Arte Magazine n°18 29 avr 2000
Arte Magazine n°18 29 avr 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 29 avr 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? Marius et Jeannette.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
jeudi 4 mai Le fondateur d’IKEA, Ingvar Kamprad, accueille en personne les clients d’un de ses 170 magasins. D’où vient le nom IKEA ? Il correspond à l’addition des initiales de son fondateur (Ingvar Kamprad), du nom de la ferme où il a grandi (Elmtaryd) et du nom de la paroisse dans laquelle celle-ci est située (Agunnaryd). 23.20 IKEA en kit Documentaire de Gérard Poitou (France, 2000-52mn) Coproduction : La Sept ARTE, Doriane Films En cinquante ans, la petite entreprise suédoise est parvenue à meubler la planète. Derrière ce succès, une politique de management originale qui allie simplicité des rapports et obligation d’adhérer aux principes sacrés énoncés par son fondateur. Plongée dans les coulisses du monde IKEA. IKEA, une entreprise comme les autre s ? Les médias ont accusé IKEA de racisme à l’embauche, ont rappelé les anciennes sympathies nazies du fondateur Ingvar Kamprad et l’utilisation du travail des enfants dans les pays en voie de développement. L’indignation était à la hauteur de l’image de l’entreprise. IKEA se sert en effet de l’image de la Suède dans tout son market i n g : nature, solidité, libert é, social-démocratie. Alors, quelle est la bonne version ? Cette petite entreprise familiale suédoise a fini par meubler la planète : 170 magasins dans 28 pays, un catalogue édité en 20 langues et tiré à 80 millions d’exemplaires, 50 mill i ards de chiff re d’aff ai res par an… Avec une idée simple, « proposer des meubles esthétiques et fonctionnels à des prix si bas que le plus grand n o m b re pourra les acheter », le g roupe suédois s’introduit sur des m archés difficiles et s’agrandit sans cesse. Pour entrer dans l’intimité de cette en t reprise, le réalisateur a suivi Sylvie, embauchée comme vendeuse et devenue quatorze ans plus tard la première femme directrice de magasin. Il a également rencontré Stéphanie, vendeuse aux cuisines, Mouss, vendeur stagiaire le week-end et étudiant pendant la semaine, Olivier, vendeur au rayon jardin, et les délégués syndicaux, Mouloud (FO) et Manuel (CGT). La vie quotidienne au magasin révèle quelques caractéristiques du management s u é d o i s : le tutoiement, l’eff a c e- ment des hiérarchies, la simplicité des rapports. La direction cherche le bien-être des employés pour qu’ils soient plus perf o r- mants. Elle cherche aussi son adhésion autour d’idées forces : l’histoire de son fondateur devient mythe, ses principes sont des lois sacrées. Le pèlerinage à Älmhult, en Suède, lieu saint de cette fondation, est de mise pour tous les cadres. Très vite, pour faire baisser les prix, IKEA a fait faire ses meubles à l’Est, notamment en Pologne. 70% de la production reste en E u rope, dont 20% en Europe de l’Est. 25% de la production est faite en Extrême- Orient. Mais peut-être que le secret du succès d’IKEA tient aussi dans sa stru c t u re : une entreprise qui n’a pas d’actionnaire s, qui n’est pas cotée en Bourse, tout entière tournée vers son développement. Embauchée comme vendeuse il y a 14 ans, Sylvie dirige le magasin IKEA de Villiers-sur-Marne.
00.15 Le grand nettoyage Documentaire d’Eusebio Serrano (1999-52mn) Production : Culture Production, Vidéothèque de Paris avec la participation de La Sept ARTE Il y a trois ans, un pressing « discount » s’est installé juste à côté du petit pressing de la famille A z ou l a y. Récit d’une guerre commerciale. Roger Azoulay et sa fille Valérie tiennent le pressing Lavrilux dans le 20 e arron d i s s e- ment de Paris. L’a ff ai re fonctionne plutôt bien avec une clientèle de quartier fidèle. Or, il y a trois ans, un pressing discount offrant des prix trois fois moins élevés s’est ou v ert… à cinq mètres de leur boutique ! En quelques semaines, le chiff re d’a ff ai res de Lavrilux a diminué de moitié. Derr i è re cette révolution du monde du nettoyage, il y a Christian Lafon, P-DG de la société Clean Discount. Initiateur du concept d i s- c o un t dans le milieu du pressing, il ouvre des franchises « clef en main ». Cette nouvelle concurrence très agressive plonge la famille Azoulay dans la consternation. Car pour les discounters, les mots « qualité de travail », « qualification », « métier », « s a l ai res » n’ont pas vraiment de sens. Une véritable guerre commerciale est engagée entre traditionnels et discounters. Pour survivre, Lavrilux a dû proposer à son tour une formule de nettoyage à prix réduit… Eusebio Serrano a suivi pendant deux ans la « carr i è re » de Christian Lafon et le combat de la famille Azoulay. Derrière cette lutte tragique, c’est tout le phénomène de la c on c urrence exacerbée qui, depuis une Roger et Valérie Azoulay : comment s’en sortir quand le discount d’à côté fait la chemise à 17 F ? quinzaine d’années, perturbe pro f on d é- ment la façon dont chacun participe à la vie économique. Car la situation de la famille Azoulay est loin d’être unique. Elle est au c on t r ai re représentative de très nombre u x secteurs d’activité confrontés à cette même logique. L’issue de cette histoire montre clairement que, pour les anciens comme pour les nouveaux, le marché off re de plus en plus difficilement les moyens de vivre. La chaîne Clean Discount, dirigée par Christian Laffon, a été récompensée par « l’enseigne d’Or » de l’efficacité commerciale… Fax ARTE à La Santé et aux Baumettes ARTE a mis en place une collaboration pérenne avec les maisons d’arrêt de La Santé à Paris et des Baumettes à Marseille. Cette collaboration prévoit : - la proposition de programmes aux détenus participant à l’atelier audiovisuel (une dizaine à La Santé) en vue d’une rediffusion sur le canal interne des prisons ; - des rencontres entre les détenu de l’atelier audiovisuel et les réalisateurs autour des coproductions de la chaîne. Ces rencontres seront filmées puis diffusées sur le canal interne - l’organisation de rencontres avec des réalisateurs lors de projections dans la salle de « spectacle » de la prison. Au programme À La Santé : Le 27 avril : projection-débat du documentaire Qu’avez-vous vu de Sarajevo ? en présence de Patrice Barrat. Début mai : rencontre avec Jean-Christophe Victor autour du Dessous des cartes. Aux Baumettes : Participation régulière à un trava autour du thème « Temps et libert Contact ARTE : Frédérique Gerardin Développement culturel ARTE Tél : 01 55 00 70 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :