Arte Magazine n°2015-01 27 déc 2014
Arte Magazine n°2015-01 27 déc 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2015-01 de 27 déc 2014

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : le saut de l'an avec Nicolas Le Riche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
mardi 30 décembre JOURNÉE 5.05 LEM Natalie Dessay chante Michel Legrand Concert 5.50 7 MR Charlot patine Film 6.55 LM Vivre avec l’animal Dauphins ambassadeurs, les messagers de la mer Série documentaire 7.40 L7 R Ces lacs qui tutoient le ciel L’Yssyk-Köl au Kirghizistan Série documentaire 8.25 7 X:enius Le gui  : une plante médicinale ? Magazine 8.50 R Chandani La fille qui murmurait à l’oreille des éléphants Documentaire d’Arne Birkenstock (2009, 1h27mn) Le parcours d’une fille de cornac décidée à marcher sur les pas de son père, quitte à bousculer les traditions. 10.20 L7 R Le vrai Baloo du Livre de la jungle Documentaire d’Oliver Goetzl (2011, 43mn) Dans le sud de l’Inde, l’ours lippu s’est laissé filmer, livrant des images inédites et émouvantes. 11.05 LMEM VF/V0STF La petite Dorrit (3 & 4) 12.50 LM Repas de fête Cuisine à bord Série documentaire 13.20 7 ARTE Journal 13.35 M VF/V0STF Cinéma Le Cid Film d’Anthony Mann(1961, 2h52mn) What’s Up Films Avec Charlton Heston et Sophia Loren, une adaptation fidèle des aventures du célèbre héros de l’Espagne médiévale, déchiré entre l’amour et l’honneur. 17.15 L7 R Les nouveaux paradis Oman, l’Arabie heureuse ; La Namibie, de faunes et de sables Série documentaire 18.45 Opérettes à Vienne Concert SOIRÉE 19.45 7 ARTE Journal 20.05 7 ER Les aventures culinaires de Sarah Wiener Saveurs d’anchois – Campanie Série documentaire Multidiffusion le 6 janvier à 11.20 20.50 L7 ER VF/V0STF Cinéma Lawrence d’Arabie Film Multidiffusion le 1er janvier à 13.30 0.20 7 ER Le code maya enfin déchiffré Documentaire 1.50 LM La faille du diable Téléfilm de Matthias Glasner (2011, 1h29mn, VF) En quête d’un secret de famille bien gardé dans un village perdu au cœur des monts Métallifères. 3.20 LM Rêver le cirque Bernhard Paul et le Cirque Roncalli Documentaire 18 N°1 – semaine du 27 décembre 2014 au 2 janvier 2015 – ARTE Magazine E D sous-titrage pour sourds et malentendants audiovision pour aveugles et malvoyants L diffusion en haute définition 7 disponible sur Internet durant sept jours après la diffusion M vidéo à la demande M multidiffusion R rediffusion VF/V0STF version française version originale sous-titrée en français V0STF version originale sous-titrée en français Bilderfest 8.25 X:enius Le gui  : une plante médicinale ? X:enius fait découvrir la science sur un mode ludique, le matin et en fin d’après-midi, du lundi au vendredi. En France et au Royaume-Uni, le gui est considéré comme un porte-bonheur qui favorise les amours. Vénéré depuis des millénaires en tant que plante médicinale, il effectue un grand retour ces temps-ci, notamment dans le traitement du cancer. En Allemagne, en Autriche et en Suisse, le gui est le remède le plus utilisé en oncologie. Mais est-il vraiment si efficace ? Magazine présenté par Émilie Langlade et Adrian Pflug (Allemagne, 2013, 26mn) 18.45 Opérettes à Vienne Sous la direction de Simone Young, des extraits d’opérettes composées par Schubert, Strauss ou encore Lehár. Le Musikverein de Vienne comme si vous y étiez. À la tête de l’Opéra de Hambourg depuis plusieurs années, la chef d’orchestre australienne Simone Young dirige aussi régulièrement l’Orchestre symphonique de Vienne. Depuis la fameuse salle dorée du Musikverein, ce programme reprend des extraits d’opérettes. Au programme  : Les amis de Salamanque de Schubert ; Le baron tsigane de JohannStrauss ; Matin, midi et soir à Vienne de Franz von Suppé ; Giuditta et Le pays du sourire de Franz Lehár ; Les joyeuses commères de Windsor d’Otto Nicolaï ; Le bal de l’opéra de Richard Heuberger. Extraits d’opérettes (Autriche/France, 2014, 57mn) – Direction musicale  : Simone Young – Avec  : Johan Botha (ténor), Florian Zwiauer (violon) et l’Orchestre symphonique de Vienne Réalisation  : Agnes Meth
1988 Columbia Pictures 20.50 Cinéma Lawrence d’Arabie Peter O’Toole, Omar Sharif, Alec Guinness, Anthony Quinn...  : une distribution prestigieuse a rendez-vous dans le désert pour le chef-d’œuvre épique de David Lean. De 1916 à 1918, durant la Première Guerre mondiale, le Moyen-Orient voit s’opposer Anglais et Turcs, alliés des Allemands. Dans le même temps, les chefs des tribus arabes préparent un soulèvement contre l’occupant ottoman et rêvent de créer un royaume indépendant. L’officier britannique Lawrence est envoyé par son état-major chez les Bédouins d’Arabie pour juger de la situation. Mais il outrepasse sa mission  : il entreprend d’unir les différentes tribus et prend leur tête pour attaquer l’armée turque... L’ivresse du désert L’action de Lawrence d’Arabie s’inspire du récit autobiographique de son héros, Thomas Edward Lawrence, Les sept piliers de la sagesse, épopée poétique du soulèvement du peuple arabe. Historien et archéologue diplômé d’Oxford, Lawrence était un fin connaisseur du monde arabe, qu’il avait visité et dont il avait appris la langue avant la guerre. Ses exploits guerriers aux côtés des Bédouins l’élevèrent au rang de mythe. David Lean nous offre un film d’aventures et une fresque historique à grand spectacle, sans pour autant céder sur l’analyse de la psychologie complexe de son héros. Lawrence est tiraillé entre des aspirations contradictoires  : sa mégalomanie et son désir d’être un homme ordinaire, son attirance pour le monde des nomades et sa vie d’officier britannique. Lawrence d’Arabie est aussi une méditation sur l’identité, un périple métaphysique dans le cadre grandiose du désert. Yeux bleus hallucinés, Peter O’Toole, dans son premier grand rôle, incarne magistralement cet homme que le désert, dans sa démesure, sa beauté et sa cruauté, rend ivre et presque fou. Il est entouré d’une pléiade de stars parmi lesquelles Anthony Quinn, Alec Guinness, et Omar Sharif, dans sa première superproduction. Sept Oscars (meilleurs réalisateur, décors, image, montage, musique, son et meilleur producteur) en 1963 (Lawrence of Arabia) Film de David Lean (Royaume-Uni, 1962, 3h28mn, VF/VOSTF) – Scénario  : Robert Bolt et Michael Wilson, d’après Les sept piliers de la sagesse, de T. E. Lawrence – Avec  : Peter O’Toole (T. E. Lawrence), Alec Guinness (le prince Feyçal), Anthony Quinn(Auda Abou Tayi), Jack Hawkins (le général Allenby), Omar Sharif (Sherif Ali), José Ferrer (le jeune Turc), Anthony Quayle (le colonel Brighton) – Image  : Freddie Young Montage  : Anne V. Coates – Musique  : Maurice Jarre Production  : Horizon Pictures – (R. du 2/1/2006) N°1 – semaine du 27 décembre 2014 au 2 janvier 2015 – ARTE Magazine Night Fire Films 0.20 Le COde maya enfin déchiffré Magnifique et complexe, l’écriture maya est restée indéchiffrable pendant quatre siècles. Récit de « l’une des plus formidables histoires de découverte scientifique du XX e siècle » selon le New York Times. En 1519, l’invasion des Espagnols et la prise de Cozumel par Cortez contraignent les Mayas à fuir vers la forêt vierge. Dans les cités abandonnées, les conquistadores découvrent des objets sacrés et utilitaires, mais aussi des milliers de livres rédigés selon un mystérieux alphabet composé de hiéroglyphes. Pour les très chrétiens envahisseurs, il ne peut s’agir là que de l’œuvre du diable  : ils interdisent ces ouvrages et en brûlent un nombre considérable. La tradition maya se perpétue néanmoins jusqu’en 1697, date de la prise de la dernière ville maya indépendante. Ensuite, ce qui fut l’une des plus grandes civilisations du monde sombre dans l’oubli. Du calendrier à l’écriture C’est au XIX e siècle que les premières fouilles sont entreprises dans les cités perdues de la jungle. Mais il faut attendre la fin du XX e siècle et l’exploration du site de Piedras Negras, dans le nord de l’actuel Mexique, pour avancer de façon significative dans le déchiffrement des écrits. Une importante équipe pluridisciplinaire commence à faire parler les textes, des histoires de royaumes et de guerres, d’alliances et de trahisons, d’artistes inventifs et de héros légendaires. Des récits qui témoignent de la profonde originalité de la civilisation maya, restée longtemps totalement isolée. Documentaire de David Lebrun (États-Unis, 2008, 1h30mn) – Production  : Night Fire Films Inc. Company, en association avec ARTE France (R. du 13/9/2008) décembre 30 mardi 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :