Arte Magazine n°15 8 avr 2000
Arte Magazine n°15 8 avr 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de 8 avr 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : sexe... hommes / femmes mode d'emploi.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
19.00 Archimède Magazine scientifique 19.50 ARTE Info’émission d’actualité e la rédaction d’ARTE 20.15 Reportage Opération Parkinson Réalisation : Antoine Roux 20.45 La vie en face ranches de mort La carrière d’un cadavre Documentaire de Kaspar Kasics 21.40-00.20 Comedia Berlin : la nouvelle Schaubühne 21.40 Körper Ballet de Sasha Waltz 22.50 Salaires d’anges Documentaire de Brigitte Kramer t Jörg Jeshel 00.20 Arsenic et vieilles dentelles (r-vostf) ilm de Frank Capra 02.15 Premiers comiques Courts métrages burlesques 03.00 Fin des programmes es horaires correspondentux codes PDC, auf indication contraire. m ard i 11 avril 19.00 Archimède Magazine scientifique européen de Philippe Boulanger, Hervé Guérin, Jean-Jacques Henry, Jonas Rosales et Hervé This (France, 2000-43mn) Coproduction : La Sept ARTE, Ex Nihilo, Aune Productions, avec la collaboration du CNRS Images Média/FEMIS LASEPTARTE ● Voir : contrainte Au Centre d’essai aéronautique de Toulouse, on teste la résistance d’un pansement apposé sur une carlingue d’avion. ● Expérience : à hauteur de vague Comment nagent les dauphins ? La semaine dern i è re, Thierry Brunel expliquait à Chloé son hypothèse concernant la nage des dauphins. Aujourd’hui, il tente de la vérifier. Les dauphins se déplacent-ils en utilisant l’énergie des vagues ? Utilisent-ils leur ro s t re (leur museau) pour éliminer leur vague d’étrave ? ● Brève : match nul Au XIX e siècle, on mesurait l’intelligence de l’homme à la taille de son cerveau. ● Sciences animées : le plat pays Imaginez un univers à deux dimensions et ses habitants, les planaires. Le pro f e s s e u r Archipi vous convie à le visiter. ● Portrait : Françoise Brochard-Wyart Françoise Bro c h ard - Wy art est chercheur à l’université Paris-VII, au laboratoire de physique-chimie. Elle étudie plus part i c u l i è rement la matière molle. ● Brève : tromperie L’organe le plus spectaculaire du papillon, c’est sa trompe... ● Application : semis direct Archimède s’est rendu en Touraine où une quinzaine d’agriculteurs pratiquent le semis direct, c’est-à-dire sans travail préalable de la terre. Depuis un an, l’INRA étudie l’intérêt de cette nouvelle pratique qui présente des avantages à la fois écologiques et économiques en limitant l’érosion des sols. ● Comment : le lecteur de CD Comment fonctionne un lecteur de CD. 20.15 Opération Parkinson Réalisation : Antoine Roux (2000-26mn) Coproduction : ARTE, Capa ARTE G.E.I.E. Grâce à une opération mise au point par une équipe française, on sait aujourd’hui faire reculer la maladie de Parkinson. Mais l’intervention est lourde et onéreuse… En France, la maladie de Parkinson touche 100 000 personnes. Trouble neuro-dégénératif progressif, elle affecte les mouvements et la parole. Pro g ressivement gagnée par la paralysie, la personne atteinte perd définitivement son autonomie. La cause de la maladie n’est pas précisément connue. Une opération existe, la neuro - s t i m u l a t i on, mise au point en 1993 par une équipe française sous la direction des pro f e s s e u r s Benabib et Pollak. 15% des malades ont bénéficié de cette intervention dont les résultats sont spectaculaires : elle rend une vie normale à des personnes presque grab a t ai res. Cette technique intéresse des équipes médicales venues du monde entier. Mais l’opération est lourde et onéreuse. Faute de moyens, le nombre de patients opérés en France reste très limité : les délais d’attente peuvent aller jusqu’à huit ans. En Allemagne, au contraire, cette opération est accessible à tous ceux qui en font la demande, mais semble-t-il, parce qu’elle n’est pas encore très connue. En cette journée mondiale de lutte contre la maladie de Parkinson, ce reportage ressemble à un message d’espoir. Reportage
Documentaire de Kaspar Kasics (Suisse/Allemagne, 2000-56mn) SWR Joseph Jernigan était un meurtrier, un type fort peu recommandable. Mais il a voulu se racheter et faire le bien de l’humanité, une fois passé de vie à trépas. Il a légué son corps à la National Library of Medicine. Après 12 ans dans le couloir de la mort, il a été exécuté le 5 août 1993, en présence de son frère. Il était très calme. À peine la dose létale injectée, le cadavre encore tiède est pris en charge par des chercheurs. Il est plongé dans la gélatine puis teinté en bleu cobalt (colorant alimentaire). Il est ensuite surgelé à - 70 ° puis soigneusement découpé en fines lamelles d’un Mieux qu’un écorché traditionnel, le corps tranché de Joseph Jernigan est un trésor d’informations pour les scientifiques et les étudiants. Et il est accessible sur le Net ! Le Human Visible Project sur Internet : www.nlm.nih.gov www.npac.syr.edu 20.45 Tranches de mort La carrière d’un cadavre Joseph Jernigan, condamné à mort au Texas, a décidé de léguer son corps à la science. Découpé en fines lamelles d’un millimètre, celui-ci sert désormai s d’atlas du corps humain pour les c h ercheurs, et est consultable sur Internet. Ici Joseph Jernigan fut exécuté par injection létale. millimètre. Chacune d’entre elles est enfin photographiée par procédé numérique pour être intégrée dans le premier « Atlas numérique de l’anatomie du corps humain ». Le travail terminé, en novembre 1994, la National Library of Medicine jubile : 15 gigabytes suffisent là où il fallait autrefois 500 000 pages imprimées ! Entre-temps, on peut même consulter ces planches sur Internet dans le cadre du Human Vi s i b l e Project qui permet notamment de simuler des interventions chirurgicales virtuelles. Pourtant l’entreprise n’avait pas été facile. Il avait fallu inspecter d’abord en amont 2 000 corps « candidats », avant de s’arrêter à celui de Jernigan. Le sujet ne devait présenter ni fracture, ni tumeur, ni vis ou plaque sur une partie osseuse. Le film revient sur la vie et la mort du condamné et fait intervenir sa famille, ses proches, son avocat, le procureur et les scientifiques qui ont « mis en valeur » son cadavre.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :