Arte Magazine n°2015-03 10 jan 2015
Arte Magazine n°2015-03 10 jan 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-03 de 10 jan 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : un jour à Paname.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Docside Productions documentaire Arrêt sur débâcle Innovant et spectaculaire, le nouveau docu-fiction de Fabrice Hourlier reconstitue la désastreuse épopée russe de Napoléon grâce une documentation historique sans faille et une technique de pointe, la stop motion. Avec Napoléon, la campagne de Russie, Fabrice Hourlier nous offre un copieux docu-fiction sur une des pages les plus sombres de la grande épopée impériale. Elle débute le 24 juin 1812, quand Napoléon, fort d’une armée de 500 000 hommes, franchit le pont du Niémen, sûr de conquérir la Russie en deux mois. Elle se referme cinq mois plus tard sur la traversée dantesque de la Berezina. La Grande Armée a été anéantie par l’hiver russe, la famine, les maladies et les cosaques, mais l’empereur a réussi à franchir la rivière avec sa garde et ses officiers, privant le tsar Alexandre I er et le maréchal Koutouzov du prestige d’une victoire. Hyperréalisme Alliant reconstitution méticuleuse et images 3D spectaculaires, Fabrice Hourlier démontre une fois de plus sa maîtrise des grandes fresques historiques et des séquences de fiction (lors des 8 N°3 – semaine du 10 au 16 janvier 2015 – ARTE Magazine Samedi 10 janvier à 20.50 NAPOLÉON, LA Campagne DE russIE Lire page 11 reconstitutions) qui ont fait le succès du Destin de Rome et d’Au nom d’Athènes, diffusés par ARTE en 2011 et 2012. Il innove ici avec l’introduction d’une technique, la stop motion, qui, alliée à la photogrammétrie (système de mesures et de modélisation reconstituant le relief d’une scène), permet de voyager dans différents instants de cette grande tragédie napoléonienne. L’action est figée et la caméra plonge et évolue au milieu des détails infinis d’un tableau en 3D et en haute définition. Certaines images sont stupéfiantes, comme un travelling arrière qui permet de suivre, depuis son point d’impact, la trajectoire d’un boulet de canon qui a perforé le thorax du général Montbrun. Cette séquence rappelle, non sans humour, le jeu vidéo, mais l’image de l’infortuné militaire, immortalisé dans sa pose de bravoure et reconnaissable à sa fine moustache noire, montre aussi l’hyperréalisme de cette reconstitution. Celle-ci s’appuie également sur les interventions d’historiens, français, anglais et russe, et sur différents protagonistes qui alimentent la fiction documentaire. Ils permettent ainsi d’évoquer des épisodes méconnus de la campagne de Russie. La grande histoire rencontre la « petite », celle des oubliés, des « traînards », blessés et civils restés de l’autre côté de la Berezina, qui firent les principaux frais de ce désastre. Entre longue durée et instantanés en 3D, Fabrice Hourlier reconstruit habilement les temporalités contrastées de cette apocalypse napoléonienne. Jean Demerliac
Estho News Hector Obalk Il a fait d’Aimer voir, TITre de l’un de ses derniers livres, son cheval de bataille. Chroniqueur régulier du magazine Elle, critique d’art et commissaire d’exposition depuis une quinzaine d’années, Hector Obalk s’est imposé comme un fin partageur des œuvres des grands maîtres d’hier et d’aujourd’hui. Éditeur de la correspondance de Marcel Duchamp tout autant que déboulonneur de la statue warholienne, l’historien pointe dans la troisième saison de Grand’art son regard d’expert iconoclaste sur le travail des maniéristes italiens du XVI e siècle. De Florence à Fontainebleau, on suit le guide avec gourmandise. Grand’art, dimanche 11 janvier à 12.05 Ils sont sur ARTE N°3 – semaine du 10 au 16 janvier 2015 – ARTE Magazine sipa Johnny Que l’on agite l’encensoir (un demi-siècle de succès, des shows dingues) ou s’amuse au bashing (« Ah que coucou ») , notre Jojo national est « la » star incontestée du rock à la française. Pour Rester vivant, son 49 e opus studio sorti mi-novembre, l’ex-idole des jeunes s’est encore entourée d’une flopée de talents, parmi lesquels Jeanne Cherhal et Miossec. Des ballades country-blues supervisées par Don Was, producteur d’albums des Stones, d’Iggy Pop ou de Dylan, qu’il défendra bientôt en tournée. Personne ne bouge !, dimanche 11 janvier à 17.00 Corbis Belle and Sebastian Fondé à Glasgow en 1996 et révélé trois ans plus tard aux Brit Awards, le groupe écossais d’indie pop s’est choisi pour nom le titre d’une inoubliable série télé française réalisée par Cécile Aubry. Très attendu, cinq ans après Write about love, Girls in peacetime want to dance, leur nouvel album studio (le neuvième !) , arrive dans les bacs ce 20 janvier. Stuart Murdoch, leur leader et cofondateur, fait coup double  : God help the girl, son premier film, est sorti sur les écrans le 3 décembre. Tracks, samedi 10 janvier à 0.05 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :