Arte Magazine n°18 29 avr 2000
Arte Magazine n°18 29 avr 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 29 avr 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? Marius et Jeannette.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
samedi 29 avril 21.35 Metropolis Magazine culturel européen coordonné par Pierre-André Boutang et Peter Wien Rédaction : Dominique Rabourdin (2000-1h) LASEPT ARTE ● Raymond Klibansky (2) Réalisation : Pierre-André Boutang et Annie Chevallay Raymond Klibansky parle de son œuvre et de ses principales préoccupations, à savoir la retraduction de textes philosophiques anciens comme ceux de Nicolas de Cues. ● Festival de l’Imaginaire : le Gambuh Réalisation : Philippe Nahoun Le Festival de l’Imaginaire accueille cette année le théâtre classique balinais, le gambuh, ancêtre de l’opéra et premier spectacle « total » alliant musiques, chants, danses, théâtre et mimes. ● Tchétchénie Réalisation : Patrick Chauvel La situation est loin d’être « normalisée » en Tchétchénie. Dans les camps de Karaboulak et de Spountik, Médecins du monde a installé deux tentes consacrées à des programmes de santé mentale et d’ergothérapie. Les enfants tchétchènes y dessinent ce qu’ils ont vu, vécu et subi. Leurs dessins sont d’une précision sans appel. ● Brassaï Réalisation : Alain Jaubert Le Centre Georg e s - Pompidou organise la pre m i è re rétro s p e c t i- ve de Brassaï en France avec environ 450 œuvres (photographies, sculpture s, dessins et documents d’archives). ● Ph Studio (sous réserve) Réalisation : Gilles Coudert Situé à la fron t i è re du design, de l’art contemporain et de l’arc h i t e c t u re, le gro u- pe d’architectes japonais Ph Studio ne cesse de questionner l’espace urbain à travers les notions de destruction, de recyclage ou de restructuration. Longtemps, Mireille Darc a prêté son casque d’or et sa silhouette de grande sauterelle à des jeunes femmes décidées qui claquaient la porte au nez de leur amant. Dans Sapho, elle sort le grand jeu amoureux d’une « geisha » des années 20. 22.35 Sapho Sapho (Mireille Darc) joue habilement de l’amour et de la jalousie avec son amant (Arnaud Giovaninetti). Téléfilm de Serge Moati (France, 1996-1h37mn) D’après l’œuvre d’Alphonse Daudet Adaptation : Pierre Dumayet Avec : Mireille Darc (Fanny/Sapho), Arnaud Giovaninetti (Jean), Pierre Meyrand (oncle Césaire), Mathieu Delarive (Joachim Baille), Paul Barge (Dechelette), Jacques Boudet (Caoudal), Candice Hugo (Kouka), Barbara Schultz (Fatou), Jeanne Goupil (tante Divoine, Étienne Draber (père Jean) Photographie : Dominique Brabant Son : Francis Baldos Montage : Pascale Arnaud Coproduction : La Sept ARTE, Image & Compagnie, France 2 LA SEPTARTE (Rediffusion du 21 février 1997) Paris, 1920. Jean Gaussin, jeune étudiant provençal monté à la capitale pour devenir consul comme son père, fréquente un groupe d’artistes aux mœurs extrêmement l i b res. Lors d’un bal costumé donné dans l’atelier du célèbre peintre Dechelette, il fait la connaissance d’une très belle femme, un modèle connu sous le nom de Sapho, qui s’é prend de lui. Cette femme mystérieuse, célébrée par tous, l’attire irr é s i s t i b l e me nt.
Dans le Paris des « années folles », la déchéance annoncée d’un jeune étudiant pris dans les mailles d’une femme mystérieuse à la sensualité dévorante. S erge Moati adapte Alphonse Daudet et off re à Mireille Darc l’un de ses rôles les plus trou b l a n ts. Très vite, cependant, cette relation l’inquiète : Sapho n’est plus toute jeune ; surt ou t, elle s’accroche à lui désespérément, l’ens errant dans les mailles d’une sensualité dévorante dont les raffinements fascinent et effraient le jeune homme. Espérant oublier celle qui le perd, Jean part en province ret rouver sa famille. Il y re n c on t re Fatou, une jeune fille simple et lumineuse. L’épouser lui semble le seul moyen d’échapper à Sapho... L’éternel retour amoureux Pas de parfum saphique dans le récit de ces amours dérangeantes. Ici, la belle Sapho aime Jean l’étudiant, comme dans la pre m i è re bluette venue. Pourtant il n’y a rien de moins conventionnel que ce trou b l a n t duo : une génération sépare Sapho de son jeune amant ; elle est issue d’un milieu qui f l e u re la liberté sexuelle, il a grandi à l’o m b re de son consul de père ; c’est une e x p erte de l’art érotique, il est quasiment v i erge. Ces égarements du cœur et de la chair heurtent de front les conventions sociales. Dépendance amoureuse, impossible ru p t u re, déchéance annoncée d’un petit provincial prometteur qui croit lire sa pro pre perte dans le destin tragique ou pitoyable des couples qui l’entourent. Pour adapter le roman d’Alphonse Daudet, Serg e Moati choisit les années 20, époque de la fausse insouciance et des parties de campagne, bel écrin où s’épuise en huis clos une histoire d’amour condamnée. 00.15 Music Planet Les Weintraubs Syncopators Jusqu’à l’autre bout du monde Documentaire musical de Jörg Süssenbach et Klaus Sander (Allemagne, 2000-1h06mn) WDR Après avoir enflammé les scènes berlinoises des années 20, les We i n t r a u b s Syncopators ont fait swinguer le monde en t i er, de la Scandinavie au Japon. Récit d’une folle aventure musicale et humaine. Berlin, milieu des années 20. La folie du jazz et du swing s’empare de la métro p o l e allemande. La formation la plus en vue se nomme Weintraubs Syncopators, lancée par le musicien et compositeur Friedrich H o l l ä n der. Les Weintraubs entraînent les jeunes dans des danses endiablées, accompagnent les revues de variétés qui fleurissent dans les grands cabarets, se produisent en concert. Ils jouent aussi pour le cinéma (notamment dans l’Ange bleu dont Friedrich Holländer, qui travaillait beaucoup pour Marlene Dietrich, a écrit la musique). Le sextuor fait bientôt des tournées internationales et c’est à l’étranger qu’il apprend l’arrivée d’Hitler au pouvoir. La plupart des membres du We i n t r a u b s Syncopators étant juifs, le groupe décide de ne pas re n t rer en Allemagne. Commence alors un incroyable périple qui conduit les musiciens d’Italie en Scandinavie, puis en Roumanie, en Hongrie et en URSS et enfin en Chine et au Japon. Après un passage par la Nouvelle-Zélande, ils s’installent en 1937 en Australie où ils ont très vite du succès. Jusqu’en 1940, ils se produisent dans des clubs et à la radio. Après l’attaque de PearlHarbour et l’entrée en guerre des États- Unis, ils sont arrêtés comme « ressortissants ennemis » … Un film étonnant qui fait appel à des archives inédites et à des témoignages inattendus. En tournée à l’étranger, le groupe apprend l’arrivée d’Hitler au pouvoir...



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :