Arte Magazine n°2015-04 17 jan 2015
Arte Magazine n°2015-04 17 jan 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-04 de 17 jan 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : victoire aux poings.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Dimanche 18 janvier à 16.55 LA PHILHARMonie de paris, UN RÊVE Musical Lire page 13 Documentaire La musique en son écrin Paris a enfin sa Philharmonie à l’instar des grandes capitales internationales. Le documentaire de Thomas Briat en explore la conception par Jean Nouvel, destinée à rivaliser avec les plus belles salles du monde. Tour d’horizon de ces lieux mythiques où l’architecture et la musique dialoguent sans fausses notes. 6 N°4 – semaine du 17 au 23 janvier 2015 – ARTE Magazine arte facTOry La pHilharmonie de Paris La grande salle de concert de la Philharmonie de Paris, qui complète les espaces de la Cité de la musique, est celle qui manquait à la capitale pour tenir son rang sur la scène musicale internationale. Inaugurée en janvier 2015, après un chantier marathon de cinq ans, cette salle modulable de 2 400 places peut tout aussi bien accueillir des grandes formations que des récitals ou de la musique amplifiée. Installés sur des balcons suspendus entourant l’orchestre, les spectateurs jouissent d’une acoustique hors du commun. « Cette suspension crée l’impression d’être entouré, immergé dans la musique et la lumière », dit Jean Nouvel, son architecte. La pHilharmonie de Berlin Sa conception révolutionnaire fait de la Philharmonie de Berlin, inaugurée en 1963, l’une des plus célèbres salles de concert au monde, et l’une des plus copiées. Alors que les salles du XIX e siècle étaient construites sur le modèle dit de la « boîte à chaussures », le public faisant face à la scène, l’architecte Hans Scharoun place l’orchestre au centre de l’auditoire, qui se trouve en osmose avec la musique. Très vite, les Berlinois surnomment ce lieu à l’acoustique exceptionnelle le « Zirkus Karajani », en raison de sa forme et de son chef d’orchestre de l’époque, Herbert von Karajan. Le Concertgebouw d’Amsterdam Le bâtiment se place dans le trio de tête des salles de concert ayant la meilleure acoustique au monde sans qu’on connaisse exactement les raisons de ce miracle sonore. C’est en 1888 que l’Orchestre du Concertgebouw a inauguré ce lieu d’inspiration néo-Renaissance flamande et la salle à la configuration de « boîte à chaussures ». Elle demeure une référence avec son acoustique merveilleusement boisée et réverbérée. La pHilharmonie de Luxembourg C’est sans conteste l’un des plus beaux bâtiments conçus par l’architecte Christian de Portzamparc. La Philharmonie de Luxembourg dresse ses formes elliptiques, son filtre de 823 colonnes blanches de façade et ses falaises colorées pour offrir un écrin royal à la grande salle imaginée avec l’acousticien Xu Ya Ying. Baptisé « Salle de concerts Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte », le grand auditorium, lui aussi en forme de boîte à chaussures, est inauguré en 2005 par l’Orchestre philharmonique du Luxembourg. Et aussi, le Musikverein à Vienne, le Symphony Hall à Boston ou le Royal Albert Hall à Londres. Laure Naimski
Samedi 17 janvier à 18.35 ARTE Reportage – 500 e Lire page 10 Syrie  : la vie, obstinément de Marcel Mettelsiefen a reçu le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre 2014. Magazine ARTE Reportage 500 numéros, 1 400 sujets, 150 pays explorés Depuis janvier 2004, ARTE Reportage poste ses caméras aux quatre coins de la planète. Ancien rédacteur en chef du magazine *, Marco Nassivera, aujourd’hui directeur de l’Information de la chaîne, revient sur cette décennie de grand reportage à l’occasion du 500 e numéro de l’émission. Comment ARTE Reportage est-il né ? Marco Nassivera  : L’idée était de combler un manque dans la temporalité de l’information  : entre l’immédiateté traitée dans le JT et le temps de la réflexion des documentaires « Thema » et géopolitiques, le grand reportage d’actualité permettait d’apporter un certain recul sur des événements en cours. Notre volonté, dans un contexte de mondialisation, était d’ouvrir grand les fenêtres, de parcourir le vaste monde. Nous avions à cœur de raconter les soubresauts de la planète à hauteur d’hommes, de femmes et d’enfants. Le format, le positionnement international et l’attachement à l’humain restent les points forts du magazine. Comment choisissez-vous les sujets ? L’actualité, brûlante ou récurrente, nous en dicte une partie. Par ailleurs, certaines thématiques nous sont chères  : le sort des femmes, des enfants, l’environnement, la démocratie... Nous essayons de trouver des angles originaux et de nous intéresser à un pays avant qu’il ne devienne « à la mode », comme ce fut le cas pour le Darfour. Nous veillons également à suivre des personnes et des pays dans la durée  : Haïti, une famille irakienne, la première femme à avoir remporté une mairie dans le nord du Mali... N°4 – semaine du 17 au 23 janvier 2015 – ARTE Magazine Quels souvenirs gardez-vous de ces onze années de reportages ? J’en ai beaucoup car nous avons couvert 150 pays et réalisé 1 400 sujets  : le reportage inaugural de Manon Loizeau sur une maternité à Grozny, dans la Tchétchénie en guerre, de belles rencontres, des succès dans les festivals, des épisodes plus douloureux, comme les enlèvements et les arrestations... Ces moments forts seront au cœur de la Nuit ARTE Reportage, programmée le 24 janvier, qui déroulera le film chronologique des événements majeurs de la décennie à travers des extraits de reportages marquants. Comment voyez-vous l’avenir du magazine ? Les innovations viennent surtout du web. Nous avons été parmi les premiers en Europe à proposer des webdocumentaires. Plus récemment, nous avons lancé la série bimédia Réfugiés, qui se clôturera prochainement avec le film de Claire Denis sur le Tchad. Nous préparons actuellement un autre projet, reposant sur une collaboration entre un journaliste et un dessinateur de BD. Propos recueillis par Manon Dampierre * Philippe Brachet est l’actuel rédacteur en chef d’ARTE Reportage. 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :