Arte Magazine n°20 9 mai 2020
Arte Magazine n°20 9 mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de 9 mai 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : au nom du père, saison 2.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 11 mai ARTE MAG N°20. LE PROGRAMME DU 9 AU 15 MAI 2020 16 ANNE JOYCE/WILDSIDE 20.55 Cinéma Spécial Festival de Cannes chez vous The Immigrant Avec Marion Cotillard, touchée par la grâce, et Joaquin Phoenix, un mélo déchirant signé James Gray, qui met en scène l’envers du rêve américain, l’âpreté de l’exil et la force de l’espoir. New York, 1921. Ewa et sa sœur Magda, qui émigrent de Pologne, débarquent à Ellis Island, la Terre promise au fond des yeux. Mais Magda, tuberculeuse, est aussitôt placée en quarantaine, avant son expulsion programmée, au grand désespoir d’Ewa, qui jure de la sortir de là. Isolée et désemparée, cette dernière est bientôt recueillie par Bruno Weiss, un proxénète, homme tout à la fois providentiel et vénéneux, qui lui propose du travail en échange de la libération de sa sœur. Pour sauver Magda, Ewa, la catholique, consent alors à se prostituer avant qu’Orlando, illusionniste et cousin de Bruno, ne fasse renaître en elle un espoir, sous le regard fou de jalousie du maquereau. MIRAGE AMÉRICAIN Épopée tragique aux accents dostoïevskiens, The Immigrant suit le sacrifice sublime de son héroïne comme un long chemin de croix, jusqu’à la rédemption et la grâce. Car en acceptant la souillure par amour pour sa sœur, Ewa n’en finit plus de s’élever. Dans le New York corrompu des années 1920 aux allures de XIX e siècle, porte d’entrée d’un dévorant mirage américain, c’est aussi la rencontre de deux âmes perdues – Ewa, la catholique, que Marion Cotillard incarne avec force, tout en douleur retenue, et Bruno, le maquereau, en proie au désir, incarné par Joaquin Phoenix, touchant d’ambivalence et de fragilité. Des êtres qui se déchirent pour se révéler et peut-être mieux se pardonner. Liens du sang, conflits intérieurs, âpreté de l’exil et perversion du capitalisme  : James Gray met en scène, dans un très religieux clair-obscur, un bouleversant mélo. Sélection officielle, Cannes 2013 Film de James Gray (États-Unis, 2013, 1h49mn, VF/VOSTF) - Scénario  : James Gray, Ric Menello Avec  : Marion Cotillard (Ewa Cybulska), Joaquin Phoenix (Bruno Weiss), Jeremy Renner (Orlando, le magicien), Dagmara Dominczyk (Belva), Jicky Schnee (Clara) - Production  : Worldview Entertainment, Keep Your Head, Kingsgate Films (R. du 14/12/2016) 17/5
22.45 Cinéma Spécial Festival de Cannes chez vous Do the Right Thing Anatomie d’une émeute interraciale dans le Brooklyn des années 1980. L’un des meilleurs films de Spike Lee, resté d’une brûlante acuité. 1989 UNIVERSAL CITY STUDIOS, INC. ALL RIGHTS RESERVED On annonce le jour le plus chaud de l’année à «Bed-Stuy» (Bedford-Stuyvesant), un quartier noir de Brooklyn qui compte deux commerces «blancs» – une pizzeria tenue par la tribu italienne de Sal et une épicerie coréenne. Radio Raheem monte le son de son ghetto blaster, Pino, le fils de Sal, injurie sotto voce les glandeurs blacks qui tiennent les murs, et Mookie, son livreur noir, traîne plus que jamais des pieds. Tandis que trois papys, à un coin de rue, commentent les événements du jour. De l’avis général, il y a de la tension dans l’air... FEU AUX POUDRES Brillamment écrit, interprété et réalisé par l’une des étoiles alors montantes du cinéma indépendant américain, Do the Right Thing a été accueilli à sa sortie par une polémique enflammée et par un succès éclatant, tant critique que public. Accusé par les uns d’inciter à la haine raciale, célébré par les autres comme un légitime cri de révolte, le film offre en réalité un état des lieux de l’Amérique, aussi clairvoyant que rageur. Loin de prendre parti, Spike Lee (qui joue avec son bagout irrésistible le rôle de Mookie) met en scène sans les atténuer des vérités déplaisantes. Il y parvient avec un indéniable sens de la provocation, une tendresse flagrante pour les rues métissées de New York et le renfort d’une formidable BO rap. Sélection officielle, Cannes 1989 Film de Spike Lee (États-Unis, 1988, 1h52mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Spike Lee - Avec  : Danny Aiello (Sal), Spike Lee (Mookie), Richard Edson (Vito), John Turturro (Pino), Ossie Davis (Da Mayor), Giancarlo Esposito (Buggin Out), Bill Nunn(Radio Raheem) Production  : 40 Acres & A Mule Filmworks (R. du 22/9/2011) AGAT FILMS & CIE 0.40 La lucarne Les femmes du soleil  : une chronologie du regard Armées d’une caméra vidéo, les femmes d’une communauté rurale d’Iran prennent leur destin en main et bouleversent la vie de leur village. La douce chronique d’une émancipation par l’image. À Shafie Abad, un village de la province désertique de Kerman, au sud-est de l’Iran, des femmes se réunissent autour d’un atelier vidéo et filment la vie comme elle va, révolutionnant peu à peu l’ordre de leur communauté rurale, traditionnelle et pieuse. Peu à peu, ces audacieuses, armées d’une caméra, elles-mêmes filmées, s’affranchissent, tandis que les hommes, hostiles, inquiets ou désemparés, observent leur émancipation. L’expérience stimule aussi le désir d’agir de ces femmes, qui s’organisent en même temps en dynamique coopérative de tisserandes, et exploitent le potentiel touristique du caravansérail, dont s’enorgueillit le village. RÉVOLUTION DE VELOURS Avec une discrète délicatesse, HamedZolfaghari accompagne la douce révolution par l’image de ces femmes, qui documentent le quotidien de leur communauté. Au fil des jours, le regard s’affirme, le verbe et les corps se libèrent, avec un goût de victoire tranquille lors de la projection devant les villageois éblouis. Sous le brûlant soleil du désert, la chronique d’une conquête de droits, filmée en cinéma direct, qui montre aussi combien l’image peut se révéler vecteur de lien et instrument de pouvoir, précieux ici pour appuyer les aspirations à l’égalité des sexes. Documentaire de HamedZolfaghari (France, 2018, 1h26mn) - Production  : Agat Films & Cie, Crazy Woodpecker Film Studio, en association avec ARTE France-La Lucarne 4/5 9/7 lundi 11 mai ARTE MAG N°20. LE PROGRAMME DU 9 AU 15 MAI 2020 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :