Arte Magazine n°2015-11 7 mar 2015
Arte Magazine n°2015-11 7 mar 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-11 de 7 mar 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Peaky Blinders, l'ascension d'un gang ultraviolent.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Jeudi 12 mars à 20.50 PEAKY BLINDERS (1 & 2) Lire page 23 en couverture Des Peaky Blinders à la sauce piquante Coiffés des mêmes redoutables casquettes que leurs doubles de fiction, les Peaky Blinders ont réellement existé. Histoire d’un gang familial qui a sévi à Birmingham à la fin du XIX e siècle, et qui revient, en plus féroce et plus filou, dans une série événement diffusée par ARTE dès le 12 mars. 4 N°11 – semaine du 7 au 13 mars 2015 – ARTE Magazine
Les Peaky Blinders apparaissent dans les rues de Birmingham dans les années 1890, soit près de trente ans avant l’époque où se déroule la série de Steven Knight. Diffusée depuis 2013 par la BBC Two, elle démarre le 12 mars prochain sur ARTE et raconte les aventures d’un gang familial, les Shelby, qui règne sur un quartier de la ville. Propulsée en quelques décennies au rang de deuxième cité d’Angleterre et de capitale industrielle, Birmingham battait à la fin du XIX e siècle tous les records de mortalité, d’alcoolisme, de jeu, de violences, d’agressions contre les policiers. Cinquante-huit pour cent des habitants y vivaient sous le seuil de pauvreté. Les rangs de terraced houses (cités ouvrières) noircies de la série donnent une vision assez fidèle des conditions apocalyptiques dans lesquelles vivait ce prolétariat urbain, entassé dans des taudis en centre-ville, à proximité des usines, dans un air irrespirable. « Coquettes » casquettes Sur le plan vestimentaire, le Peaky Blinder se rapproche du hooligan dont le journal Daily Graphic donne en 1900 la description suivante  : « Tous Tiger aspect portent un drôle de cache-col autour du cou, une casquette ramenée de façon désinvolte sur le devant de la tête couvrant bien le regard, et des pantalons très étroits au genou et très évasés sur les pieds. L’élément le plus caractéristique de leur uniforme est la large ceinture de cuir avec une boucle de métal. Ce n’est pas très décoratif, mais il est vrai que ce n’est pas fait pour cela. » Les Peaky Blinders (littéralement « visières aveuglantes ») ne se distinguaient du voyou victorien que par une coquetterie au niveau de la casquette. Pour le sociologue anglais Alfred Chinn, le gang tire son nom des peakys, qui désignaient les casquettes à visière de l’époque. Pour d’autres (comme on le voit dans la série), cette appellation tenait au fait que des lames de rasoir, des pièces cassées ou des morceaux d’ardoise étaient cousus dans la visière, laquelle servait à sabrer le front d’un adversaire, à l’aveugler momentanément par le sang versé, pour ensuite le rouer de coups. En tout état de cause, il ne faisait pas bon croiser un membre de cette confrérie, rendue fameuse aussi par ses jets de bouteille en pleine figure et ses coups de ceinture à boucle métallique. Du renfort irlandais Les Peaky Blinders ne tiraient pas leur fierté de leur force, mais de leur habileté à anéantir un adversaire et à le voler. Ils se montraient aussi d’une grande loyauté envers leur famille et leur mum, et mettait un point d’honneur à défendre leur rue. En fait de crimes, deux d’entre eux ont été condamnés pour avoir volé une bicyclette, un autre pour être entré par effraction chez un drapier, et un autre enfin pour « fausses prétentions »... On est loin de la palette d’exactions auxquelles se prête la famille Shelby dans la série  : meurtres, recel d’armes, vols, contrebande, paris truqués, etc. En réalité, les Peaky Blinders posaient avant tout problème aux autorités par leur révolte, celle d’une jeunesse pauvre contre l’ordre établi. Ce phénomène national a atteint des proportions plus importantes à Birmingham où, pour l’année 1898, on recense 564 agressions contre des policiers. En 1899, un nouveau directeur de la police, Charles Haughton Rafter, reconnu pour son action sévère à Dublin, prend la situation en main et recrute deux cents gros bras supplémentaires venus directement d’Irlande. La série fait allusion à cet épisode à travers le personnage de l’inspecteur Campbell (Sam Neill). Dès le début des années 1900, les Peaky Blinders quitteront la scène. Mais pas pour Steven Knight, qui a imaginé leur retour en 1919, dans une soupe anglaise bien épicée où nos gangsters, revenus de la guerre, côtoient d’autres crapules, des membres de l’IRA, des communistes et des policiers, le tout sous le regard sourcilleux du jeune Winston Churchill. D’oreilles coupées en têtes écrabouillées, font-ils plus peur que les vrais Peaky Blinders ? That is the question. Jean Demerliac N°11 – semaine du 7 au 13 mars 2015 – ARTE Magazine PRINTEMPS DU POLAR Du 9 au 26 mars, ARTE diffuse un cycle consacré au polar. Laissez-vous happer par ces joyaux du film noir, sortis des années 1940 à nos jours. sipa Présenté par Bertrand Tavernier Films Serpico de Sidney Lumet Lundi 9 mars à 20.50 La clé de verre de Stuart Heisler Lundi 9 mars à 23.00 Poupoupidou de Gérald Hustache-Mathieu Mercredi 11 mars à 20.50 Chinatown de Roman Polanski Dimanche 15 mars à 20.45 Quai des Orfèvres de Henri-Georges Clouzot Lundi 16 mars à 20.50 Le dahlia bleu de George Marshall Lundi 16 mars à 22.35 Mousson rouge d’Amit Kumar Jeudi 19 mars à 22.45 Court-circuit n°735 – Spécial Printemps du polar Vendredi 20 mars à 0.05 Classe tous risques de Claude Sautet Dimanche 22 mars à 20.45 Le dahlia noir de Brian De Palma Lundi 23 mars à 20.50 Pour toi, j’ai tué de Robert Siodmak Lundi 23 mars à 22.45L.627 de Bertrand Tavernier Mercredi 25 mars à 20.50 Séries Peaky Blinders – Saison 1 de Steven Knight à partir du jeudi 12 mars à 20.50 Double jeu – Zone grise d’Andreas Herzog Vendredi 13 mars à 20.50 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :