Arte Magazine n°15 8 avr 2000
Arte Magazine n°15 8 avr 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de 8 avr 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : sexe... hommes / femmes mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
m erc redi 12 avril 23.10 Conducting Mahler Cinq chefs prestigieux – Bern ard Haitink, R i c c ardo Chailly, Riccardo Muti, Claudio Abbado et Simon Rattle – dirigent Mahler. L’occasion de confronter les interprétations et de re n d re hommage à un compositeur et un répert o i re toujours à re d é c ou v r ir. Riccardo Chailly Gustav Mahler Réalisation : Frank Scheffer (Pays-Bas, 1996-1h15mn) LASEPTARTE Bernard Haitink Ce documentaire suit l’interprétation des symphonies de Gustav Mahler par les chefs d’orchestre Bernard Haitink, Riccardo C h ai l l y, Riccardo Muti, Claudio Abbado et Simon Rattle à la tête des Orc h e s t res philh armoniques de Berlin et de Vienne, et de l’Orc h e s t re Royal du Concert g e b ou w d’A m s t erdam. To urné à Amsterdam pendant les Journées Mahler de mai 1995, ce film offre une nouvelle approche de l’œuvre du compositeur viennois en croisant les visions différentes (contradictoires ou comp l é me n t ai res) qu’en proposent les cinq chefs prestigieux réunis pour l’occasion. De n o m b reux extraits de concerts, les grands moments des répétitions et les comment ai res des chefs d’orc h e s t re sont magnifiquement assemblés par Frank Scheffer qui en profite pour redéfinir la place de Mahler dans le monde musical contemporain. Interpréter Mahler Le premier Festival Mahler d’Amsterd a meut lieu en 1920 à l’occasion du 25 e a n n i - v e r s ai re de la présence de Wi l l e m M en g e l b erg à la tête de l’Orc h e s t re du Claudio Abbado L’occasion rare de voir réuni le gotha de la direction d’orchestre à la tête de trois illustres phalanges. C on c ertgebouw d’Amsterdam. L’e n s e m b l e des symphonies de Mahler était alors joué par ce même orc h e s t re. Soixante-quinze ans plus tard, en mai 1995, ce festival réunissait trois des plus grands orchestres européens avec lesquels Mahler travailla : l’Orc h e s t re Philharmonique de Berlin, celui de Vienne, et le C on c ert g e b ou w, rejoints pour l’occasion par l’orc h e s t re de jeunes Gustav Mahler. Cinq chefs d’orc h e s t re se sont succédé à la tête de ces orchestres, répétant les sym - phonies numéro 2, 4, 5 et 8. Le cinéaste néerlandais Frank Scheffer, réputé pour ses films musicaux – Sonic Acts (sur la musique é l e c t ronique), Voyage to Cythera (s u r Luciano Berio) et Attrazione d’amore (s u r R i c c ardo Chailly) –, a profité de l’événe - ment pour composer un film qui ne se contente pas de faire un état des lieux de l’interprétation de Mahler. Scheffer explore, par un montage subtil, l’essence même de cette musique et exploite toute la richesse qu’o ff re la comparaison du travail de plu - sieurs grands chefs. Son film est à la fois un hommage à Mengelberg, à Mahler et au r é p ert o i re symphonique, pro f on d é me n t ancré dans notre héritage musical.
00.25 Tabori Profil Le théâtre, c’est la vie Documentaire de Michael Verhoeven (Allemagne, 1999-44mn) WDR À 85 ans, George Tabori continue de déployer ses immenses talents d’homme de théâtre. Portrait en forme d’hommage. G e orge Tabori est un mythe vivant. Ami de Brecht et de Beckett, doué d’un très grand sens de l’humour, il compte parmi les plus grandes personnalités du paysage théâtral g ermanique. Pendant plus de cinq ans, le cinéaste Michael Ve rhoeven l’a interro g é sur son théâtre et sur lui-même. Il a accompagné Tabori dans des répétitions et a filmé l’hommage qui lui a été rendu à Berlin, en 1994, à l’occasion de son 80 e anniversaire. Un magicien du théâtre A u j o urd’hui titulaire d’un passeport britan - nique, George Tabori naît à Budapest en 1914. À 19 ans, il débarque à Berlin où il reste le temps d’un apprentissage de cuisi - nier dans l’hôtellerie. Émigré en Angleterre, il travaille pour la BBC comme journ a l i s t e et présentateur de radio à Londres, puis à Sofia, au Caire, à Istanbul et à Jéru s a l em. Après la guerre, il s’installe à New Yo r k, puis à Los Angeles où, pendant plus de vingt ans, il écrit des scénarios – entre a u t res pour Alfred Hitchcock – et des pièces de théâtre. Invité par le S c h i l l ertheater de Berlin à monter C a n n i b a l es, Tabori ret o urne en Allemagne en 1969. C’est à ce moment que commen - ce véritablement sa carr i è re de rénovateur du théâtre. Il travaille à Berlin jusqu’en 1975, puis à Brême (où il crée un laboratoi - re théâtral et monte des adaptations de Freud ou de Kafka), à Munich (où il met en scène ses I m provisations sur Shylock). 1980 marque le début de ses grandes réa - lisations : Brecht, Stein, Beckett ou encore H e r b ert Achternbusch. En 1986, il est nommé directeur du Schauspielhaus de Vienne, où il monte sa célèbre pièce M e i n K a m p f en 1987. Le Livre aux sept sceaux fait scandale à Salzbourg cette même année. Plus récemment, il a mis en scène des œuvres lyriques (dont Moïse et Aaron de Schönberg à Leipzig) et il continue à produire pour la scène. 01.10 La lucarne Dernière tournée Documentaire d’Antonia Lerch (Allemagne, 1997-1h34mn) ZDF (Rediffusion du 21 novembre 1997) Antonia Lerch promène sa caméra au creux de la nuit berlinoise, dans la chaleur des bars à l’heure du dernier verre. Une belle série d’instantanés, entre reportage d’ambiance et document sociologique. C’est la fin de la journée. Les Berlinois se pressent dans les bars, les cafés, les bistros, les restaurants. On parle, on s’amuse, on retrouve des amis. Entre minuit et l’aube arrive forcément le moment de la dern i è ret o urnée, du dernier verre. Antonia Lerc h promène sa caméra curieuse devant et d err i è re les comptoirs et en rapporte une belle série d’instantanés sur la vie quotidienne. La nuit complice Ici, on parle des traditions familiales en Italie ; là, des e x p erts débattent des mœurs des chauves-souris. Un jeune couple se quere l l e pour la énième fois, tandis que la serveuse règle ses h i s t o i res de cœur au télé - phone. Deux spécialistes de c h i rurgie cardiaque disser - tent sur la vie et la mort. Une juive ukrainienne raconte à de vieilles amies la mort de sa mère et sa propre fuite. Une Africaine de Paris joue au f l i p p er, boit un whisky et évoque le souve - nir de sa grand-mère, avant de danser sur un morceau des Rolling Stones. Lorsque point l’aube, une Mongole assise sur une terrasse le long de la rivière rêve aux puis - sants destriers de Gengis Khan, son pays à nouveau dans sa tête... La dernière cigarette, le dernier verre… portraits de noctambules.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :