Arte Magazine n°20 13 mai 2000
Arte Magazine n°20 13 mai 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de 13 mai 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : Depardieu dans thema.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
d i m a n c h e14 mai Depardieu Gérard Depardieu et John Malkovitch sur le tournage des Misérables de Josée Dayan (au centre). ARTE diffusera en septembre 2000 Bérénice de Jean Racine, avec Gérard Depardieu et Carole Bouquet, filmé par Jean-Daniel Verhaeghe. 22.25 Depardieu : vivre aux éclats Documentaire de Jean-Claude Guidicelli En collaboration avec Serge Toubiana et Claude Aiguesvives (France, 2000-1h10mn) Coproduction : La Sept ARTE, Morgane Production Jean-Claude Guidicelli a suivi Gérard Depardieu pendant plusieurs mois. De Londres à Prague (sur le tournage des M i s é r a b l e s), de Paris à son château de Tigné se dessine le portrait d’un personnage aux multiples facettes, à la fois drôle, fragile et insatiable. Gérard Depardieu et son père, vestes en cuir et casquettes ! 10 - ARTE MAGAZINE n°20 - 13 mai > 19 mai 2000 « Je ne cherche pas l’amour à 150% ; je ne cherche pas à plaire. Je ne cherche pas à déplaire non plus, je cherche la vie. » (Gérard Depardieu) Prague, Londres, Paris, Tigné. L’i n f a t i g a b l e G é r ard Depardieu est en plein tournage des M i s é r a b l es, réalisé par Josée Dayan. En même temps, il tourne les 102 Dalmatiens de Kevin Lima, Vatel ou le vert i g e de Roland J o ffé et B é r é n i c ede Jean-Daniel Ve rh a e g h e (qui sera diffusé sur ARTE en septembre 2000 dans « Comedia ») … Il reçoit chez lui, dans son château, en Anjou. Dans ce havre de paix, il revient sur ses débuts d’acteur, au théâtre puis au cinéma, raconte ses certitudes et ses doutes, réfléchit sur lui-même, son enfance. Son désir est boulimique, son amour instinctif. La parole est spontanée, le ton juste… Happy Birthday « Mr Dipeurdiou » G é r ard Depardieu lit la énième biographie écrite sur sa carr i è re : « Il a le nez planté comme une apostrophe au travers du visage, les yeux dorés, à la fois hésitant et impét u e u x ». Et l’acteur d’approuver ! À cinquan-
En trente ans, Gérard Depardieu a travaillé avec les plus grands du théâtre et du cinéma : Claude Régy, Jacques Lasalle, Truffaut, Pialat, Duras, Resnais, Blier, Rappeneau… te ans, ce monstre sacré du cinéma frappe par l’humour qu’il a sur lui-même. Qui est-il donc ? Un homme aux facettes multiples, presque doué d’ubiquité… En quelques mois, il aura été Obélix, Monte-Cristo, Charles Quint et Balzac, autant à l’aise dans des rôles comiques que dans les grandes f resques historiques. Du coup, les critiques se multiplient : comment celui qui fut pro p u l- sé au théâtre par Claude Régy, découvert au cinéma par Agnès Varda et lancé par l e s Valseuses de Bertrand Blier peut-il se fourvoyer dans les superproductions télévisées ? À cela, Gérard Depardieu répond, serein : « Quand on est acteur, on a plusieurs plumes, on a plusieurs stylos, et plusieurs é c r i t u res. » C’est un boulimique, une bête de travail, un fonceur qui vit son métier d’acteur comme une nécessité. C’est aussi un homme d’aff ai res, le portable collé à l’ore i l l e sur les tournages (pendant que sa doublure s’i m merge dans les eaux glacées !) et un a m ou reux fou de la vie. Depardieu vit tout avec abondance : ses excès, mais aussi ses amitiés – à la seule évocation de Jean C armet, l’émotion l’envahit. Derr i è re l’« e n v e- loppe » se cache un vrai timide : « Je suis violent par ma masse, mais pas par mes coups. » D e p ardieu raconte avec humour la t erreur qui le prenait avant de tourner une scène de baiser avec Ornella Muti dans l a D ern i è re femme de Marco Ferreri. Av e c p u de ur, il évoque également ses parents et son adolescence très agitée… « C’est ce geste de la dentellière ARTE MAGAZINE n°20 - 13 mai > 19 mai 2000 - 11 dans la main du boucher qui fait son génie. » (Jacque Weber) 23.35 Depardieu : le regard des autres Documentaire de Catherine Jivora, Annabelle Le Doeuff et Pierre-André Boutang (France, 2000-1h) Coproduction : La Sept ARTE, Sodaperaga Comment voient-ils Depardieu ? A c t e u r s, metteurs en scène et producteurs racontent l’ami, le comédien, le mythe. Pour les uns, c’est un poète illuminé et amoureux des mots. Pour les autres, un être instinctif et animal… Pour Claude Régy, qui l’a dirigé au théâtre, la plus grande qualité de Depardieu est sa rapidité : « Il comprend tout et tout de suite ! » Cela s’explique peut-être par le fait qu’il n’y a pas de véritable séparation entre l’homme et le comédien. Depardieu joue tous les rôles de la vie : la grande folle dans Te n u e de soirée, le paysan dans Jean de Floret te, le prêtre dans Sous le soleil de Satan, le mari adultère dans Trop belle pour toi… Son interprétation dans les Va l s e u s e s a été d é t erminante pour sa carr i è re. Alors que la production prétend que « cette gueule de boxeur va effrayer les femmes », Bert r a n d Blier parie sur lui et gagne. Si Depardieu a si bien réussi, c’est parce qu’« il est tout plus que les autres, renchérit Claude Berri : p l u s rusé, plus égoïste, plus généreux. C’est un volcan, en même temps il peut être d’une subtilité extraord i n ai re ». Les opinions se succèdent : pour Jacques We b er, c’est un « génie troublant et séduisant » ; pour Anouk G r i m b erg, une « symphonie ambulante » ; pour Claude Régy, un être « malicieux et g é n é re u x » ; pour Claude Berry, un « i n v e n- teur de mondes » … De cette superposition de témoignages émerge le portrait d’un homme qui suscite toutes les passions. « C’est ce geste de la dentellière dans la main du boucher qui fait son génie », s’enthousiasme Jacques We b er, trouvant enfin le mot juste.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :