Arte Magazine n°18 28 avr 2001
Arte Magazine n°18 28 avr 2001
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 28 avr 2001

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : Algérie... l’impossible réconciliation ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Générat Il y a 10 ans, le 30 avril 1991, ARTE était fondée sous la forme d’un grou p e me n t e u ropéen d’intérêt économique. Concept de télévision inédit, la chaîne culturelle a surmonté tous les obstacles pour devenir un modèle en Europe et dans le monde. Comment ARTE s’inscrit-elle aujourd’hui dans le paysage audiovisuel ? Quels sont les prochains défis ? Entretien avec Jérôme Clément, vice-président d’ARTE G.E.I.E. et président du directoire d’ARTE France. Quel bilan tirez-vous des 10 ans d’existence d’ARTE ? Je crois que le bilan est très positif. ARTE, c’est le fruit d’une demande de culture qui s’est imposée en France à l’époque du triomphe de la télé paillettes – La Cinq de Silvio Berlusconi –, puis d’un choix politique courageux et orienté vers l’Europe. Deux gestes politiques forts, la création de La Sept en 1986 et la décision de François Mitterrand et Helmut Kohl de créer une chaîne européenne, le 4 novembre 1988, ont traduit ces choix. C’est ce même volontarisme politique qui a permis à la chaîne de surmonter les obstacles initiaux et les nombreuses attaques, et de pouvoir bénéficier aujourd’hui d’une légitimité propre. Cette légitimité repose sur la qualité de nos programmes, sur l’audience qui a crû régu- « Ah, si un jour Israël et la Palestine décident de faire une télévision ensemble, quelle révolution ! »
ion ARTE lièrement, sur notre image aussi. En France, la chaîne rassemble chaque semaine 8,7 millions de téléspectateurs sur une émission au moins par semaine. Le patrimoine que la chaîne a construit patiemment – pour ARTE France, 250 fictions, 300 documentaires, plus d’un millier de soirées « Thema » – vit non seulement à l’antenne, mais aussi dans les festivals, sur les autres chaînes françaises et étrangères, dans les bibliothèques et les réseaux culturels, sur Internet. ARTE bénéficie ainsi d’un véritable attachement qui a mis du temps à se construire, mais qui est aujourd’hui très puissant. C’est le seul concept vraiment nouveau de télévision – ah, si un jour Israël et la Palestine décident de faire une télévision ensemble, quelle révolution ! – et c’est la seule chaîne culturelle internationale. Cette référence culturelle, cette réussite franco-allemande et au-delà européenne intéresse d’ailleurs de plus en plus : les Britanniques, qui préparent leur chaîne culturelle BBC 4, nous ont ainsi invités fin mars pour présenter ce qui est devenu un modèle en Europe et dans le monde. Dans quelle mesure ARTE a-t-elle contribué à redéfinir les territoires de l’audiovisuel, à réinventer certains genres, à favoriser l’émergence de nouveaux créateurs ? ARTE est à l’origine d’un triple re n ou v e l l e me n t : ● des idées : ARTE a imposé à la télévision une liberté créatrice qui disparaissait des écrans. Nous avons par exemple redonné ses lettres de noblesse au documentaire, genre en voie de disparition au début des années 1990, et qui réapparaît aujourd’hui sur d’autres chaînes. Cette liberté s’est imposée dans tout le champ culturel : nous ne nous sommes interdit aucun domaine. ● des formes : nous avons créé de nouveaux types d’émission, du Dessous des cartes à Histoire parallèle en passant par Palettes ou les soirées thématiques. Nous avons apporté un souffle d’air frais dans les formats et inventé de nouvelles formes de présentation du théâtre, de la musique, de la danse à la télévision. Cette innovation, nous la voulons permanente : nous réfléchissons ainsi aujourd’hui à de nouvelles émissions musicales et culturelles. ● de génération, enfin : c’est une véritable génération ARTE qui a vu le jour grâce à notre engagement. Une génération faite d’auteurs français – Cédric Klapisch, Laurent Cantet, Claire Denis, Mathieu Kassovitz, Xavier Beauvois… –, d’acteurs – Élodie Bouchez, Sami Naceri, Saïd Taghmaoui, Virginie Ledoyen, Melvil Poupaud… –, mais aussi de cinéastes européens qui ont trouvé avec ARTE de nouveaux moyens d’expression – Emir Kusturica, Lars von Trier, Ken Loach, Nanni Moretti. Quelles sont les perspectives de développement aujourd’hui ? Quels sont les grands chantiers à venir ? Nous avons devant nous trois grands chantiers. ● L’international d’abord, avec le défi passionnant du lancement de Télé des Arts au mois de septembre, l’approfondissement de nos relations avec les partenaires européens associés à ARTE (la RTBF belge, la TVP polonaise, l’ORF autrichienne), mais aussi la relance de la coopération dans le sud de l’Europe, en particulier avec l’Espagne. ● Internet et le développement ensuite, avec le site arte-tv.com pour le grand public et artefrance.fr pour les professionnels. ● Enfin et surtout les programmes, à travers le lancement d’une nouvelle grille de soirée à la fin du mois de septembre, le remplacement d’émissions emblématiques de début de soirée (Histoire parallèle) et notre chantier principal, l’élargissement d’ARTE à toute la journée. Ce dernier point constitue un défi d’autant plus important qu’en 2003 nous disposerons d’un canal complet sur le numérique hertzien. Dans ce nouvel espace, nous souhaitons développer une programmation insistant sur les richesses proprement culturelles d’ARTE, avec notamment la reprise de collections emblématiques telles que Palettes ou Architectures, mais aussi des émissions qui redonnent toute sa place à la parole. ■ ARTE MAGAZINE n°18 - 28 avril > 4 mai 2001 - 3 Les événements de l’année anniversaire ● Pose de la première pierre du nouveau siège d’ARTE à Strasbourg le 3 mai 2001, en présence de Catherine Tasca, ministre de la Culture et de la Communication. ● Lancement d’une nouvelle grille en septembre 2001. ● Organisation d’un colloque sur le thème « Une télévision pour l’Europe » à l’automne 2001. ● Organisation du premier « Festival ARTE » à La Ferme du Buisson (Scène nationale de Marne-la-Vallée), en février 2002. ● Programmation spéciale à l’antenne en mai 2002 pour fêter les 10 ans de la première diffusion (le 30 mai 1992).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :