Arte Magazine n°2015-06 31 jan 2015
Arte Magazine n°2015-06 31 jan 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-06 de 31 jan 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : les années Pif.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Via Decouvertes 2'.11 `'. #v.` I 4', Documentaire La NAture miSE à prix.'fr FS I I jV. Ç\ar.' ! « Des mécanismes financiers permettent désormais de coter les espèces naturelles en bourse. Une marchandisation du vivant censée apporter un remède à la crise écologique. Aperçu d’un juteux marché émergent, à découvrir dans une enquête de Sandrine Feydel et Denis Delestrac, Nature, le nouvel eldorado de la finance. 4 N°6 – semaine du 31 janvier au 6 février 2015 – ArtE Magazine a.K'r%C. il 1z "A
Mardi 3 février à 20.50 Nature, LE nouvel eldorado de LA fiNANce Lire aussi pages 18-19 Depuis quand LA politique, l’industrie et LA fiNANce se sont-ELLES ALLiÉES pour « sauver LA PLANète » ? L’idée que les marchés financiers puissent résoudre les crises environnementales, comme le réchauffement climatique, l’extinction des espèces et l’épuisement des ressources naturelles a émergé il y a une cinquantaine d’années. Mais c’est aux États-Unis, avec les gouvernements Reagan, puis Bush, qu’elle s’est concrétisée  : la dérégulation des lois de protection de la nature a été aussitôt mise à profit par les lobbies industriels et financiers, qui compensent désormais leur empreinte écologique par l’achat de certificats de biodiversité. Les bases des marchés de l’environnement sont posées et des établissements d’un genre nouveau apparaissent  : les biobanques, spécialisées dans le vivant. Mais faire payer les multinationales en leur délivrant des certificats permet-il de sauver des espèces menacées ? Certains, à l’instar de Pablo Solon, ancien ambassadeur de Bolivie à l’ONU, y voient plutôt « un permis de tuer la nature ». Où acheter des actions « orang-outan » ? Qui dit espèce menacée annonce une potentielle cotation en Bourse de la part des biobanques. Celles-ci conçoivent des produits financiers ad hoc, créant par exemple des actions « orangoutan », « chien de prairie », « cactus », etc. Ouverts en 1991, juste avant le Sommet de la Terre à Rio, les premiers établissements de ce type ont aussitôt proposé à leurs clients d’investir dans des actions qui génèrent de la valeur tout en préservant une espèce en voie d’extinction, comme la mouche des sables en Californie. Une biobanque vend des actions « mouche » aux entreprises de la région qui compensent ainsi leur impact en investissant dans la protection de l’insecte. Aujourd’hui, le vivant est en partie entre les mains de ces banques, dont les profits atteignent des centaines de millions de dollars. Où louer des ABEiLLES ? Aux États-Unis, les abeilles sont en voie de disparition. Pour polliniser leurs champs, les fermiers ont recours à des entreprises qui leur louent les précieuses butineuses. « La pollinisation par les N°6 – semaine du 31 janvier au 6 février 2015 – ArtE Magazine abeilles est invisible pour l’économie, mais si on calculait sa valeur, cela représenterait environ 200 milliards de dollars, affirme l’économiste Pavan Sukhdev, soit 8% de la production agricole de la planète. » Les ASSociations écologiques ont-ELLES PActisé avec LE diABLE ? Les ONG ont besoin de fonds pour protéger la nature et les espèces. Certaines voient l’intérêt de s’allier à des multinationales comme le fait WWF, le Fonds mondial pour la nature, avec Coca-Cola. Stratégie gagnant-gagnant ou alliance contre nature entre associations environnementales et grands pollueurs ? Le débat fait rage. Quels sont LES risques de la fiNANciarisation de LA NAture ? Responsables de la dernière crise financière en date, des banques et des fonds d’investissement achètent partout sur la planète d’immenses zones naturelles riches en espèces animales et végétales en danger. Pour générer des profits, ces réserves sont transformées en produits boursiers possiblement spéculatifs. Le danger ? Les banques choisissent de protéger certaines espèces au détriment d’autres moins rentables, dont elles accélèrent, de manière perverse, l’extinction. Les multinatioNALES et LES marchés financiers prÉSErvENtils rÉELLEMENt LA biodiversité ? Au Brésil, Vale, l’une des plus grandes entreprises du secteur minier, développe des activités extrêmement polluantes. Pourtant, la société est cotée en Bourse à l’index du développement durable, puisqu’elle compense son impact sur la planète en reboisant des dizaines de milliers d’hectares en Amazonie et prétend dépenser un milliard de dollars par an pour préserver l’environnement. Mais cette économie verte serait une mystification, selon les défenseurs de la planète. Car les arbres replantés sont des eucalyptus (photo) qui appauvrissent les sols et transforment la forêt primaire en désert vert. Vale génère aussi des profits en vendant ses arbres pour produire du biocarburant. À quoi sert LE crédit carbone ? Conséquence du protocole de Kyoto signé en 1997, le principe d’une compensation des émissions de CO 2 passe par le financement de projets respectueux de l’environnement. Pour permettre à ce mécanisme de fonctionner, la tonne de dioxyde de carbone fait l’objet d’une véritable cotation de titres, appelés crédits carbone. Les acteurs du marché (États, entreprises et même particuliers) peuvent les acheter ou les vendre au gré de leurs besoins… créant ainsi un marché international qui n’est pas sans dérives. Laure Naimski 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :