Arte Magazine n°16 15 avr 2000
Arte Magazine n°16 15 avr 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de 15 avr 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Denis Lavant dans Beau Travail, une fiction de Claire Denis.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
m ardi 18 avril Dans la catégorie des ânes célèbres, connaissez-vous Lolo ? Lolo résidait au début du siècle dans le cabaret « Le lapin agile » sur la butte Montmartre. À la demande de quelques farceurs, il peignit un tableau qui fut exposé avec un certain succès au Salon des indépendants. L’âne figura pendant de nombreuses années dans le catalogue officiel des peintres sous le nom de Boronali… 21.35-01.15 Hommage aux ânes De la corvée à la crèche Qu’est-ce qu’un âne ? Un être qui porte les mystères sans les comprendre ? Un compagnon lumineux de l’homme au travail ? Un idiot obstiné ? ZDF De l’âne au travail à l’âne mart yr, du compagnon des hommes à l’animal biblique, portrait en pied du « cheval du pauvre » à travers les âges. 21.35 Gloire aux ânes Les aventures d’un animal prolétaire Documentaire de Maryse Bergonzat Écrit en collaboration avec Isy Morgensztern (France, 2000-1h59mn) Coproduction : SZ Productions, France 3 Limousin-Poitou-Charentes pour la ZDF, en collaboration avec ARTE Sous forme d’un abécédaire fantaisiste, Maryse Bergonzat présente l’âne dans tous ses états, réels ou symboliques. Spécialistes et amis des ânes se succèdent pour évoquer ce compagnon fort serviable de l’homme : des retraités se rappellent le dur labeur des ânes dans les mines de charbon ; Marcel Joseph imite le braiment à la perfection ; des baudets pro m è n en t des enfants sur leur dos… À ces évocations d’ânes réels se mêlent la symbolique l i t t é r ai re, philosophique et religieuse des ânes : ils furent tour à tour métaphore du travail rédempteur, symbole de l’humanité souffrante appelée à un grand destin (l’âne p orte les mystères sans les compre n d re) , i n c arnation de la bêtise et de la pare s se... A u j o urd’hui, l’âne entre dans l’ère des loisirs. Il devient animal de compagnie, aux côtés du cheval, son cousin. Histoire d’âne Curieux destin que celui des ânes, compagnons de l’homme au travail. Domestiqués, ils furent employés à faire la guerre, tâche aristocratique s’il en est. Mais assez tôt, on les remplaça par les chevaux, plus rapides. Ils re s t è rent donc dans les ferme s, labourant et faisant tourner les moulins. Une existence assez ord i n ai re au serv i c e de gens modestes. Les ânes donnent très peu de lait, on en mange peu et on ne tricote pas de pulls avec leurs poils. Reste donc le travail : une capacité de travail peu commune, qui en a fait un animal pro l é t a i- re partageant au plus près la misère et les peines des hommes. Sous la forme d’un a b é c é d ai re ludique, ce documentaire décrit les rapports des paysans, des ouvriers et de leurs ânes. Il suit pour cela deux fils rouges : des ânes réels filmés en situation avec leurs compagnons humains dans la campagne française et, en contrepoint, les ânes métaphoriques et littéraire s traités sous forme d’animations. Il dre s s e parallèlement l’histoire étonnante de ce long compagnonnage entre les ânes et les hommes, commencé avec les pre m ier s pas de l’agriculture. Maryse Bergonzat est l’auteur de nombreux documentaires, dont l’inoubliable Maurice et Katia Krafft, au rythme de la Terre (1992, disponible en cassettes ARTE Vidéo), plusieurs fois primé à travers le monde.
22.50 La foire aux ânes Documentaire de Gérard Rivoalan (Belgique, 2000-52mn) Tous les ans à la Pentecôte, éleveurs, marchands, paysans et amateurs se retrouvent à la foire aux ânes de Lignières-en-Berry. Au Moyen-Âge, la petite ville du Cher était réputée pour sa foire aux ânes. Mais faute d’animaux et de clients, celle-ci cessa d’exister après 1945. Grâce aux eff orts d’un g roupe de farouches défenseurs de l’espèce asine, cette re n c on t re unique en Euro p e a pu être relancée en 1985. Ceux qui défendent aujourd’hui le « cheval du pauvre » sont d é t erminés à lui faire reconquérir une place dans les activités humaines. Il y a bien sûr les parcours touristiques à dos d’âne. Mais d’a u t res vont plus loin : dans sa maison de P i c ardie, Irene van de Ponseele met à pro f i t la douceur et la patience pro pres aux ânes dans une thérapie destinée à des handicapés mentaux. En Angleterre, Elisabeth Svendsen a transformé un ancien hôtel en « maison de retraite » pour ânes… 23.45 Film Au hasard Balthazar Film de Robert Bresson (France, 1966-1h35mn) Scénario : Robert Bresson Avec : Anne Wiazemsky (Marie), François Lafarge (Gérard), Walter Green (Jacques), Jean-Claude Guilbert (Arnold), Pierre Klossowski (le marchand de grains) Photographie : Ghislain Cloquet Son : Antoine Archimbaud, Jacques Carrère Production : Marc Bogard (Rediffusion du 25 avril 1997) L’odyssée d’un âne par Robert Bresson. Un film où se mêlent nostalgie de l’enfance, indignation face à la méchanceté des hommes et profondeur de la réflexion. Balthazar est un âne dont l’œil débonnaire contemple le spectacle désastreux de la bêtise humaine. Ballotté entre diff é rents prop r i é t ai res, il subit la cruauté de Gérard, l’ivrognerie d’Arnold, l’avarice du marchand de grains, est exhibé comme âne savant dans un cirque, avant d’achever son chemin de c roix au cœur d’un troupeau de moutons. Mémoire d’un âne Cette parabole sur la souffrance et les vices de l’humanité est une magistrale leçon de cinéma et un film lumineux malgré le caract è re sombre de l’intrigue. L’âne est omniprésent et figure l’innocent, l’idiot dostoïevskien (dont le film s’inspire en part i e). Il assiste, placide et impassible, aux péchés capitaux d’une humanité perv ert ie. Orgueil, gourmandise, luxure, pare s s e, envie… : tout passe par le re g ard fixe de Balthazar, œil d’Abel chargé de stigmatiser les errements d’une petite communauté villageoise. Si le monde n’est qu’un champ de foire vouant un culte au veau d’or, Balthazar lui servira d’étalon de pureté. Animal biblique, l’âne évoque à la fois la spiritualité, la candeur, le mysticisme et la sainteté. Pour Bresson, il symbolise la re n c on t re en t re les mythes païens et chrétiens, un retour aux sources, une image idéalisée de l’enfance et de l’innocence. Le m art y re de l’âne est une parabole de la Passion du Christ venu sur t erre pour expier les péchés de l’humanité. A u H a s ard Balthazar est le cri de douleur et d’alarme d’un être pur devant la chute de l’humanité. « L’âne est plus saint que S o c r a t e et plus grand qu e P l a t on. » (Victor Hugo) « Je juxtapose la bonté et même la sainteté d’un âne avec les vices des hommes. » (Robert Bresson) Marie (Anne Wiazemsky), à la beauté virginale, victime d’une éducation sentimentale douloureuse.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :