Arte Magazine n°2015-12 14 mar 2015
Arte Magazine n°2015-12 14 mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-12 de 14 mar 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : David Bowie is.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
1I MÔN DROIT Stli MON CHOIX OS% MA SANTE j.. Documentaire Avortement un droit menacé en Europe Le documentaire Droit à l’avortement – Le combat continue révèle le recul de l’accès à l’IVG dans les pays de l’Union, notamment là où la droite conservatrice gagne du terrain. Le point avec Vicky Claeys, directrice de la section européenne de la Fédération internationale pour le Planning familial. Mardi 17 mars à 22.45 Droit à l’avortement – Le combat continue Lire page 19 sipa Le droit à l’avortement est-il menacé dans l’Union européenne ? Vicky Claeys  : Il faut d’abord préciser qu’à Malte, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) demeure interdite. En Irlande, elle n’est permise que dans le cas où la vie de la mère est en danger. La Pologne mène aussi une politique très restrictive en matière d’avortement. Dans les pays où il est autorisé, son accès est souvent freiné. C’est le cas en Italie où 80% des médecins refusent de le pratiquer, faisant valoir une clause de conscience. Le gouvernement conservateur espagnol envisageait récemment de pénaliser à nouveau l’avortement. En Hongrie et en Roumanie, les partis au pouvoir veulent modifier la constitution pour donner le droit de vie au fœtus, ce qui pourrait par la suite restreindre le droit à l’IVG. En Suède et en Norvège, pourtant plus libérales sur le sujet, les attaques contre l’avortement, menées par les militants anti-IVG, se multiplient. Quelle est la situation en France ? En 1975, grâce à la loi Veil qui dépénalisait l’avortement, le pays a adopté une des législations les plus libérales d’Europe en la matière. En janvier 2015, pour les quarante ans de la loi, un plan 6 N°12 – semaine du 14 au 20 mars 2015 – ARTE Magazine national pour améliorer l’accès à l’IVG a été lancé par le gouvernement, avec notamment une meilleure diffusion de l’information. Depuis des années, les fermetures de centres pratiquant l’IVG étaient dénoncées par les femmes et les Plannings familiaux. Aujourd’hui, la France revient de nouveau à la pointe pour le droit à l’avortement, en Europe et dans le monde. Quelles sont les solutions qui pourraient améliorer l’accès à l’IVG dans les pays où il est en danger ? L’avortement reste stigmatisé, ce qui en fait une question taboue et politique. Il faut que les médias abordent ce sujet normalement, idem pour les femmes et les professionnels de santé. Car le mutisme de la société laisse de plus en plus la voie libre aux conservateurs. Au cours des dernières années, des Polonaises et des Irlandaises ont introduit des recours devant la Cour européenne des droits de l’homme car l’accès à l’avortement est impossible dans leur pays. Il faut que la société continue à se mobiliser et à manifester pour faire pression sur les gouvernements afin qu’ils agissent en faveur de l’IVG. Propos recueillis par Laure Naimski NON Cii "N  : I IJECIDIR PARANO MORIB
Sophie Dulac Distribution documentaire Un rêve devenu nôtre Retour sur l’extraordinaire aventure des Benda Bilili, musiciens de rue handicapés de Kinshasa devenus stars internationales, avec Florent de La Tullaye, le coréalisateur du film réjouissant qui les a rendus célèbres. Comment avez-vous fait la connaissance des Benda Bilili ? Florent de La Tullaye  : En mars 2004, nous sortions d’un bar animé de Kinshasa quand ce groupe de sans-abri, qui répétait sur des guitares déglinguées devant des enfants des rues, des prostituées et des soldats à la dérive, nous a fait signe d’approcher. Toute la nuit, nous avons écouté leurs voix bluesy. Un vrai coup de cœur et le départ d’une grande aventure que nous avons poursuivie jusqu’en 2013. Avec la célébrité, la fatigue des longues tournées, les batailles d’ego..., la formation s’est scindée en deux, et Coco, l’auteur des succès du groupe, a monté le Mbongwana Star, qui sortira un disque cette année. Où vivent les membres du groupe aujourd’hui ? À Kinshasa, où chacun d’eux a fait construire une ou plusieurs maisons. Avec le succès du film, les ventes des disques ont été exponentielles. Si les Benda Bilili ont gagné de l’argent, leurs amis pensaient qu’ils avaient amassé des fortunes – le lot de toutes les stars congolaises. Venant de la rue et conscients que la vie peut s’achever brutalement, ces musiciens ont su résister à la pression  : ils sont restés humbles et ont investi dans des commerces destinés à leurs familles. N°12 – semaine du 14 au 20 mars 2015 – ARTE Magazine Mercredi 18 mars à 23.35 Benda Bilili ! Lire page 21 S’il montre la pauvreté, Benda Bilili ! évite les clichés... Familiers de la République démocratique du Congo, Renaud Barret et moi y avons réalisé plusieurs films, et notre regard diffère de celui des médias occidentaux. Idem pour celui porté sur le handicap  : les Benda Bilili montrent qu’il se situe dans les jambes, pas dans la tête. Ils avaient un rêve – devenir les musiciens handicapés les plus célèbres du monde – et ils l’ont atteint. Où est le handicap ? Votre film aussi a été une aventure. En quelques mots ? Africains, musiciens, handicapés...  : à l’origine, en Europe, personne ne croyait en notre projet. Nous étions un peu nous-mêmes des Benda Bilili, et nous ne trouvions aucun financement. Mais leur rêve, devenu le nôtre, nous a portés pendant les cinq années de leur ascension. Finalement, la sélection au Festival de Cannes en 2010 a tout changé. Nous étions des héros, les musiciens des génies, et il fallait absolument voir le film. Nous avons bien fait d’écouter notre cœur. Une vraie leçon de vie pour tous ceux qui s’engagent hors piste. Propos recueillis par Julian Windisch 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :