Arte Magazine n°18 29 avr 2000
Arte Magazine n°18 29 avr 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 29 avr 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? Marius et Jeannette.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
m erc redi 3 mai Flash Bach Ce soir à 21.45 : Sonate n°2 en la mineur (premier mouvement) Avec Hilary Hahn (violon) Réalisation : Myriam Hoyer ZDF Rendez-vous avec Hilary Hahn dimanche 14 mai dans « Maestro ». 21.45 Les maîtres chanteurs de Nuremberg Opéra en trois actes de Richard Wagner Livret : Richard Wagner Mise en scène et décors : Wolfgang Wagner Direction musicale : Daniel Barenboïm Chœur et Orchestre du Festival de Bayreuth Avec : Robert Holl (Hans Sachs), Matthias Hölle (Veit Pogner), Andreas Schmidt (Sixtus Beckmesser), Peter Seiffert (Walther von Stolzing), Emily Magee (Eva), Birgitta Svendén (Magdalena)... Réalisation : Horant H. Hohfeld (France/Allemagne, 1999-4h35mn) LA SEPTARTE/ZDF L’orf è v re Pogner annonce qu’il donnera la main de sa fille au vainqueur du concours des maîtres chanteurs. Walther von Stolzing, un jeune et fougueux c h e v a l i er, tente sa chance… L’un des opéras les plus populaire s de Richard Wa g ner, mis en scène par le petit-fils du compositeur et dirigé par Daniel Bare n b o ïm. À l’issue du service religieux à l’église Sainte-Catherine de Nure m b erg, le jeune chevalier Walther von Stolzing aborde la fille de l’orf è v re Pogner, Eva, pour lui demander si elle est « déjà fiancée ». Il a p prend qu’elle est promise au vainqueur d’un concours de chant qui devra se tenir le jour suivant. Or, pour être admis à ce concours, il faut appartenir à la Confrérie des maîtres chanteurs. Afin de satisfaire à cette exigence, il décide de demander aussitôt son admission à la Confrérie. Celle-ci exige de ses postulants la connaissance de règles de chant auxquelles les maître s adhèrent servilement. L’apprenti cordonnier David, dans une scène pleine d’humour, explique ces règles au chevalier. Au cours de la séance des maîtres chanteurs qui s’ensuit, l’orf è v re Pogner annonce que, Les Maîtres ami de l’art, il donnera chanteurs de la main de sa fille au Nuremberg s’inscrit lauréat du concours public de la Saintdans la série Jean. Après son discours, Pogner présen- wagnériens des grands opéras te Walther von Stolzing enregistrés pour comme postulant de ARTE au Festival d la confrérie, en le Bayreuth (Parsifal, recommandant chal e u re u s e me nt. A pr è s fantôme, Tristan le Ring, le Vaisseau s’ê t re assuré de et Isolde...). son honorabilité, les m a î t res interrogent le chevalier sur son apprentissage de l’art (« Am stillen Herd zur Winterszeit »), puis le boulanger Kothner l’instruit des règles qui doivent être respectées lors de la composition d’un poème ou de sa mise en musique. Toute infraction à ces règles sera marquée sur une ardoise. Beckmesser, gre ffier de la ville, est choisi comme « marqueur » de cette séance ; d’emblée, il a vu d’un mauvais œil la candidature de Wa l t h er, craignant qu’un jeune maître chanteur ne devienne son rival. Wa l t h er, plein d’entrain et de passion, entonne le chant par lequel il espère
obtenir l’admission (« Fanget an ! So rief der Lenz in den Wald »). Mais Beckmesser, qui a inscrit de nombreuses « fautes », obtient qu’on interdise au postulant de continuer. Les maîtres chanteurs jugent que le chevalier a échoué et prononcent leur verdict : « rejeté ». Seul Hans Sachs, le cord on n i e r- poète, exprime sa sympathie pour Walther… Une mise en scène légère et enlevée Les Maîtres Chanteurs de Nure m b erg e s t sans doute le plus populaire et le plus facilement compréhensible des opéras de Richard Wagner. Signée Wolfgang Wagner, petit-fils du compositeur et directeur du Festival de Bayreuth, cette production est fidèle aux indications originales et au cadre historique de la pièce tout en pro p o s a n t une mise en scène légère et enlevée. L’action se situe dans la Nuremberg du XVI e siècle, à l’époque des concours de chant auxquels se livraient les corporations. Wagner ressuscite les débuts de l’ère m o d erne, avec ses maîtres art i s a n s, connaisseurs des arts, pour qui les règles et les usages du « maître chant » n’ont pas plus de secrets que ceux de leur métier. Un globe stylisé planant au-dessus de la scène symbolise la quête universelle de l’artiste et la question de son rôle dans la société, tandis que la tradition est incarnée par les maîtres chanteurs et notamment par le personnage de Sixtus Beckmesser. Il est c on f ronté à l’impétueux Walther von Stolzing qui refuse d’abord de se laisser en f ermer dans des règles strictes… Parmi les solistes, le public de Bayreuth a fait un triomphe à Peter Seiff ert (dans le rôle de Walther von Stolzing) et à Robert Holl (Hans Sachs), mais aussi à Emily Magee, merveilleuse interprète d’une Eva juvénile et gracieuse. Les chœurs et l’orc h e s t re du Festival sont sous la direction de Daniel Barenboïm. ARTE diffuse un portrait de Wolfgang Wagner mercredi 26 avril à 23.50 dans « Profil ». Daniel Barenboïm est un des chefs invités privilégiés du Festival de Bayreuth. Fax Marius et Jeannette en audiovision sur ARTE Lundi 1 er mai 2000, à 20.45, ARTE diffusera le film de Robert Guédiguian Marius et Jeannette accompagné d’un service supplémentaire : l’audiovision. Cette technique permettra à un public de personnes aveugles et malvoyantes d’apprécier également ce film. Elle consiste à ajouter sur la bande sonore originale du film des commentaires expliquant les actions qui se déroulent et décrivant les décors, les personnages, les vêtements, etc. C’est une « traduction » des images d’un film par des mots, afin que les personnes aveugles et malvoyantes puissent le suivre comme tout le monde et aussi confortablement que possible. Cette opération, jusque-là inédite à la télévision française, est menée avec le concours de l’Association Valentin-Haüy. Contacts Pour plus de renseignements mais aussi pour commander une cassette du film : Birgit Gabriel (ARTE) : 03 88 14 23 37 Association Valentin-Haüy pour le bien des aveugles : Monsieur Dutour : 01 44 49 27 27 Presse : Géraldine Musnier Grégoire Mauban : 01 55 00 70 47/48



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :