Arte Magazine n°18 29 avr 2000
Arte Magazine n°18 29 avr 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 29 avr 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? Marius et Jeannette.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
v en d redi 5 mai 22.15 Les hôpitaux meurent aussi L’hôpital Laennec de Paris va fermer. Comment les membres du personnel (médecins, i n f irmi è res, ambulanciers…) vivent-ils la disparition de leur établissement ? Peut-on « abandonner » les patients morts à Laennec, au risque qu’ils hantent les mémoires ? Mark Kidel ouvre une porte sur la vie cachée et non dite de tout hôpital contemporain. L’entrée de l’hôpital Laennec. Heu mortis fortasse tuae quam precipis hora « Hélas, l’heure que tu es en train de contempler est peut-être celle de ta mort » (Inscription vieille de trois siècles sur les murs de la chapelle) Documentaire de Mark Kidel (France, 1999-1h18mn) Production : Les Films d’Ici LASEPT ARTE La fermet u re de l’hôpital Laennec, à Paris, met fin à trois siècles d’histoire. Avant de quitter les murs, les membres du personnel s’i n t errogent sur leur rapport aux patients m orts à l’hôpital. Une partie des infirmier s propose d’ériger une plaque en leur m é m o i re. Très vite, le débat s’anime : pour les médecins, l’hôpital est l’expression de la vie, coûte que coûte. Pour les infirmier s, la souffrance des patients est palpable, les lieux sont imprégnés de la réalité de la mort. À la veille du déménagement, chacun livre son rapport très personnel au lieu, aux malades, à la vie, à la mort... L’hôpital et ses fantômes L’hôpital représente une sorte de théâtre où se déroule une pièce aux rituels anciens, faite de drames sans fin, entre la vie et la m ort. Constat d’autant plus saisissant lorsque l’hôpital dont il s’agit est un monument riche de trois siècles d’histoire, et qu’il va être fermé. Explorant l’hôpital Laennec dans sa d ern i è re année d’existence, le film fait d’abord re s- s urgir un décor. De longs travellings nous conduisent dans la chapelle, le potag er, la salle de garde, les b u reaux, la morgue… La caméra fouille les piles de dossiers poussiéreux, s’engage dans des couloirs qui se ramifient comme des art è res pour re j o i n d re le cœur même de l’hôpital. Tout en révélant l’esprit des lieux, Mark Kidel recueille les souvenirs de tous ceux qui, médecins, infirmi è res, ambulanciers, les ont fait vivre. Dans cet hôpital à taille humaine, le personnel soignant tisse souvent des liens très f orts avec les malades. « Et parfois même des histoires d’amour », s’amuse une aidesoignante. Des albums de photographies i m m ortalisent un pique-nique org a n i s é dans la petite cour ou un pot de départ : « C’est pour montrer aux autres comme on était bien à Laennec », commente une i n f irmi è re. En sera-t-il de même dans le futur grand hôpital Georges-Pompidou ? Qu’adviendra-t-il de la mémoire de tous les patients morts à Laennec ? À travers l’expérience spécifique de cette « mort » qu’est la fermet u re, et d’un prochain déménagement vécu comme un deuil par le personnel, le film de Mark Kidel ouvre une port e sur la vie cachée et non dite de tout hôpital contemporain. Mark Kidel a également réalisé pour ARTE un portrait de Tricky diffusé dans « Music Planet » le 23 janvier 1999.
23.35 Le toucher silencieux (Dotkniecie reki) Film de Krzysztof Zanussi (Pologne/Allemagne/Danemark, 1992-1h32mn) VOSTF Scénario : Peter Morgan, Mark Wadlow Avec : Max von Sydow (Henry), Lothaire Bluteau (Stefan), Sarah Miles (Helena), Sofie Gråbøl (Annette), Aleksander Bardini (Professeur Jezy Kern), Lars Lunoe (Dr Jürgen Hansen) Photographie : Jaroslaw Zamojda Musique : Wojciech Kilar Montage : Marek Denys ARD Depuis la mort de sa femme, Henry Kesdi ne compose plus. Un étudiant hanté par sa musique entreprend de le ramener sur les chemins de la création. Un film aux frontières du fantastique, avec Max von Sydow et Lothaire Bluteau. Stefan Bugajski étudie la musique à Cracovie. Il dort très mal depuis qu’il est h arcelé en rêve par une mélodie. Il est convaincu que cette musique a été créée par Henry Kesdi, compositeur célèbre à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Incapable de ret rouver le sommeil, le jeune homme se rend au Danemark où Kesdi s’est réfugié après la disparition de sa femme, assassinée par les nazis. Le compositeur refuse tout d’abord de re n c on t rer Stefan et le chasse violemment de sa propriété où il vit avec sa deuxième épouse. Mais l’intru s se révèle bientôt indispensable. Doté d’étranges pouvoirs, il se métamorphose en ange gardien pour le musicien… Les mains magiques de Stefan réconcilient le vieillard avec le monde. Cinéma L’artiste et ses muses Mi-ange, mi-démon, l’étudiant vient guérir H en ry Kesdi en posant ses mains sur lui afin qu’il redonne son art au monde. Le compositeur rajeunit à une vitesse hallucinante, séduit une autre femme et lui fait un enfant ! Avec le Toucher silencieux, Zanussi compose une série de variations tout à fait intére s- santes sur la guérison, l’inspiration et la création. Max von Sydow est épatant. Il interprète d’une manière délicieusement excentrique son personnage de vieil alcoolique s ou ffrant d’incontinence et d’accès de colère, qui se métamorphose en artiste passionné, dynamique et amoureux. La séquence la plus réussie, par son intensité dramatique et son rythme, est sans doute la dern i è re du film : on saisit toute la force libératrice de la création que le compositeur, inactif depuis le meurt re de sa femme par les nazis, a dû re s s en t ir. C’est un moment exceptionnel de synerg i e en t re la musique – écrite par Wojciech Kilar, compositeur de la musique du D r a c u l a de Francis Coppola – et un montage qui réussit à traiter la d ern i è re symphonie d’Henry Kesdi comme un personnage à part entière. Henry Kesdy (Max von Sydow, épatant) retrouve la fougue de sa jeunesse !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :