Arte Magazine n°17 22 avr 2000
Arte Magazine n°17 22 avr 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de 22 avr 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Apocalypse Viêt-nam... 30 ans de guerre, et après ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
jeudi 27 avril Viêt-nam Hanoi, septembre 1999. Spécial Viêt-nam sur ARTE Le Viêt-nam sauvage Lundi 17 avril et lundi 24 avril à 19.00 Apocalypse Viêt-nam Mercredi 19 avril, mercredi 26 avril et jeudi 27 avril à 20.45 Thema « Viêt-nam » Jeudi 27 avril à 20.45 Les veuves du Viêt-nam Mercredi 3 mai à 20.45 21.30 Les enfants d’Hô Chi Minh Documentaire de Hartmut Idzko (Allemagne, 2000-45mn) Depuis que le Viêt-nam s’est ouvert à l’économie de marché, Hanoi et Saigon, les deux grandes villes du pays, sont en quête d’une nouvelle identité. Chacune à sa manière. Saigon : néons criards, publicités, musique à fond dans les cafés. De jeunes couples se promènent enlacés, portant parfois jeans et p i ercing. Derr i è re les façades de verre d’immeubles qui ressemblent à ceux de toutes les métropoles mondiales, l’économie avance. Saigon – ou plutôt Hô Chi Minh-Ville – est son emblème. Hanoi : la capitale, le siège du gouvernement et du parti communiste. Le charme préservé du mélange d’arc h i t e c- t u re coloniale française et d’éléments asiatiques, des rues toujours sillonnées par les vélos et les pousse-pousse. Entre Saigon et Hanoi, les deux plus grandes villes du pays, ce n’est pas seulement le paysage urbain qui diff è re. À Hanoi, un chauffeur de pousse-pousse presque centenaire nous fait visiter la ville. On y re n c on t re des jeunes qui c h erchent à lancer de petites entre pr i s e s par leurs pro pres moyens, d’anciens expatriés en République démocratique allemande qui veulent re c on s t ru i re leur vie dans leur pays d’origine, beaucoup de jeunes art i s t e s, car la scène culturelle explose littéralement dans cette ville qui possède la plus ancienne école des beaux-arts de toute l’Asie. Dans les discothèques, la jeunesse s’amuse sagement. Le tableau est tout autre à Saigon. La vie n o c t urne y est intense, avec toutes les ombres que l’on connaît à l’Ouest : drogue, prostitution, criminalité. Et aussi, bien sûr, v o i t u res de luxe, stylistes italiens et téléphones portables. Ici, McDonald’s est déjà installé. Là, de jeunes entre preneurs pensent mondialisation. À l’écart de toute cette agitation, les anciens quartiers élégants de la ville, avec les hôtels d’apparat et les villas de style français, sont en pleine rénovation.
22.15 Viêt-nam à la carte Petite promenade culinaire Documentaire de Carla Schulze (Allemagne, 2000-30mn) Malgré toutes les années de colonisation et de guerre, le Viêt-nam n’a pas perdu son identité, ni culinaire, ni culturelle. Où, mieux que dans la nourr i t u re, peut-on trouver trace des influences culturelles auxquelles le Viêt-nam a été soumis au cours de son histoire ? Dans les boulangeries, on peut encore acheter des baguettes « à la française » ; et l’ennemi américain a depuis longtemps reconquis le pays grâce à M c D on a l d’s. Pourtant, dans les jours qui précèdent la fête du Têt, le nouvel an vietnamien, on peut constater que le Vi ê t - n a m n’a rien perdu de son identité culinaire ou c u l t u relle. Sept jours avant la fête, on envoie le dieu de la cuisine dans les cieux. Une semaine durant, il va re n d re compte de la vie des familles à l’empereur de jade, avant de revenir juste à temps dans les cuisines. Car c’est à lui que l’on doit une bonne partie de la réussite aux fourn e a u x, comme l’explique le chef d’un re s t a u r a n t des environs de Hanoi. Le documentaire invite aussi à une petite promenade culinaire à travers le pays. Tout au nord, un grand marché aux légumes attire les habitants de tous les villages de montagne alentour. Les jeunes venus cherc h e r des victuailles espèrent bien y re n c on t re r aussi l’âme sœur... Traditionnellement, sept jours avant la fête du Têt, le dieu de la cuisine part dans les cieux rendre compte de la vie des hommes. Il se remet aux fourneaux juste à temps pour que la fête soit une réussite… Pendant la guerre, Ngyet (Min Chau) gagnait sa vie sur un sampan. 22.45 Film La fille du fleuve (Co Gai Tren Song) Film de Dang Nhat Minh (Viêt-nam, 1987-1h36mn) - VOSTF Scénario et réalisation : Dang Nhat Minh Avec : Min Chau (Ngyet), Anh Dung (Thu), Ha Xuyen (Lien), Duong Dinh Chan (le rédacteur en chef), Tran Van Son, Bui Duc Phu, Nguyen Ngoc Cuong, Le Hong Thuan... Photographie : Pham Viet Thanh Musique : Trinh Cong Son, Pham Trong Cau L’histoire d’une ancienne prostituée amoureuse d’un partisan. Un film à la fois poétique et très critique sur les dignitaires du régime communiste. À la suite d’un accident de la circ u l a t i on, Ngyet est à l’hôpital, où elle reçoit la visite de Lien, une journaliste. L’ancienne pro s t i- tuée lui raconte comment, pendant la guerre du Viêt-nam, elle a partagé le triste sort de milliers de jeunes filles contraintes de v en d re leur corps pour assurer la subsistance de leur famille. Ngyet gagnait ainsi sa vie sur un sampan, sur lequel elle a caché un jour un jeune combattant de l’armée de libération, blessé et re c h erché par la police milit ai re. Une fois guéri, elle l’a reconduit dans la jungle avec son bateau, et une pro f on de relation amoureuse est née entre eux, alors qu’elle ne connaissait même pas son nom. Après la victoire de l’armée vietnamienne, Ngyet a été transférée dans un camp de rééducation, puis affectée à la constru c t i on des routes. Elle a continué de penser au jeune libérateur et espéré sans cesse le re v o ir. Elle l’a effectivement aperçu un jour, dans une limousine avec chauffeur qui a disp a ru derr i è re un portail aussitôt re f ermé. Par l’i n t ermé d i ai re du portier de la maison, elle s’est entendu répondre que l’homme en question ne se souvenait d’aucune femme du nom de Ngyet. Bouleversée, déambulant sur la route, Ngyet n’a pas vu le camion arr i- ver… Lien a décidé de faire de cette histoire un re p ortage. Mais son mari, un haut fonct i on n ai re, en empêche la publication par tous les moyens. La ressemblance entre lui et le jeune libérateur, que Ngyet a sauvé au péril de sa vie et qui nie maintenant son existence, est-elle pure coïncidence ?



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :