Arte Magazine n°2015-12 14 mar 2015
Arte Magazine n°2015-12 14 mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-12 de 14 mar 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : David Bowie is.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
mars 15 dimanche Gédéon Programmes 17.40 Le documentaire CULTUrel La Victoire de Samothrace, une icône dévoilée À l’occasion de sa restauration, achevée en juillet dernier, un portrait aussi pédagogique qu’inspiré de l’une des plus grandes stars du Louvre. Comme La Joconde et la Vénus de Milo, la Victoire de Samothrace est nimbée de mystère. On sait que cette statue en marbre d’une femme ailée posée sur la proue d’un navire, considérée comme l’une des expressions les plus achevées de la sculpture hellénistique et datée du II e siècle avant J.-C., représente Niké, la déesse de la victoire. Mais on ne sait qui l’a sculptée, ni quand et pour quelle occasion. De l’île de Samothrace, dans le nord de la mer Égée, où elle fut découverte par hasard en 1863, à l’ancienne chambre du roi, au Louvre, où elle fut installée pour dix mois avec mille précautions à l’automne 2013, la réalisatrice Juliette Garcias a suivi le chantier de sa restauration. À travers cette rencontre entre une œuvre et des hommes de l’art (conservateurs, archéologues, restaurateurs...), elle nous fait entrer dans l’intimité de l’une des icônes de l’Antiquité. Grain et origine du marbre, subtilité du drapé, cicatrices de l’histoire, reconstitution millimétrée des pièces du puzzle, topographie du site originel...  : une passionnante initiation aux défis de la restauration et un portrait en pied, précis et inspiré, de la Victoire et de ses énigmes. Lire aussi page 5 Documentaire de Juliette Garcias (France, 2014, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Gedeon Programmes, le musée du Louvre 14 N°12 – semaine du 14 au 20 mars 2015 – ARTE Magazine paul blind 20.10 Vox pop Puissance de frappe des réseaux homophobes Chaque semaine, Vox pop enquête dans les coulisses de la société européenne. L’enquête  : depuis un an, en Autriche et en Espagne, les attaques et pétitions en ligne se multiplient contre les associations et les personnalités défendant la cause homosexuelle. Parmi elles, l’eurodéputée autrichienne Ulrike Lunacek, qui a subi une cyberattaque de 40 000 mails partis du site CitizenGO, une plateforme citoyenne ultracatholique, réactionnaire et ouvertement homophobe, basée à Madrid. L’interview  : Anton Chromík, leader slovaque de l’association Alliance pour la famille, à l’initiative d’un référendum contre toute forme d’union pour les homosexuels. Le « Vox report »  : à Rome, où une vaste affaire de corruption baptisée « Mafia capitale » éclabousse des politiciens de tous bords, des hommes d’affaires et des figures du crime organisé. Sans oublier le tour d’Europe des correspondants. Magazine présenté par John Paul Lepers (France, 2015, 26mn) - Coproduction  : ARTE France, Magneto Presse paramount pictures
20.45 CINÉMA Chinatown Dans le Los Angeles des années 1930, Jack Nicholson enquête sur une sombre affaire de meurtre, d’inceste et de corruption... Polanski signe un hommage au film noir devenu lui-même un classique du cinéma. Los Angeles, dans les années 1930. Détective privé et individu sans grande consistance, J. J. Gittes est spécialisé dans les affaires d’adultère. Engagé par une très belle femme, Evelyn Mulwray, il est bientôt entraîné dans une sombre histoire de meurtre liée à des escroqueries immobilières et à des détournements de fonds. Un petit truand sadique (le cinéaste lui-même, très convaincant dans le rôle) lui taillade une narine pour l’empêcher de se mêler de ce qui ne le regarde pas... Intrigues à tiroirs Avec son scénario embrouillé, en forme d’hommage aux intrigues à tiroirs de Raymond Chandler, Chinatown reste l’un des meilleurs films policiers des années 1970. La performance des acteurs – Jack Nicholson et Faye Dunaway en tête – est impressionnante, et le réalisateur parvient à recréer l’atmosphère des films noirs de la grande époque. Le Los Angeles des années 1930, qui n’a rien à envier auL. A. sordide des années 1990, est plus que crédible. Le côté morbide du film est atténué par l’utilisation de couleurs ArtP CQ NEMA Soirée présentée par Bertrand Tavernier tamisées, mais chaque détail (coiffure, automobile, décor) est minutieusement étudié. Avec ce film, Polanski réussit un hommage au genre qui transcende le pastiche. Chinatown fut sélectionné pour onze Oscars, dont celui du meilleur film, mais seul Robert Towne fut récompensé pour le scénario. Jack Nicholson en a lui-même produit et interprété une suite tardive, Two Jakes. Meilleur scénario, Oscars 1975 Cycle Printemps du polar Film de Roman Polanski (États-Unis, 1974, 2h05mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Robert Towne, Roman Polanski - Avec  : Jack Nicholson (J. J. Gittes), Faye Dunaway (Evelyn Mulwray), John Huston (Noah Cross), Roman Polanski (l’homme au couteau) Image  : John Alonzo - Montage  : Sam O’Steen Musique  : Jerry Goldsmith - Production  : Robert Evans, Long Road Productions, Paramount, Penthouse - (R. du 9/1/2012) N°12 – semaine du 14 au 20 mars 2015 – ARTE Magazine USA Films 22.50 The kid stays in the picture L’incroyable histoire vraie de Robert Evans La vie mouvementée de Robert Evans, producteur de Chinatown et de bien d’autres chefs-d’œuvre. La vie de Robert Evans se nourrit de coups de théâtre, comme ce jour de tournage du Soleil se lève aussi. Jeune premier sur un siège éjectable, Evans entre dans l’arène, au sens propre comme au figuré – il joue un toréador. Après sa prestation, il entend le producteur Darryl Zanuck s’écrier  : « The kid stays in the picture » (« Le môme fait le film »). Le jeune homme trouve alors sa voie  : devenir l’équivalent de Zanuck et peser sur le destin des films. Propulsé à la tête de la Paramount à la faveur d’un rachat en 1967, il affronte une presse exécrable, avant de retourner l’opinion grâce à son premier triomphe, Rosemary’s baby de Polanski. Une vie de nabab Producteur avisé de Love story, Chinatown, du Parrain et moins heureux de Cotton Club, Robert Evans mena une vie de nabab et travailla comme un forcené – boulimie qui lui coûta son grand amour, Ali MacGraw, l’héroïne de Love story. Narré comme un film noir, par une voix off au charme désabusé, ce documentaire inspiré des mémoires de Robert Evans nous immerge dans le microcosme glamour et sans merci d’Hollywood. Documentaire de Brett Morgen et Nanette Burstein (États-Unis, 2002, 1h29mn) - Production  : Woodland Picture LLC 0.25 Taïwan, l’île aux 1000 violons Éclairé par les témoignages sensibles de musiciens et de mélomanes, un voyage symphonique et syncrétique au cœur de l’île chinoise. Carrefour culturel depuis des siècles, ayant tour à tour subi la colonisation européenne, japonaise puis l’influence américaine, Taïwan vit une singulière histoire d’amour avec la musique classique. Ici, les grands chefs d’orchestre de passage, dont sir Simon Rattle, s’étonnent de la jeunesse et de la « faim » du public lors de leurs concerts. Une passion partagée par le milliardaire Shi Wenlong. À Tainan, dans le sud de l’île, le vieil homme a réuni quelque 1 400 violons – dont les plus précieux Stradivarius –, la plus importante collection au monde. Peu à peu, cette mélomanie a engendré des vocations. Première musicienne taïwanaise primée, la pianiste Chen Pi-hsien se souvient de son exil de jeune prodige en Allemagne dans les années 1960. Une pionnière suivie par d’autres, comme aujourd’hui la jeune et vibrante violoniste Sophie Wang. Mais cette inclination des Taïwanais pour Beethoven ou Vivaldi a peut-être freiné l’expression d’une identité musicale asiatique plus affirmée. Un syncrétisme en devenir porté par l’Orchestre chinois de Taipei. À travers ce voyage sensible en musique, et en s’appuyant sur d’émouvants témoignages, ce film explore en douceur l’âme et les paradoxes culturels de l’île. Documentaire de Mark Kidel (France/Taïwan, 2014, 52mn) Coproduction  : ARTE France, Artline Films r ",- #" -111r1r112 DR 1"'Cr-O r Artline Films/PTS.A111110 mars dimanche 15 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :