Arte Magazine n°2015-02 3 jan 2015
Arte Magazine n°2015-02 3 jan 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-02 de 3 jan 2015

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : Tandem, Laurent Stocker joue dans deux films.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
corbis Documentaire Menace sur le grand Nord Destiné à devenir le nouvel eldorado des compagnies pétrolières, l’Arctique est-il en danger ? En marge d’une enquête alarmante, entretien avec Michel Rocard *, qui suit ce dossier pour la France et intervient dans le documentaire. L’intérêt croissant des grandes compagnies pour les ressources de l’Arctique vous inquiète-t-il ? Michel Rocard  : Il ne faut pas s’emballer, ni désespérer. La présence d’hydrocarbures en Arctique, on la connaît depuis vingt ans  : des réserves de gaz formidables, à peu près 30% de celles de la planète, et 13 ou 14% du pétrole liquide. Aujourd’hui, tout le monde s’active sans aucune législation commune et les permis de forer sont donnés par les cinq pays riverains. La Russie a cependant cessé toute activité pétrolière et gazière depuis deux ans. Un choix dicté par l’incertitude face à l’efficacité des techniques et des matériels pour travailler par grand froid. Les Français de Total ont fait savoir qu’ils étaient solidaires et ont tout arrêté dans le Grand Nord. Mais Chevron, Esso, BP et d’autres compagnies continuent à forer, ce qui laisse peser en effet une menace. Quand on travaille dans le pétrole, il y a toujours des accidents. Une marée noire aurait des conséquences bien plus dramatiques qu’ailleurs… On combat les marées noires de deux façons. D’une part, en déployant très rapidement des barrages flottants qui empêchent la nappe pétrolière de s’étendre. Mais en Arctique, il n’y a que deux ports, et on est souvent à huit jours de mer 6 N°2 – semaine du 3 au 9 janvier 2015 – ARTE Magazine Mardi 6 janvier à 20.50 Arctique, la conquête glaciale Lire pages 18-19 du premier d’entre eux. D’autre part, en utilisant des produits chimiques qui facilitent la dissociation des molécules d’hydrocarbures et leur digestion par l’eau de mer. Mais cela ne fonctionne pas en eau froide ! Faute de financements pour établir les infrastructures nécessaires (ports, surveillance aérienne, phares, balises…), il est exclu que l’Arctique devienne une zone pétrolière à très forte exploitation avant vingt ans. En quoi consiste votre rôle d’ambassadeur de la France auprès du Conseil de l’Arctique ? Je tente de le rendre sensible au fait que l’on ne peut rester sans règles. On finira bien par en arracher quelques-unes ! Chacun devrait s’obliger à sélectionner les techniques les plus sûres et organiser une mutualisation des moyens de combat contre les catastrophes. J’ai aussi suggéré la création d’une société financière ouverte au monde entier pour financer des infrastructures. Les Russes ne pourront jamais le faire tout seuls. Et je n’oublie pas qu’en Antarctique, toute recherche de pétrole et de gaz est interdite. Une telle décision en Arctique serait la bienvenue… Propos recueillis par Pascal Mouneyres * Michel Rocard est ambassadeur de la France pour les négociations relatives aux régions polaires.
Sti Documentaire L’art de la drogue Dans un documentaire inspiré, Jérôme de Missolz retrace l’histoire des paradis artificiels et la manière dont la drogue a influencé la création artistique aux XIX e et XX e siècles. Gros plan sur quatre de ces œuvres intimement liées à la toxicomanie. Confessions d’un mangeur d’opium anglais « L’espace s’enflait, s’amplifiait, jusqu’à une indicible infinitude. » Dans ses Confessions, roman autobiographique publié en 1822, l’écrivain britannique Thomas de Quincey relate son addiction à l’opium. L’excès de drogue lui permet d’affirmer sa sensibilité artistique mais lui insuffle culpabilité et angoisse. Ses visions oniriques ressemblent à des cauchemars où la mort est omniprésente. L’œuvre de Quincey est la première à mettre en scène la figure du toxicomane. Sa traduction française par un jeune écrivain de 17 ans, Alfred de Musset, inspirera grandement les romantiques français. DR Rue des Archives/PVDE Les morphinées Dans ce tableau symbole du décadentisme, Georges Moreau de Tours dessine une femme en train de se piquer alors qu’une autre est affalée à ses côtés. L’artiste peint cette toile à la fin du XIX e siècle. Dans le sillage du symbolisme, un esprit « fin de siècle » apparaît et avec lui, l’esthétique décadente. Avec celle-ci, la drogue devient un motif artistique à part entière. Le décadentisme représente sans détour les gestes de la toxicomanie et ses effets sur l’être humain. On retrouve souvent dans ces œuvres des femmes droguées, appelées... « les morphinées ». The piper at the gates of dawn Sorti en 1967, cet album est le premier des Pink Floyd, emmenés par un Syd Barrett plus que jamais accro au LSD. Le titre – « Le joueur de pipeau à la porte de l’aube » – est une citation du Vent dans les saules, un classique de la littérature jeunesse de l’écrivain écossais Kenneth Grahame. Ce coup de maître devient la référence incontournable d’un nouveau mouvement contre-culturel  : le psychédélisme. Le groupe britannique y enchaîne les merveilles – « Bike », « Astronomy domine », « Lucifer Sam »... – en cassant les codes du rock. Un symbole de la rencontre entre la pop music et le romantisme opiacé du XIX e siècle. N°2 – semaine du 3 au 9 janvier 2015 – ARTE Magazine cc Mercredi 7 janvier à 22.25 Drogues et création – Une histoire des paradis artificiels Lire page 21 Requiem for a dream Adapté d’un roman culte d’Hubert Selby, Jr. (Retour à Brooklyn dans sa traduction française), le film de Darren Aronofsky, sorti en 2000, traite des ravages causés par la drogue – principalement l’héroïne et les amphétamines. On y suit la terrible descente aux enfers d’un jeune homme, de sa petite amie, de son copain et de sa mère, tous quatre victimes de leur dépendance. Trash, violent, extrêmement dur, Requiem for a dream a marqué l’histoire du septième art. Raphaël Badache WQ 9 g l 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :