Arte Magazine n°19 6 mai 2000
Arte Magazine n°19 6 mai 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de 6 mai 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : le théâtre, passionnément.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
19.00 Nature Le corail Une sentinelle silencieuse Documentaire de Richard Smith 19.45 ARTE Info’émission d’actualité de la rédaction d’ARTE 20.10 Météo 20.15 Reportage Le Carlton fait son cinéma Réalisation : Ludovic Place 20.45 Cinéma La dernière tentation du Christ Film de Martin Scorsese 23.30 Court-circuit Spécial Oberhausen Le cœur de Marie Court métrage de Sülbiye V. Günar Flower Girl Court métrage de Cate Shortland Évasion Court métrage de Züli Aladag 00.20 Crumb(r) Film documentaire deTerry Zwigoff 02.20 Cartoon Factory 03.00 Fin des programmes es horaires correspondentux codes PDC, l un d i 8 mai 19.00 Le corail Une sentinelle silencieuse Documentaire de Richard Smith (Australie, 1999-45mn) Production : ABC LASEPTARTE Prix Leonardo (meilleure production extra-européenne), Festival du film scientifique de Parme 1999 Présents sur Terre depuis 400 millions d’années, les coraux sont aujourd’hui menacés d’extinction. Seraient-ils les premières victimes du réchauffement de la planète ? Depuis 1998, on constate une accélération a l armante de la disparition des bancs de corail dans toutes les mers du globe. D’ici cinquante ans, tous les récifs du monde s e ront concernés. D’ici deux cents ans, ils c e s s e ront complètement de se développer. À travers de très beaux plans sous-marins, ce documentaire nous emmène sur les lieux du désastre. La parole est donnée aux scientifiques et aux autorités locales qui c h erchent à expliquer cette disparition massive. L’hypothèse du réchauffement de la planète est avancée… avant d’être nuancée. En effet, le corail est parvenu à s’adapter pour surv i v re aux précédents changements climatiques. La situation présente s’inscrit peut-être dans un cycle plus long qu’il n’y paraît. En revanche, le corail est très sensible à l’acidité de l’eau. Or, celle-ci ne cesse d’augmenter… 20.15 Le Carlton fait son cinéma Réalisation : Ludovic Place (2000-26mn) Coproduction : ARTE, Toni Comiti Productions ARTE G.E.I.E. Nature Reportage Spécial Cannes Plongée amusante et amusée au cœur de l’hôtel Carlton de Cannes, le palace des stars par excellence Le Carlton, à Cannes, c’est l’endroit où il faut être au moment du Festival. Parc e qu’on peut y jouer les stars ou les gros producteurs, parce qu’on a des chances d’y c roiser quelques grands noms du cinéma (s’ils n’ont pas choisi des palaces plus disc rets), mais aussi tout simplement parc e qu’on y est très bien traité. Ce qui est évidemment la moindre des choses, vu les prix pratiqués ! Ce succès se constru i t toute l’année. Pendant des mois, les 350 me m b res du personnel sont soigneusement chapitrés pour le Festival. Ils savent qu’il faut à la fois faire cro i re aux clients qu’ils sont très importants et leur assurer un maximum de discrétion, s’ils le souhaitent. Vue imprenable sur la croisette ! À travers quelques personnages clés du Carlton – le concierge, le chasseur ou le m a î t re d’hôtel –, le re p ortage de Ludovic Place propose une plongée amusante et amusée dans l’univers d’un palace, évoquant également sa mémoire. Car les caprices des grandes et des petites stars ont souvent été attrapés par des objectifs indisc rets. À la veille de l’ouvert u re du 53 e Festival, tout est prêt au Carlton pour que le monde du cinéma prenne à nouveau la p o se. Voir page 21 le détail de la pro g r a m m a t i on « spécial Cannes ».
20.45 La dernière tentation du Christ Jésus, un charpentier qui fabrique des croix, s’isole dans le désert et re v i en t convaincu d’être le fils de Dieu... Martin Scorsese décrit un Christ de chair et de sang, soumis aux tentations. Avec Willem Dafoe, Harvey Keitel, David Bowie, sur une musique de Peter Gabriel. Film de Martin Scorsese (The Last Temptation of Christ) (États-Unis, 1988-2h44mn) - VF Scénario : Paul Schrader, d’après le roman de Nikos Kazantzakis Avec : Willem Dafoe (Jésus), Barbara Hershey (Marie-Madeleine), Harvey Keitel (Judas), David Bowie (Ponce Pilate), Harry Dean Stanton (Paul), Paul Graco (le zélote), Verna Bloom (Marie), André Grégory (Jean-Baptiste)… Photographie : Michael Ballhaus Décors : Giorgio Desideri et John Beard Son : Amelio Verona, Douglas I. Murray, Skip Pieusay Musique : Peter Gabriel Production : Universal Pictures, Cineplex Odeon Films ZDF Un conflit intérieur déchire Jésus de N a z a reth, charpentier qui fabrique des c roix que les Romains utilisent pour des c rucifixions. Il s’isole dans le désert et revient, convaincu d’être le fils de Dieu. Il prêche l’amour, mais son influence est si grande qu’il est condamné à mourir sur la c roix après avoir été tenté par l’amour de Marie-Madeleine, une pécheresse. Et Jésus refusa sa croix M artin Scorsese était « habité » par le pro j et de ce film depuis longtemps. En 1972, Barbara Hershey (interprète dans B o x c a r B ert h a et qui joue ici Marie-Madeleine) lui prête un livre qui le marque énormé me n t, la Dernière Tentation du Christ de l’écrivain g rec orthodoxe Nikos Kazantzakis (publié en 1954 et aussitôt mis à l’index). Ce dernier y définit la liberté comme l’aboutissement suprême de la volonté d’un homme p arvenu à se détacher de la crainte, mais aussi de l’espérance vaine. Le Christ accomplit la volonté divine en dominant la douleur, la tentation et la mort. Il trace ainsi pour l’homme la voie à suivre dans sa lutte contre ses passions et ses tentations, pour f ai re de chaque épreuve une victoire personnelle. Martin Scorsese, qui a lui-même fait un bref passage au séminaire (en 1956) avant d’embrasser le cinéma, re prend une p artie de ces interrogations : si Jésus est homme, alors il doit avoir des faiblesses et ê t re soumis aux tentations. Le réalisateur a pris le parti du réalisme extrême, loin des péplums d’Hollywood. Le Christ est présenté comme une victime de sa destinée, re f u- sant d’admettre qu’il est le Messie. Son véritable chemin de croix commence dès qu’il p art prêcher la parole de Dieu. Il apparaît comme un fou aux yeux de tous, même auprès de ses fidèles compagnons. La seule personne qui le comprend, c’est Marie-Madeleine, prostituée, qui re pr é s en t e un mal encore plus grand. Le personnage de Judas, incarné par Harvey Keitel, est celui qui éprouve le plus d’amour pour Jésus et qui va l’aider à accepter sa destinée… Qui, mieux que Martin Scorsese, pouvait adapter la Dernière Tentation du Christ ? La p l u p art de ses films s’articulent autour des notions de péché, de faute et de rédemption. Paul Schrader (scénariste de l a D ern i è re Te n t a t i o n… mais aussi de Ta x i « Je voulais montrer le Christ comme un être humain avec lequel on aurait plaisir à prendre un verre. » (Martin Scorsese) Le nouveau film de Martin Scorsese, À tombeau ouvert, est sorti en salles le 12 avril. ●●●



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :