Arte Magazine n°20 13 mai 2000
Arte Magazine n°20 13 mai 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de 13 mai 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : Depardieu dans thema.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
samedi 13 mai 21.45 Metropolis Magazine culturel européen coordonné par Pierre-André Boutang et Peter Wien Rédaction : Dominique Rabourdin (2000-1h) LASEPT ARTE ● Cannes 2000 Réalisation : Dominique Rabourdin et Pierre- André Boutang L’actualité du 53 e Festival de Cannes. La sélection (encore tenue secrète à l’heure où nous imprimons) se joue entre les films de Lars von Trier (avec Catherine Deneuve et Björk), de Joel et Ethan Coen, de Nagisa Oshima, d’Amos Gitaï, d’Ang Lee, de Ken Loach, du Taïwanais Edward Yang, de Pavel Lounguine, de Manuel Poirier, d’Arn a u d Despleschin, de Benoît Jacquot… Quelques certitudes, néanmoins : le film de Roland J o ffé, Vatel ou le vert i ge, sera projeté en ou v ert u re, et des hommages seront re n du s à Robert Bresson et à Luis Buñuel. ● Pierre Guyotat Réalisation : Jacques Kébadian Un des écrivains les plus importants et à coup sûr les plus secrets – sinon le plus s e c ret – de la littérature française a accepté de faire avec Jacques Kébadian un DVD, a u t o p ortrait filmé de six heures, à paraître en s e p t e m b re. À l’occasion de la sortie de son d ernier roman, P ro g é n i t u re s (G a l l i m ard), et du livre d’entretiens E x p l i c a t i on s (Éd. Leo Scheer), il a accepté qu’ARTE en diff u s e quelques fragments dans lesquels il s’explique tant sur son œuvre que sur l’état actuel de la littérature. 22.45 Jeu de massacre David Barris (To g re), Malek Bechar (Chalouf) et Renaud Plion (Sainte-Croix) : c’est la fureur de vivre, cong ! À Marseille, trois petits caïds se font la belle en BMW. Ils castagnent, ils causent, mais ne tuent pas. Le malaise des banlieues dans une cavale en mineur, un road movie ensoleillé à hauteur de minots. C’est pas la haine, c’est la rage. 6 - ARTE MAGAZINE n°20 - 13 mai > 19 mai 2000 Téléfilm de Jean-Teddy Filippe (France, 1995-1h32mn) Scénario, adaptation et dialogues : Patrick Zeff-Samet et Jean-Teddy Filippe, d’après le roman de Henri-Frédéric Blanc Avec : David Barris (Tigre), Malek Bechar (Chalouf), Renaud Plion (Sainte-Croix), David Lafore (Frédéric), Françoise Guiol (Carole), Sophie Avon (la dame du Monoprix), Yves Pujol (le gardien du Monoprix), Michel Grisoni (le patron de la station), Betty Krestinsky (la dame de la maison de Jean-Luc), Jean-Claude Dumas (le patron du garage) Photographie : Roger Mc Donald et François About Montage : Gabrielle Marsal-Zubovic Musique originale : Jean-Louis Negro Coproduction : La Sept ARTE, MBAFilms, INA LASEPTARTE (Rediffusion du 13 mars 1998) Élèves d’un lycée professionnel de Marseille, Ti g re, Chalouf et Sainte-Cro i x sont persuadés d’avoir provoqué la mort d’un racketteur. Course-poursuite dans le
dédale de Marseille et vol d’une voiture : les t rois banlieusards, jusqu’au-boutistes dans l’âme, démarrent sur les chapeaux de roue une virée provençale. Pourtant le mort... n’est pas mort. Mais les trois fuyards set rouvent d’excellentes raisons pour pro l o n- ger leur périple : ret rouver Frédéric, un compagnon de Ti g re, ou bien Marie, le grand amour de Chalouf, ou tout simplement une société nouvelle où « tout le monde serait des cas à part ». Elle roule, elle roule, la banlieue Ti g re, Chalouf et Sainte-Croix vont en BM comme d’autres en bateau. Une bataille rangée déclenche l’échappée belle de ces trois petits caïds au visage d’ange, qui sautent dans la pre m i è re voiture digne de leur escapade. Elle court, elle court la banlieue, pas fâchée de tourner le dos à un avenir qui n’en était pas un. Ti g re, Chalouf et Sainte-Croix, ex-apprentis mécanos nourris au cambouis, sont adeptes d’un pro j et révolutionnaire bricolé à la hâte, dans la fulgurance d’une échappée motorisée qui momifie sur place les quelques humains qu’ils croisent. Car ils sont pressés de boucler leur vie en trente secondes, comme dans une pub. Sprinters de la parole, ils parlent un langage nourri de paradoxes (« Toi, tu tues toujours des gens qui meurent pas ! »), d’une drôlerie confondante parc e qu’il puise au cœur du mot une sève qui i n n erve leurs plus belles illusions. Qu’a-t-il dit, Tigre ? Qu’il voulait changer de monde, ou changer le monde ? Sacrée différence ! Quant au délicieux « Putain, n’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ! », il pourr ai t bien détrôner le « Jusqu’ici tout va bien » de la Haine. « Toi, tu tues toujours des gens qui meurent pas ! » « Tout cela ne m’ennuierait pas si je n’étais pas convaincu que nous sommes le meilleur groupe de l’univers. » (Damon Albarn) Blur interprète : « Caramel » « B.L.U.R.E.M.I. » « No Distance to Run » « Tender » « Battle » « Beetlebum » « Bugman » « Trimm Trabb » « Mellow Song » « Song 2 » ARTE MAGAZINE n°20 - 13 mai > 19 mai 2000 - 7 00.15 Music Planet. Blur Live 13 Documentaire musical de Hamish Hamilton (Grande-Bretagne, 1999-44mn) Production : Carlton Production LASEPTARTE Depuis 10 ans, Blur réinvente la pop anglaise. Hamish Hamilton a filmé le groupe au Depot, à Londres, juste après la sortie de son album 13. Qu a t re garçons – Damon Albarn, Graham Coxon, Alex James et Dave Rowntree –, six albums et une vingtaine de singles… Blur est un élément incontournable de la pop anglaise des années 90. Mais loin de se reposer sur le mol oreiller du succès, le g roupe n’a cessé de se réinventer, allant jusqu’à « renier » son héritage britannique : 13 se veut un album expérimental, une tentative d’échapper à un conformisme mort i- f è re, l’aboutissement d’un pro c e s s u s enclenché avec Blur en 1997. 13 est assurément un très bon cru. « Tender », longue ballade teintée de gospel, est tout bonnement saisissant et donne le ton de l’album en t i er. Avec « B.L.U.R.E.M.I. », le son se fait plus punk et n’est pas sans évoquer les Falls des débuts. Hamish Hamilton pro m è- ne sa caméra sur la scène du Depot, à L on d res, et saisit des moments inspirés et mémorables au milieu d’un public ferv ent. E n t re chaque chanson, les musiciens se confient : ils font part de leurs hésitations et des aléas de la création musicale au sein d’un groupe bien parti pour durer.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :