fait n’est pas dû à un quelconque facteur propre à l’autisme, mais c’est une question de culture. J’espère qu’un jour, on leur permettra d’avoir une place dans la société. Que peuvent apprendre un non-autiste et un autiste l’un de l’autre ? La vie, tout simplement. J’aime bien la dernière phrase du préambule de la Constitution suisse  : « La force de la communauté se mesure au bienêtre du plus faible de ses membres. » Sachant que la personne dite normale peut être plus faible que la personne autiste. C’est le fondement même du vivre ensemble et du vivre avec. Propos recueillis par Katja Ernst Après Je suis à l’Est ! (Plon, 2012) et Éloge du voyage à l’usage des autistes et de ceux qui ne le sont pas assez (Plon, 2014), Josef Schovanec publie le 19 mars Comprendre l’autisme pour les nuls aux Éditions First. Sur la plate-forme web d’ARTE, retrouvez des bonus vidéo du film, ainsi qu’un éclairage sur le documentaire L’énigme de l’autisme  : la piste bactérienne, diffusé le 27 mars. arte.tv/autisme 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :