Arte Magazine n°12 18 mar 2000
Arte Magazine n°12 18 mar 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de 18 mar 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Escroquerie à la russe, l'affaire MMM.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
● ● m ardi 21 mars L’affaire MMM l’État, qui vient de faire main basse sur les comptes d’épargne des particuliers. En revanche, dans le cadre des privatisations, tous (employés, retraités, enfants…) se sont vu distribuer gratuitement des actions des en t reprises nationales. Avec ce message : d é s ormais, vous êtes capitalistes ! Aussitôt, des centaines de sociétés d’investissement apparaissent : elles proposent des placements mirobolants à une population qui i g n o re tout des mécanismes de l’économie de marché, convaincue qu’être capitaliste signifie être re n t i er. Grâce à une énorme campagne médiatique (les spots sont diff u- sés trente fois par jour), MMM se taille la part du lion : des millions de Russes lui confient leurs actions gratuites, puis leurs économies (les gens les plus modestes peuvent même acheter des « millièmes » d’action MMM), persuadés de devenir bientôt millionnaires. La Où sont passés les milliards de roubles collectés par MMM ? Un billet de MMM sur lequel figure le portrait de son fondateur : Serguéï Mavrodi. surprise va venir du gouvernement : alors qu’il a laissé la société se développer sans contrôle, le Premier ministre Vi k t o r Tc h ern o m yrdine déclare tout à coup MMM illégale et fait arrêter les frères Mavro di. Immédiatement, des centaines de milliers de Russes descendent dans la rue et exigent d’être remboursés. Mais, quelques jours plus tard, lorsque les agences MMM sont autorisées à rou v r ir, les actions ne « valent » plus que 1000 rou b l e s … Explication des autorités : MMM était une gigantesque escroquerie, les fonds ont disp a ru derr i è re une multitudes de sociétés écrans. Sergueï Mavrodi, lui, jure qu’il a réinvesti l’argent dans de grandes entre pr i s e s et promet de rembourser tout le monde si l’État le laisse tranquille. Mais après avoir été élu député à la Douma à l’automne 1994 (ce qui lui permet de bénéficier de l’immunité p a r l e me n t ai re), il disparaît dans la nature … Alors, escroquerie ou pas ? Cinq ans après les faits, la commission chargée d’enquêter sur l’aff ai re n’a toujours pas rendu son r a p p ort. D’innombrables questions subsistent : pourquoi le gouvernement a-t-il réagi si tard ? Où sont passés les milliard s de roubles collectés par MMM ? Cert ai n s avancent que, par l’intermé d i ai re de prêtenoms, Sergueï Mavrodi aurait acquis 7% de G a z prom, le plus gros et le plus rentable des conglomérats russes. Or, Gazprom est présidé par Viktor Tc h ern o m yrdine (qui détient lui-même 10% des actions)… L’ancien Premier ministre a-t-il voulu écart e r un rival ? Le gouvernement a-t-il voulu mettre la main sur la cagnotte de MMM ? Comment expliquer que Sergueï Mavrodi re s t e i n t rouvable ? Qui le protège ?
LA SEPTARTE En partenariat avec 21.40-00.45 Francis Ponge En 1942, Francis Ponge prend le parti des choses. De cette position inédite naît un livre et une œuvre qui en feront l’un des écrivains français les plus importants du siècle. S’il apparaît comme le chantre des objets, celui qui a ouvert la porte de la littérature aux choses familières jusqu’alors simplement plantées dans le décor, l’hommage de ce soir s’emploie à briser l’image simpliste et faussée d’un poète matérialiste. 21.40 Francis Ponge, la fureur d’écrire (1) Documentaire de Michel Pamart (France, 1999-48mn) Coproduction : Boyard production, La Sept ARTE Cette première partie est centrée sur l’écriture de Francis Ponge et sa dynamique particulière. Huit écrivains qui ont été proches de lui à différentes époques de sa vie, qui ont écrit sur son œuvre ou correspondu avec lui, évoquent la figure de l’auteur de la Rage d’expression. Parmi eux, Philippe Sollers et Jean-Marie Gleize savourent ses textes avec un plaisir jubilatoire. De cette mosaïque de re g ards et de réflexions re s s ort une œuvre plus complexe qu’il n’y paraît, motivée par un re g ard profondément pessimiste sur le monde et la poésie. L’e n t reprise de Francis Ponge consiste à tenter de se décentrer, de sort i r de soi pour partir des choses et abolir tout lyrisme. En proie à un désespoir quasi métaphysique face au monde et à la société, il voit dans l’écriture un moyen de transforme r les choses, la relation des hommes entre eux. Face à la parole toujours souillée, re c ou v erte d’un tissu de discours, la page blanche qui recueille l’écrit satisfait son besoin convulsif, presque maladif, de pureté virginale. Francis Ponge refuse à doublet i t re le nom de poète. Tout d’abord parc e que le poète s’exprime, parle de l’homme à p artir de l’homme, tout en re c h erchant l’obscurité. D’autre part, parce qu’il prétend fournir une forme parfaite, achevée, là où toute « Chaque objet est une façon d’être… Et une façon d’être, c’est aussi bien une morale, un art poétique, voire une logique ou peut-être une politique. Chaque objet comporte une leçon, de toute façon. » (Francis Ponge) c l ô t u re n’est que partielle, illusoire. L’œ u v re de ce « scripteur » se présente alors comme la relation d’un échec, l’échec d’une description ». Au terme de poème, il préfère celui de « proême », qui se présente à la fois comme une prose et un poème, et comme un prologue, un prélude au texte. Celui-ci devient alors une sorte de laboratoire du mot, le journal de l’élaboration du texte, avec ses notes, plans et brouillons, ses répétitions et ses tâtonnements. L’équation pongienne : P.P.D.C. =C.T.D.M. (parti pris des choses = compte tenu des mots).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :