Arte Magazine n°15 4 avr 2020
Arte Magazine n°15 4 avr 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de 4 avr 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Simone Signoret.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 5 avril ARTE MAG N°15. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 AVRIL 2020 14 PAULINE BALLET 20.05 Vox pop Présenté par Nora Hamadi, le magazine des débats qui agitent l’Europe. Comment lutter contre le décrochage scolaire ? En Europe, en 2016, quatre millions de jeunes arrêtaient leurs études sans diplôme en poche. L’Union européenne s’est alors fixé l’objectif de réduire le taux de décrochage scolaire à moins de 10% dans les États membres à l’horizon 2020. Si la moyenne européenne atteignait 10,6% en 2018, les disparités entre pays demeurent énormes. Pourquoi ? Quelles solutions existent pour enrayer ce phénomène ? Enquête en Suède, confrontée au phénomène inquiétant des hemmasitare («ceux qui restent assis à la maison»), et au Portugal, dont la politique volontariste a réussi à diviser par trois le nombre de décrocheurs en dix ans. La Preppeut-elle vaincre le VIH ? En Europe, 800 000 personnes vivent avec le VIH. Depuis 2012, un traitement préventif existe pour éviter toute contamination  : la prophylaxie pré-exposition (Prep). Cette pilule bleue, disponible sur ordonnance et remboursée en France, en Belgique et en Allemagne, reste pourtant difficile d’accès. Faut-il la démocratiser ? Entretien avec Will Nutland, docteur en santé publique. Sans oublier le tour d’Europe des correspondants. Magazine présenté par Nora Hamadi (France, 2020, 28mn) - Coproduction  : ARTE France, Magnéto Presse I 6 29/3 21/6 VICTORI RODRIGUE/1971 STUDIOCANAL - PEGASO S.R.L 20.55 Cinéma Soirée Simone Signoret La veuve Couderc Dans la campagne française des années 1930, une paysanne vieillissante recueille un jeune voyou en cavale. Avec Simone Signoret et Alain Delon, un mélodrame rural brillamment adapté du roman de Georges Simenon. Jean, un vagabond, trouve refuge dans la ferme de la veuve Couderc, dite «Tati». Depuis la mort de son mari, cette robuste et infatigable fermière se bat contre sa belle-famille pour conserver sa maison de l’autre côté de l’écluse. Après avoir embauché Jean pour travailler dans les champs, elle comprend rapidement que son hôte est un bagnard en cavale. Le garçon devient son amant. Mais ce dernier séduit aussi Félicie, la fille de la belle-sœur de Tati. Ses échappées auprès de la jolie voisine provoquent la jalousie de la veuve et la colère de la bellefamille. Bientôt, Jean est rattrapé par son passé... PARIAS ET PRÉJUGÉS Dans cette adaptation libre du roman éponyme de Georges Simenon, Pierre Granier-Deferre orchestre la rencontre de deux monstres sacrés du cinéma français, Simone Signoret et Alain Delon. L’actrice compose avec force et intensité cette veuve paria face au jeune Alain Delon, tout en sobriété en voyou un brin rêveur. Tortueuse et œdipienne, méfiante et touchante, leur relation intrigue et dérange dans une France rurale des années 1930 pleine de préjugés et de ressentiments. Implacable étude de mœurs, le film donne à voir une fine peinture d’époque avec quelques références à la montée du fascisme. Un drame intimiste porté par deux comédiens époustouflants. Lire page 6 Film de Pierre Granier-Deferre (France, 1971, 1h26mn) - Scénario  : Pierre Granier-Deferre, Pascal Jardin, Georges Simenon, d’après son roman éponyme Avec  : Alain Delon (Jean), Simone Signoret (la veuve Couderc), Jean Tissier (Henri), Ottavia Piccolo (Félicie), Monique Chaumette (Françoise), Boby Lapointe (Désiré), Pierre Collet (le commissaire Mallet) - Production  : Lira Films, Pegaso Cinematografica
22.20 Soirée Simone Signoret Simone Signoret Figure libre Trente-cinq ans après sa disparition, en 1985, Michèle Dominici retrace dans un émouvant documentaire la carrière d’une actrice dont la vie fut marquée par l’engagement. FILMS SACHA GORDINE/COLLECTION CSFF/BRIDGEMAN IMAGES Née en 1921 à Wiesbaden, en Allemagne, où son père officier, juif français d’origine polonaise, est alors en poste, la jeune Simone Kaminker grandit à Neuilly-sur-Seine. Lorsqu’en 1940 son père rejoint Charles de Gaulle à Londres, elle abandonne ses études pour aider sa mère à subvenir aux besoins de la famille. Après un peu de secrétariat, Simone se fait des copains au Café de Flore, le repaire de la bohème parisienne. Grâce à eux, elle devient figurante, en 1942, dans Les visiteurs du soir de Marcel Carné. Les petits rôles s’enchaînent jusqu’à ce que le réalisateur Yves Allégret – qu’elle épousera en 1948 – la dirige dans Les démons de l’aube. De Casque d’or aux Chemins de la haute ville, pour lequel elle reçoit un Oscar en 1960, de Thérèse Raquin à La vie devant soi, qui lui vaut un César en 1978, en passant par La ronde, Les diaboliques, La veuve Couderc ou L’armée des ombres, Simone Signoret a toujours refusé de se laisser enfermer dans le cliché de l’idéal féminin. Sur le plan privé, son coup de foudre à Saint-Paul-de-Vence pour l’artiste de music-hall Ivo Livi, dit Yves Montand, lui ouvre de nouveaux horizons. Pour lui, Simone divorce d’Allégret. Compagnon de route du parti communiste dans les années d’après-guerre, le couple Signoret-Montand sera de tous les combats de l’intelligentsia de gauche  : contre l’arme nucléaire, la chasse aux sorcières aux États- Unis, pour l’indépendance de l’Algérie... FRANC-PARLER Actrice intransigeante – «une façon polie de dire que je suis une emmerdeuse» –, multirécompensée, Simone Signoret s’est racontée en 1976 dans un livre (La nostalgie n’est plus ce qu’elle était). Elle a aussi répondu avec un franc-parler rafraîchissant aux mille questions des journalistes sur des sujets aussi variés que le métier d’acteur, ses rôles au cinéma, sa conception de l’engagement politique, du couple ou du temps qui passe. Trente-cinq ans après sa disparition, en 1985, Michèle Dominici compose à partir d’archives, d’interviews et d’extraits de ses films l’émouvant portrait d’une actrice qui refusa toute sa vie d’être une star, d’une militante qui ne fut jamais encartée, d’une artiste qui a fait le choix de l’amour et de la liberté. Lire page 6 Documentaire de Michèle Dominici (France, 2019, 52mn) - Coproduction  : ARTE France, Quark Productions, INA 29/3 30/4 I SAMUEL NAVARRETE/NOON FILMS 23.15 La Chana Le flamenco est ma vie Un portrait coloré et émouvant de La Chana, célèbre danseuse de flamenco qui, à 73 ans, s’élance une dernière fois sur les planches. Salvador Dalí l’admirait profondément et Peter Sellers souhaitait l’emmener à Hollywood  : Antonia Santiago Amador, dite La Chana, compte toujours, à 73 ans, parmi les plus grandes artistes de flamenco. Autodidacte, elle commence à danser à l’âge de 15 ans. Dans les années 1960 et 1970, elle séduit un public international et Peter Sellers l’invite à se produire dans le film The Bobo. Il tente ensuite de l’emmener à Hollywood, mais elle est contrainte de refuser, sur ordre de son mari. Au milieu des années 1980, elle se libère de ce joug et sa carrière redémarre. Trente ans plus tard, elle fait un retour émouvant devant la caméra tendre et pudique de la réalisatrice Lucija Stojevic. Documentaire de Lucija Stojevic (Espagne, 2019, 57mn) 3/7 I dimanche 5 avril ARTE MAG N°15. LE PROGRAMME DU 4 AU 10 AVRIL 2020 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :