Arte Magazine n°12 18 mar 2000
Arte Magazine n°12 18 mar 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de 18 mar 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Escroquerie à la russe, l'affaire MMM.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
m ardi 21 mars Francis Ponge « Je me suis allongé Aux côtés des êtres et des choses. La plume à la main, et mon écritoire (une page blanche) sur les genoux. J’ai écrit. Cela a été publié. J’ai vécu. » (Épitaphe sur la tombe de Francis Ponge) 22.30 Dieu sait quoi Film documentaire de Jean-Daniel Pollet (France, 1995-1h26mn) Commentaire dit par Michael Lonsdale Musique : Antoine Duhamel Coproduction : Films 18, Ilios Films Jean-Daniel Pollet signe un film étonnant, avec pour point de départ cette phrase emblématique de l’œuvre de Francis Ponge : « Ce monde muet est notre seule patrie. » Un parti pris des choses en images et un défi cinématographique. Dans ce film, on ne trouve ni personnage, ni histoire, simplement des choses qui b ruissent, la musique d’Antoine Duhamel, et des textes de Francis Ponge lus par Michael Lonsdale. Jean-Daniel Pollet tente de représenter cinématographiquement l’œ u v re de Francis Ponge. Des objets de Ponge paradent dans un paysage pro v e n- çal, ils semblent n’avoir jamais été plus e x pressifs que dans cet agencement de textes et d’images.
Fantasia L’étrangeté de ce film hors normes surp rend et fascine. Les images de Jean- Daniel Pollet et les textes de Ponge conjuguent leurs pouvoirs poétiques pour célébrer le « monde muet ». Tantôt les objets t o urnent devant la caméra, tantôt c’est elle qui tourne autour des objets. Souvent reviennent la même machine à écrire, la même lampe-tempête, les mêmes pots, mais chaque apparition les présente sous un éclairage diff é rent, leur donne un nouveau visage. Car il semble véritablement que les choses aient un visage, et, à entendre la musique d’Antoine Duhamel, on c roirait parfois entendre leur voix. Le film devient poème en images, rythmé par le bruit des choses qui nous entourent. Jean-Daniel Pollet Cinéaste discret, il est accueilli comme le cadet de la Nouvelle Vague avec son premier court métrage, P o urvu qu’on ait l’ivre s- se (1957). De son travail avec son interprète fétiche, Claude Melki, le « Buster Keaton français », décédé en 1995, sont nés de véritables bijoux comme l’A c ro b a t e (1 9 7 5). 23.55 Francis Ponge, la fureur d’écrire (2) Documentaire de Michel Pamart (France, 1999-44mn) Coproduction : Boyard Production, La Sept ARTE Ce deuxième volet s’intéresse à l’homme Francis Ponge, à son itinéraire. Armande Ponge feuillette pour nous un album dont chaque photo est l’occasion d’évoquer la figure de son père, de son mas de Provence à son appartement parisien. Elle tempère l’image d’un homme au caract è re entier, hostile à toute idée d’appart e- nance, en soulignant sa profonde sensibilité. Les entretiens de Ponge lui-même viennent appuyer ce nouvel éclairage. « M oi, ce qui me tient au cœur, je ne peux guère en parler. Voilà la définition des choses que j’aime, ce sont celles dont je ne parle pas, dont j’ai envie de parler et dont je n’arr i v e pas à parler » : cette phrase révèle une fragilité masquée par les images et les discours d’un homme sûr de lui et de ses idées. Son p arti pris esthétique, qui rejette l’eff u s i on poétique, rejoint une extrême pudeur, une d i fficulté à parler de soi, à être tout simplement. Francis Ponge se résout alors dans l’é c r i t u re qui est « une façon d’être, d’exister ». La plume et l’encrier Francis Ponge naît à Montpellier en 1899, avec un pied dans le XIX e siècle de Rimbaud, Mallarmé et Lautréamont, comme il se plaît à le répéter. En lui demeurent fortement imprimés les souvenirs enfantins des jardins de la Fontaine et de la tour Magne, à Nîmes, d’où sa famille est o r i g i n ai re, des paysages de Provence, de son éducation protestante. Très tôt, il manifeste son irréductible indépendance, notamment quand il refuse de se présenter à l’oral de l’École normale supérieure, de peur d’être reçu. En 1923, son père meurt. La même année, il entre à la Nouvelle R e v u e f r a n ç ai se, où il re n c on t re Jean Paulhan, avec lequel il nouera une amitié profonde. Les difficultés matérielles le contraignent à entrer chez Hachette, « l e b a g ne ». Il se syndicalise. Constatant l’eff i- cacité de la CGT sur le plan syndical, il a d h è re pour dix ans au parti communiste. Il refuse cependant de mettre son écriture au service d’un parti ou d’un groupe quelconque. Proche des surréalistes dans leur volonté de transformer le monde, il préfère agir à l’écart, dans la solitude de son b u reau. Dans le même souci d’indépendance, il quitte le parti communiste au moment où de nombreux écrivains en deviennent les fidèles compagnons de route. En 1942, il publie le Parti pris des choses, qui le révèle. Mais malgré ses c on f é rences, en Europe d’abord, puis aux États-Unis et au Canada, il éprouve toujours des difficultés à être publié. Il meurt en 1988. Fidèle à son exigence de liberté, il aura véritablement été lui-même, cet homme qui « avait l’impression que sa façon d’être était l’écriture ». Fax Césars 2000 : le cinéma aime ART E ARTE a été particulièrement récompensée lors de la 25 e soirée des Césars. Deux films coproduits par ARTE France Cinéma et un c métrage acheté par La Sept ARTE figurent au palmarès : Vénus Bea (i n s t i t u t) de Tonie Marshall, Vo y a g e d’Emmanuel Finkiel, Sale Battars de Delphine Gleize. Les 7 Césars obtenus par ces trois films metten en valeur le travail de longue hale mené par ARTE France Cinéma, qui va du soutien aux jeunes créateurs à l’aboutissement des projets les plus audacieux. Vénus Beauté (institut) Un film de Tonie Marshall Produit par Agat Films & Cie, en coproduction avec ARTE Fran Cinéma et Tabo Tabo Films. meilleur film meilleur réalisateur meilleur espoir féminin pour Audrey Ta u t ou meilleur scénario Vénus Beauté (institut) est édité en vidéo et DVD par ARTE Vidéo/FTD. Tontaine et tonton, une comédie de Tonie Marshall pour la nouvelle collection d’ART E « Gauche/Droite », est diffusé vendredi 17 mars à 20.45. Vo y a g e s Un film d’Emmanuel Finkiel Produit par Les Films du Poisson en coproduction avec ARTE Fran Cinéma, Le Studio Canal +, Hérita Films, Paradise Films, Canal +, Polska, FCC, Y MC. meilleure première œuvre meilleur montage pour Emmanuelle Castro Sale Battars Un film de Delphine Gleize Produit par Balthazar Productions meilleur court métrage acheté par La Sept ARTE, qui a coproduit le deuxième court métrage de Delphine Gleize, Un château en Espagne. Sale Battars et Un château en Espagne sont édités en vidéo par ARTE Vidéo. Contact presse : Géraldine Musni Grégoire Mauban : 01 55 00 70 4



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :