Arte Magazine n°2 4 jan 2020
Arte Magazine n°2 4 jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de 4 jan 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : une île, avec Laetitia Casta.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
mercredi 8 janvier ARTE MAG N°2. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 JANVIER 2020 20 5.00 LM MAX RAABE ET LE PALAST ORCHESTER Une nuit à Berlin Concert 5.45 M XENIUS Le patient simulé Magazine 6.15 M LES ENFANTS DE CRO-MAGNON Documentaire 7.10 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 L EM GEO REPORTAGE Les derniers pêcheurs de crevettes de Louisiane Reportage 8.00 LM LES PARCS NATIONAUX AMÉRICAINS Yellowstone Série documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 M DES CHIENS ET DES HOMMES Les secrets d’une amitié Documentaire 10.20 M TINTIN ET LE MYSTÈRE DE LA MOMIE RASCAR CAPAC Documentaire 11.10 EM ÖTZI, LA RENAISSANCE DE L’HOMME DES GLACES Documentaire 12.20 EM VOYAGE AUX AMÉRIQUES USA, la désertification du Sud-Ouest Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Les derniers pêcheurs d’éponges en mer Égée Reportage 13.35 DM CHRISTINE Film 15.45 EM LA VIE SAUVAGE DANS LA CORDILLÈRE CANTABRIQUE Hiver – Printemps Documentaire Z ce 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.10 R XENIUS Qui protège nos données sur les réseaux sociaux ? Magazine 17.45 LER MÉDECINES D’AILLEURS Japon, dans le secret des sumos Série documentaire 18.15 AU FIL DES ANDES Équateur et Colombie Série documentaire 18.55 L R SOUS LES ÉTOILES Chili  : aux portes de l’univers Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.53 ER TOUT EST VRAI (OU PRESQUE) Amy Winehouse Série d’animation 20.55 DE DEUX JOURS, UNE NUIT Film 22.30 E JE NE SAIS PAS SI C’EST TOUT LE MONDE Documentaire 23.30 R PAULA Film 1.25 DM THE LION WOMAN Film 3.20 M ARTE JOURNAL Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande Date de disponibilité en avant-première 3.40 M ARTE REGARDS En Espagne, Narón veut perdre 100 000 kg Reportage Multidiffusion Rediffusion Disponibilité en ligne Versions linguistiques disponibles Date de fin de replay 20.55 Cinéma Deux jours, une nuit Une employée doit convaincre ses collègues de renoncer à la prime promise en échange de son licenciement. Par les frères Dardenne, un réquisitoire contre la violence du monde du travail avec Marion Cotillard, sans fard. CHRISTINE PLENUS De santé fragile, Sandra, mère de deux jeunes enfants, pleure beaucoup. Elle s’est souvent absentée ces derniers mois de la petite usine où elle travaille. Pour assurer la pérennité des emplois, Dumont, le patron, a soumis à un plébiscite son licenciement contre une prime de 1000 euros versée à chaque employé. Mis au courant des pressions exercées sur certains par le contremaître, Dumont accepte qu’un nouveau vote soit organisé. Si elle veut conserver son poste, Sandra a deux jours et une nuit pour convaincre la majorité de ses collègues de renoncer à l’argent promis... LITANIE DE DÉTRESSES Portée à bout de bras par Manu, son mari (Fabrizio Rongione), la frêle Sandra, incarnée avec l’énergie du désespoir par une Marion Cotillard sans fard, se lance dans une course éperdue pour sauver son emploi, leur maison achetée à crédit, l’avenir de leur famille. Face à elle, englués dans une kyrielle de détresses, des couples en péril, eux aussi terrifiés par les fins de mois difficiles, les charges à n’en plus finir. Avec leur cinéma-vérité sans concession, les frères Dardenne plongent dans l’intimité des vies ouvrières, des petites gens sur le fil du rasoir faisant le gros dos face à la violence du monde du travail. Un tableau sombre de la société contemporaine avec, au bout de la lutte, la lumière de la fraternité et de la justice reconquises. Meilleure actrice (Marion Cotillard), Prix du cinéma européen 2014 Meilleurs film, réalisateur et acteur (Fabrizio Rongione), Magritte du cinéma 2015 Film de Luc et Jean-Pierre Dardenne (France/Belgique, 2013, 1h30mn) - Scénario  : Luc et Jean-Pierre Dardenne - Avec  : Marion Cotillard (Sandra), Fabrizio Rongione (Manu), Catherine Salée (Juliette), Baptiste Sornin (Dumont), Pili Groyne (Estelle), Simon Caudry (Maxime), Myriem Akheddiou (Mireille) Production  : Les Films du Fleuve, Archipel 35, Bim, Eyeworks Distribuzione, France 2 Cinéma, RTBF, Belgacom 14/1 i
GRÉGOIRE DE COLIGNON 22.30 Je ne sais pas si c’est tout le monde Recueillant les confessions de personnes célèbres ou anonymes, le chanteur cinéphile Vincent Delermdévoile un collage impressionniste de fragments intimes d’une émouvante sensibilité. Quarante années de vie quotidienne empilées dans des agendas scrupuleusement annotés ; l’image d’un père déclinant confrontée au souvenir de sa vigueur face à un flipper ; la routine d’un journaliste sportif s’attardant dans l’émotion des tribunes ; le désir d’avoir un enfant à 20 ans ; le rêve lointain de devenir footballeur- dogsitter dans la campagne normande ; une déambulation silencieuse, sous les lampadaires d’une rue de Saint-Ouen, dans les pas d’un illustre moustachu cramponné à son cartable... KALÉIDOSCOPE De l’émouvante ultime scène de Jean Rochefort à la nostalgie d’un ouvrier à l’approche de la retraite, Vincent Delerm, chanteur cinéphile, assemble dans sa remarquable première réalisation des bribes de souvenirs, de sensations, de réflexions de gens célèbres (Alain Souchon, Aloïse Sauvage, Vincent Dedienne...) ou anonymes. Au fil de cette traversée intime, aux détours aléatoires et aux télescopages d’atmosphères, ce film kaléidoscopique capte la vie dans ce qu’elle a de plus ordinaire et d’universel – jusqu’à la conclusion chantée, saisissant agrégat des confidences butinées. Naviguant entre couleurs et noir et blanc, entre fiction et documentaire, un film singulier, infusé de la poésie qui irrigue la discographie de son auteur. Lire page 7 Documentaire de Vincent Delerm(France, 2019, 59mn) - Avec  : Jean Rochefort, Aloïse Sauvage, Alain Souchon, Vincent Dedienne, Vincent Duluc... Production  : Tôt ou Tard Films, Rouge International 1/1 7/3 I PANDORA FILM/MARTIN MENKE 23.30 Cinéma Paula Au début du XX e siècle, Paula Modersohn-Becker rêve de vivre de sa peinture. Pour y parvenir, elle va devoir s’émanciper des carcans masculins. Le vibrant portrait d’une pionnière de l’art moderne, campée avec grâce par Carla Juri. Allemagne, fin de l’année 1900. Faisant fi des injonctions de son père, qui lui recommande pour subvenir à ses besoins de se marier ou de trouver une place de gouvernante, Paula Becker, 24 ans, quitte sa ville de Brême pour s’installer dans la communauté d’artistes de Worpswede. Désireuse de ne vivre que de son art, la peinture, elle espère trouver auprès de maîtres reconnus des conseils pour progresser. Mais très vite, les préceptes de ses professeurs, chantres de la peinture naturaliste, la déconcertent. Paula s’affranchit bientôt des codes classiques pour ne représenter sur la toile que ce qu’elle ressent. Après avoir accepté d’épouser le peintre Otto Modersohn, elle décide de partir seule pour Paris... LIBERTÉS CHÉRIES C’est peu dire que Paula Modersohn-Becker a dû défier les préjugés attachés à sa condition de femme pour embrasser une carrière artistique. Ce biopic, empli de légèreté et de joie, retrace ses deux libérations simultanées  : celle de la jeune épouse qui s’échappe d’une union où elle se sent mal aimée, et celle de l’artiste qu’elle aspire à devenir, laquelle suit son instinct pour insuffler à sa peinture une modernité qui reste à inventer. Malgré les menaces d’internement proférées par son mari pour l’obliger à retrouver le chemin de la vie conjugale, Paula ne cède sur rien. Disparue à 31 ans, en 1907, la première femme à laquelle un musée fut entièrement consacré (à Brême) est aujourd’hui considérée comme une figure majeure de l’expressionnisme allemand. L’actrice suisse Carla Juri l’incarne avec beaucoup de subtilité et d’allégresse. Meilleurs décors et costumes, Prix du cinéma allemand 2017 Film de Christian Schwochow (Allemagne, 2016, 1h54mn, VF/VOSTF) - Scénario  : Stefan Kolditz, Stephan Suschke Avec  : Carla Juri (Paula Modersohn-Becker), Roxane Duran (Clara Rilke-Westhoff), Joel Basman (Rainer Maria Rilke), Albrecht Schuch (Otto Modersohn), Stanley Weber (Georges) Coproduction  : ARTE, Pandora Filmproduktion, Grown Up Films, Alcatraz Films, Degeto Film, WDR, RB - (R. du 27/3/2019) 14/1 I mercredi 8 janvier ARTE MAG N°2. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 JANVIER 2020 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :