Arte Magazine n°15 8 avr 2000
Arte Magazine n°15 8 avr 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de 8 avr 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : sexe... hommes / femmes mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
jeudi 13 avril Sexe : les hommes et les femmes sont-ils encore faits pour vivre ensemble ? La seconde origine du monde. ●●● questions qui concernent tous les couples : fidélité, frustration, fantasmes... C’est aussi l’évolution des mœurs que l’on saisit : la révolution provoquée par l’invention de la pilule, l’émancipation féminine, la multiplication des clubs échangistes, l’ébranlement de certains tabous (comme la sodomie et la fellation) et la persistance tenace d’a u t res (les non-dits au sein du couple, la masturbation féminine…). Un documentaire à la fois tendre et cru, qui donne la parole aux femmes sur un sujet plus tabou qu’il n’y paraît. 22.20 Quand les hommes parlent sexe… Documentaire de Tuomas Sallinen (France, 2000-52mn) Appétit sexuel, blocages, masturbation… Sept témoignages bruts, du plus macho au plus sensible, qui révèlent des hommes souvent en proie au doute. Le documentaire s’ouvre sur l’image d’un homme allongé, les cuisses entrou v ert e s, le sexe en érection : un clin d’œil au fameux tableau de Gustave Courbet l’Origine du monde. Pour le réalisateur Tuomas Sallinen, il s’agit plutôt de l’origine du problème ! Car pour lui, « tout homme naît avec un pro b l è - me entre les jambes et passe sa vie à essayer de le résoudre ». À Berlin, Paris ou Helsinki, il donne la parole à des hommes de tous âges et de tous horizons, chacun i n c arnant une sensibilité masculine diff é- rente. Une enquête en sept chapitres qui m on t re des hommes souvent fragilisés, bien au-delà de la traditionnelle autosatisfaction de façade. Des hommes et leur sexe On rencontre ainsi Arto, l’homme au « pénis sur la tête », dixit son épouse. Cet homme de 52 ans n’arrive pas à combler les attentes sexuelles de sa femme. La cause ? Il a besoin d’être rassuré sur sa virilité, pour surmonter son blocage physique. Turtsi n’a pas ces états d’âme. Pour lui, la femme n’est qu’un pur objet de plaisir. Il multiplie donc conquêtes et expériences pour assouvir une soif juvénile et insatiable. En France, l’hédonisme sexuel est poussé à son paroxysme par P ier r e - A r n a u d, un « f ou du cul » qui ne recule devant aucune expé - rience et dit assumer pleinement son choix de vie. H o ci ne, enfermé dans son « m on de d’homme », est bien plus désabusé. Il porte un re g ard amer sur la gent féminine, ce monde qui refuse ses fantasmes et le condamne à la solitude. R o l f est déprimé pour d’autres raisons. Dans le couple, c’est lui qui reste à la maison. Chaque soir, il attend avec impatience le retour de sa femme. Chaque soir, elle re n t re fatiguée, sans envie sexuelle. Pour Rolf, une seule (et mince) consolation : la masturbation. M i c h a e l a résolu le problème. Le jour de ses 50 ans, il fait sa valise. Aujourd’hui, cet homme « qui aime les femmes » peut enfin le prouver : il multiplie les conquêtes et se dit enfin heureux. Le documentaire s’achève avec Monsieur P., militaire à la ret r ai t e, catholique et aujourd’hui veuf. Pour ce don Juan d’un autre temps, impossible de résis - ter au charme féminin. Tout au long de sa vie, il fit honneur à chaque femme qui s’offrit à lui, sans jamais sacrifier sa famille.
23.45 Le mensonge de Nina Petrovna (Die Wunderbare Lüge der Nina Petrowna) Film de Hanns Schwarz (Allemagne, 1929-1h42mn) Noir et blanc, muet, stéréo Scénario : Hans Székely Avec : Brigitte Helm (Nina Petrovna), Franz Lederer (l’aspirant Michel Silieff), Warwick Ward (le colonel Teroff), Lya Jan (la paysanne) Photographie : CarlHoffmannDécors : Robert Herlth, Walter Röhrig Costumes : Renée Hubert Musique : Maurice Jaubert Production : UFA-Universum-Film AG, Berlin (Erich Pommer) LA SEPTARTE Version restaurée Cinéma le muet du mois Les amours de Nina Petrovna, déchirée entre deux hommes. Une restauration exemplaire qui met en valeur l’intensité tragique de Brigitte Helm (l’héroïne de M et r o p o l i s), la mise en scène de Hanns Schwarz (pleine d’élégance) et la musique de Maurice Jaubert (en stéréo !). Nina Petrovna est l’amante d’un riche colonel à la tête d’un régiment de cosaques. Un s o ir, lors d’une fête, elle re n c on t re le jeune aspirant Michel. Nina décide de le re j o i n d re. Le colonel exige qu’elle re v i en ne à lui sous peine de briser la carr i è re du jeune homme… Une restauration complète Le Mensonge de Nina Petrovna a été redé - c ou v ert (et restauré une pre m i è re fois) il y a une dizaine d’années grâce au National Film Archive de Londres. Mais si la copie était relativement complète, elle souffrait de multiples rayures, de manques d’images, de collures… Des recherches ont été entre - prises par la Friedrich-Wi l h e l m - M urn a u Stiftung (qui détient les droits du film et assure la conservation d’une grande partie du patrimoine cinématographique alle - mand) en collaboration avec ARTE. Elles ont permis de retrouver deux négatifs origi - naux grâce auxquels il a été possible de reconstituer le film avec son montage et son rythme d’origine. Outre les tentatives pour éliminer les ravages du temps (tâches, rayures…), la restauration a consisté à ret rouver les valeurs photogra - phiques de l’original – résolution, contras - te, densité. On a ainsi ret rouvé la douceur du noir et blanc de CarlHoffmannqui c a resse le visage de Brigitte Helm et la sombre clarté qui enrobe les protagonistes allant vers le drame final. Toute la photo - graphie joue sur des tonalités légères, mini - males, qui répondent parfaitement au jeu des acteurs et à la mise en scène. Maurice Jaubert (1900-1940) Z é ro de conduite, l’A t a l a n te, Drôle de d r a me, Quai des bru mes, le Jour se lève… : autant de phares du cinéma français, autant de partitions de Maurice Jaubert. C’est après une pre m i è re expérience avec son ami d’enfance Jean Renoir pour la sélection musicale de N a n a (1926) que Maurice Jaubert compose la « musique d’écran » du Mensonge de Nina Petro v n a. En dépit des contraintes imposées par l’accompagnement continu, Jaubert aff irme déjà sa personnalité dans le m orcellement et la diversité des motifs, la transparence de l’orchestration, l’import a n c e des timbres solistes. « M a u r i c e J a u b ert, écrit François Porc i l e, a laissé une œuvre d’une pure - té et d’une intégrité telles qu’elle est deve- nue à la fois une exception et un exemple pour les musiciens de l’avenir. » P reuve de la pérennité de sa musique, certaines des ses partitions ont été réutilisées par François Truffaut dans Adèle H, l’Argent de p o c he, l’Homme qui aimait les femmes et la Chambre verte. Une restauration complète qui, avec sa « musique d’écran » restitue un grand film.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :