Arte Magazine n°20 9 mai 2020
Arte Magazine n°20 9 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de 9 mai 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : au nom du père, saison 2.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
ARTE MAG N°20. LE PROGRAMME DU 9 AU 15 MAI 2020 8 L’amour pourra-t-il sauver le clan familial meurtri ? Dans la seconde saison d’Au nom du père, Lars Mikkelsen incarne de nouveau avec maestria le pasteur Johannes Krogh, endeuillé par la mort d’August, son fils cadet. Entretien. Vers la lumière Jeudi 14 mai à 20.55 Série Au nom du père Lire page 22 7/5 12/6 En 2018, vous avez reçu le prix d’interprétation masculine aux Emmy Awards pour le rôle de Johannes Krogh. Qu’avez-vous ressenti ? Lars Mikkelsen  : Je me suis rendu à la cérémonie à New York avec une partie de l’équipe. Ce fut très agréable de se retrouver, mais aussi d’obtenir cette reconnaissance pour un travail collectif. Chacun de nous a apporté sa touche personnelle au processus créatif à partir d’une idée originale d’Adam Price. Pour moi, la nomination était en soi suffisante. Je ne m’attendais pas à recevoir le prix. C’est très gratifiant car ce rôle a occupé une grande place dans ma vie pendant plusieurs années. Qu’est-ce qui vous a attiré dans ce rôle ? Au départ, j’avais vraiment peur. Je me demandais si, de nos jours, il était envisageable de concevoir une série autour de la famille et du spirituel. Cela impliquait d’écrire une histoire où l’humain serait vraiment au cœur de l’intrigue. Il me semble que chacun de nous peut se retrouver dans la manière dont la famille de Johannes approche la foi. Je souhaitais également collaborer à un projet qui me paraissait essentiel et, ce faisant, m’éloigner des fictions plus traditionnelles, comme les séries policières. Comment décririez-vous le personnage de Johannes ? C’est un très bon pasteur. Mais il est constamment gouverné par ses émotions, ce qui le rend à la fois aimable et pénible pour son entourage. Il veut réussir parfaitement dans tous les aspects de la vie et tout le temps. C’est une noble aspiration, mais elle devient difficilement vivable car son éthique et sa morale sont très élevées et donc difficiles à atteindre, d’autant qu’il les impose à sa famille et notamment à ses deux fils dont aucun n’est capable de répondre à ses grandes espérances. Au fond, il aime ses enfants à condition que ceux-ci répondent à ses désirs, ce qui est dur à vivre pour ses proches. Mais lui-même a héritié de ce fardeau transmis par ses propres ancêtres… Interpréter un pasteur a-t-il changé quelque chose dans votre vie ? Comme mon travail consiste à me fondre dans le personnage que j’interprète, ce rôle a eu un impact sur moi qui suis toujours en recherche de sens. Au cours de ma vie, j’ai approché la foi, mais incarner Johannes a été le déclic qui m’a amené à me faire récemment baptiser. TINE HARDEN
De quelle manière votre personnage évolue-t-il au cours de la seconde saison ? Johannes est affecté par la mort de son plus jeune fils, August, à l’instar des autres membres de sa famille. La seconde saison explore le chagrin et le temps nécessaire pour surmonter un deuil. Qu’est-ce que cela va changer dans les relations de Johannes avec ses proches, mais aussi dans sa relation à sa foi ? Va-t-il réussir à évoluer pour devenir quelqu’un de meilleur, notamment pour sa famille ? Va-t-il parvenir à se rapprocher de son fils Christian ? Ce sont les enjeux de cette ultime saison. Que deviennent les autres personnages ? Elisabeth est le reflet opposé de Johannes. Tout en étant très différente de lui, elle est la seule qui puisse le rendre meilleur, à condition qu’il se l’autorise. Elle prend aussi conscience de sa capacité à mener une vie indépendante. Cela a été formidable de jouer avec AnnEleonora Jorgensen car c’est une actrice extrêmement talentueuse. Contrairement aux apparences, Christian est en réalité le fils qui ressemble le plus à son père. Il mène les mêmes batailles et porte en lui la même révolte. Johannes a poussé August à devenir pasteur. Il s’est appuyé sur lui bien que Christian soit plus proche de son père par son esprit rebelle qu’August ne partageait pas. Christian devra continuer à chercher sa voie. Quant à Emilie, la veuve d’August, elle n’aime ni la foi ni Johannes. Elle ne supporte pas ce patriarche à l’ancienne mode qui ambitionne d’être le moteur de l’ensemble de la famille. Emilie est très orthodoxe dans son athéisme et elle évolue en ce sens dans la seconde saison. Johannes et elle vont se livrer une farouche bataille car elle devient son principal opposant. Quel accueil a reçu la série, chez vous, au Danemark ? Elle a eu un fort impact car elle parle de ce que nous sommes en tant qu’êtres humains. En cela, elle possède des similitudes avec le cinéma français où les histoires creusent en profondeur les relations humaines. Propos recueillis par Laure Naimski En partenariat avec La saison 1 d’Au nom du père est disponible sur arte.tv du 2 mai au 7 juin. ÉDITIONS L’intégralité de la série est proposée en DVD et en VOD chez ARTE Éditions. ARTE MAG N°20. LE PROGRAMME DU 9 AU 15 MAI 2020 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :