Arte Magazine n°15 4 avr 2020
Arte Magazine n°15 4 avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de 4 avr 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Simone Signoret.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
ARTE MAG N°15. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 AVRIL 2020 6 Dimanche 5 avril à 20.55 Film La veuve Couderc Suivi du documentaire Simone Signoret Figure libre 29/3 30/4 Lire page 14 Dans le lumineux portrait qu’elle consacre à Simone Signoret, Michèle Dominici restitue la singulière liberté avec laquelle l’actrice s’exprimait sur son métier, ses choix et ses engagements. Florilège. Signé Simone Ses débuts dans Paris occupé «Au Café de Flore, j’ai vu des gens qui disaient qu’ils étaient acteurs, et cela ne veut pas dire qu’ils jouaient. Qui se disaient écrivains, et cela ne veut pas dire qu’ils étaient publiés. Qui rêvaient de faire des films, et cela ne signifiait pas qu’ils en faisaient. Des gens qui étaient complètement débarrassés des complexes bourgeois que j’avais dans mon enfance et mon adolescence par rapport aux artistes. [...] Nous appartenons à une génération de Français qui avaient 19 ans quand l’Occupation a commencé dans notre pays. Les nazis frappaient à notre porte à 5 heures du matin. On a vu des amis disparaître soudainement. Ils ne revenaient jamais, n’écrivaient pas. Ils avaient été envoyés dans des camps on ne sait où. Tout ça nous a forgés.» L’idylle entre Montand et Marilyn «En vingt ans, tous les êtres humains ont plein d’occasions de se décevoir, de se faire du mal, de se réconcilier, de se disputer, de cesser de s’aimer, ce qui ne veut pas dire qu’on se hait. Dans le fond, je trouverais très embêtant d’être avec un monsieur qui ne plaise à personne.» Une vie de combats «Si on était complètement conséquents avec nous-mêmes, on serait tous les jours devant une ambassade, tous les jours au chevet de grévistes de la faim. Si vous voyiez notre boîte aux lettres le matin... On reçoit quinze appels par jour pour des choses différentes, cela va des pauvres bêtes qu’on tue mal dans les abattoirs au poète qu’on emprisonne au Maroc. Bon, quand ils viennent vous voir, tous ces gens-là, vous n’allez pas me dire que l’on peut aller se coucher tranquille le soir si on leur dit  : ‘Avenue Kléber, jeudi à midi ? Ah, je ne peux pas parce que je vais chez le coiffeur.’On ne peut pas dire cela quand même, surtout quand on a une vie aussi bonne, aussi douce que la nôtre.» Sa carrière «Moi, je veux faire que ce qui me plaît, ce qui m’amuse – c’est un grand luxe –, et surtout ne pas faire ce qui m’embête. Mais ce n’est pas une façon de ce qui s’appelle mener sa carrière, c’est juste mener sa vie. [...] Il y a eu des moments où je n’ai pas travaillé parce que je préférais me balader en tournée avec Montand, les musiciens et les fous rires qui allaient avec plutôt que de faire un film médiocre. J’ai choisi la vie, ce qui a fait dire aux gens qui ne comprennent jamais rien que je sacrifiais quelque chose. Mais non, je n’ai jamais rien sacrifié.» Christine Guillemeau LIDO – SIPA PRESS
IVAN MATHIE 2018 Vendredi 10 avril à 20.55 Téléfilm Si tu vois ma mère Lire page 24 3/4 9/5 I Nathanaël Guedj La mère, le fils et la psy Max (Félix Moati) «Le choix de Félix Moati était évident. Nous avions déjà travaillé ensemble sur Petit homme, mon court métrage. J’aime sa maturité, son côté séducteur mais aussi enfantin. Sa personnalité collait parfaitement au rôle. Personnage névrosé, Max, la trentaine, est ophtalmologue. Il est très attaché à sa mère, Monique, qui décède soudainement. Le jour de son enterrement, elle réapparaît. Le moyen métrage de Woody Allen Le complot d’Œdipe (1989), dans lequel une mère envahissante disparaît pendant un spectacle de magie pour resurgir dans le ciel de New York, m’a inspiré. Dans mon film, Monique devient une projection mentale qui accompagne Max dans son quotidien. Tout se complique lorsqu’il tombe amoureux d’une psy avec laquelle il partage le même cabinet médical, Ohiana. Délaissera-t-il cette image maternelle pour s’ouvrir à l’amour ? » Monique (Noémie Lvovsky) «Mère possessive, Monique entretient un rapport fusionnel avec son fils. Ce qui m’amuse dans leur relation, c’est le fait qu’ils s’avèrent autant en demande l’un de l’autre. Max adore se plaindre de la présence excessive de sa mère mais, au fond, il est ravi que celle-ci lui porte cet amour inconditionnel. Personnalité complexe, Monique préserve aussi son jardin secret. Avant de mourir, elle s’apprête à annoncer à son fils qu’elle part refaire sa vie au Japon. Noémie Lvovsky a réussi à insuffler au personnage de la profondeur et une vraie dimension comique, notamment lorsqu’elle revêt l’apparence de son fils. C’est elle qui a eu l’idée de se travestir pour embrasser la névrose de Max. Pendant qu’elle jouait, Félix Moati lui donnait la réplique dans l’oreillette afin qu’elle puisse imiter au mieux sa diction. C’était formidable qu’elle aille au bout de cette démarche.» Récemment décédée, Monique continue de hanter Max, son fils. Quand ce dernier tombe amoureux d’Ohiana, ce fantôme devient encombrant. Réalisateur de Si tu vois ma mère, comédie émouvante et décalée, Nathanaël Guedj dresse le portrait de ce drôle de trio. Ohiana (Sara Giraudeau) «Ohiana est une femme douce et pétillante. Elle est psychothérapeute et partage le même cabinet que Max. Elle permet au spectateur d’entrer dans l’histoire car elle possède toutes les clés pour comprendre l’état mental de son nouvel amoureux, sans pour autant le juger ou lui faire la leçon. Par amour, elle va même accepter les excès de Max. Sara Giraudeau livre une performance remarquable, tout en finesse. Son rôle se révèle particulièrement complexe car il exige de porter constamment un regard intérieur et extérieur sur les situations. Contrairement à Max, Ohiana entretient une relation plutôt toxique avec sa mère qui lui accorde peu d’attention. Le film pose en toile de fond cette question  : ‘Qu’est-ce qu’une bonne mère ?’» Propos recueillis par Hélène Porret 7ARTE MAG N°15. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 AVRIL 2020



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :