Arte Magazine n°18 29 avr 2000
Arte Magazine n°18 29 avr 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 29 avr 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? Marius et Jeannette.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
d i m a n c h e30 avril Les aventures d’Arsène Lupin sont disponibles dans deux éditions : au Livre de poche (20 volumes) À la poursuite d’Arsène Lupin et aux Intégrales du Masque (4 volumes). ●●● Est-ce Maurice Leblanc qui a créé Arsène Lupin où Arsène Lupin qui a fait Maurice Leblanc ? habile, cette exploration de l’homme et du mythe éclaire aussi l’idéologie d’une époque. Un héros très français Quand Arsène Lupin naît en littérature, en 1905, les aff ai res criminelles passionnent l’opinion. C’est l’âge d’or du fait divers sanglant et du feuilleton policier. L’é d i t e u r L a ffitte commande donc à Maurice Leblanc un héros « très français » pour répondre au succès de Sherlock Holmes. Coup de génie du littérateur, qui se voulait l’héritier de Zola et, surtout, de Maupassant, la pre m i è re a v en t u re (l’Arrestation d’Arsène Lupin) est écrite au « je ». Le narr a t e ur, c’est Lupin luimême ! Le succès vient si vite que l’auteur disparaît derr i è re son héros : « C’est Lupin qui a fait Maurice Leblanc. » Dans la tradition du bandit justicier (Mandrin, Cart ou c h e) popularisée au siècle précédent, Arsène Lupin va connaître une gloire durable. Le documentaire retrace donc les grandes étapes de sa vie. Arsène est le re j et on d’une aristocrate et d’un roturier, professeur de gymnastique. On revient sur son premier exploit, à l’âge de six ans, et sur sa re n- c on t re décisive avec la comtesse de C a g l i o s t ro qui le voit basculer définitivement du côté du vol, tout en tenant le me urt re en horre ur. Lupin aimera de nombreuses femmes, mais ses épouses disparaissent souvent tragiquement. Il cherchera brièvement à se ranger, mais épousera toujours l’idéologie du moment : en 1914, il est patriote et farouchement anti-Boche. Mais, si Lupin n’est pas un anarchiste, son côté t r a n s g ressif est bien souligné par Didier S a n d re : il est « voleur d’identités », à une époque où la société et sa police sont obsédées par l’identification. Autre trait saillant du personnage, « il se moque de la déduction, seule l’action l’intére s s e ». Authentique « Français sur- m o y en », ses qualités sont celles du boulevardier de la Belle Époque : le charme et, surtout, la parole. Lupin séduit par son élégance et sa gouaille. Son succès durable démontre « l’éclatante supériorité du verbe français »... Lire notre article page suivante 23.20 Film Signé Arsène Lupin Film d’Yves Robert (France/Italie, 1959-1h40mn) Scénario : Jean-Paul Rappeneau, François Chavane, d’après l’œuvre de Maurice Leblanc Avec : Robert Lamoureux (Arsène Lupin), Alida Valli (Aurelia Valeano), Yves Robert (La Ballu), Jacques Dufilho (Albert), Roger Dumas (Isidore Beautrelet) Photographie : Maurice Barry Robert Lamoureux redonne vie au personnage de Maurice Leblanc, cette fois sous la direction d’Yves Robert. Dès la fin de la guerre de 1914, où il fut un as de l’aviation, Arsène Lupin re prend ses exploits sous le nom d’André Laroche. La belle Aurelia, une aventurière, le met sur la piste du trésor de la Toison d’or. Son complice La Ballu le prend de vitesse en subtilisant trois tableaux du XV e siècle. Aidé d’un jeune journaliste, Isidore Bautrelet, Lupin découvre que ce triptyque indique l’endroit où fut caché le trésor. Il devance Aurelia et remet le Trésor au gouvernement français, non sans avoir subtilisé au passage quelques joyaux à son profit. Robert Lamoureux à la poursuite de la Toison d’or.
Héros magnifique, Arsène Lupin est devenu un symbole, presque un nom commun. En explorant ce qu’on sait de sa vie et de ses actes, cette soirée permet de rendre vie à un personnage exceptionnel. Hommage à l’Arsène ! Mais qui est donc Il a affronté Sherlock Holmes et combattu le Kaiser, dirigé la Sûreté et volé La Joconde, conquis une part de l’Afrique et découvert l’Aiguille creuse... On ne compte plus ses adaptations cinématographiques (depuis 1909) et télévisuelles (les dernières en 1995). Arsène Lupin fait presque partie du patrimoine de l’humanité. Il est si proche de nos fantasmes que, sous ses divers déguisements, il symbolise la double ou la quadruple vie dont chacun a rêvé, le beau geste, la loi transgressée avec élégance, le passemuraille, le séducteur, le prestidigitateur... « Arsène Lupin, c’est vous et moi », aurait pu dire son créateur, Maurice Leblanc, au point que sa créature a fini par lui échapper. Ses premiers lecteurs s’y étaient d’ailleurs laissé prendre : Arsène Lupin existe, Maurice Leblanc l’a rencontré. Dans toutes les aventures du gentleman-cambrioleur, le romancier assume d’ailleurs le rôle du biographe. Lupin a existé ! Cette soirée propose deux films rares tirés des aventures d’Arsène Lupin, mais surtout, la première véritable investigation sur l’homme derrière le mythe. Car, bien entendu, le documentaire Arsène penche du côté de cette thèse : Arsène Lupin a bel et bien existé. Ce n’est pas une révélation, mais un simple fait : il suffit de prendre Maurice Leblanc au mot, comme n’importe quel honnête lecteur. Dans la nuit du 22 au 23 juin 1902, l’hôtel particulier de Leblanc est fouillé. Peu après, un homme se suicide chez lui. C’est en tout cas ce que prétend l’écrivain (dans la nouvelle le Sept de cœur). « Et voilà comment j’ai connu Arsène Lupin. Voilà comment j’ai su que Jean Daspry, camarade de cercle, relation mondaine, n’était autre qu’Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur. Voilà comment j’ai noué des liens d’amitié fort agréables avec notre grand homme, et comment peu à peu, grâce à la confiance dont il veut bien m’honorer, je suis devenu son très humble, très fidèle et très reconnaissant historiographe. » Un triomphe planétaire On verra d’ailleurs que bien plus tard les choses se gâtèrent entre eux : Leblanc, qui avait toujours trouvé Lupin un peu compromettant pour sa carrière littéraire, se sentit à la fin de sa vie totalement envahi par cet aventurier, et même littéralement terrorisé par Arsène Lupin ? « Tant mieux si on ne peut jamais dire en toute certitude : voici Arsène Lupin. L’essentiel est qu’on dise sans crainte d’erreur : Arsène Lupin a fait cela. » lui. La personnalité de Maurice Leblanc est évoquée, mais brièvement : on le présente avant tout comme celui qui eut le génie de donner à Arsène, en popularisant ses aventures, une célébrité planétaire. On s’intéresse aux Aventures d’Arsène Lupin comme phénomène d’édition, en rendant compte de l’ampleur de leur succès, de la popularité de ce héros. À la fin, on arrive à cette conclusion, déjà si bien formulée par François George : « Qui est Arsène Lupin ? La réponse est dans la question. Être Lupin consiste à ne jamais l’être. » Et pour en finir tout à fait, il faudra bien admettre qu’Arsène, mort à une date et dans des circonstances inconnues, a bel et bien disparu. Mais qu’il brille, aujourd’hui encore, par cette absence même, et qu’il triomphe encore... ■ La maison dans laquelle Maurice Leblanc a écrit la plupart des aventures d’Arsène Lupin est ouverte au public. Le Clos Arsène Lupin, maison Maurice-Leblanc : 15, rue Guy de Maupassant à Étretat. Renseignements : 02 35 27 55 45.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :