Arte Magazine n°12 14 mar 2020
Arte Magazine n°12 14 mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de 14 mar 2020

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Copenhague Connection.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
lundi 16 mars ARTE MAG N°12. LE PROGRAMME DU 14 AU 20 MARS 2020 16 5.00 R THOMAS HENGELBROCK ET LE NDR ELBPHILHARMONIE ORCHESTER Concert 6.40 EM PHILOSOPHIE Y a-t-il de bons tyrans ? Magazine 7.05 ARTE JOURNAL JUNIOR Programme jeunesse 7.15 EM GEO REPORTAGE Oscar ou l’art d’apprivoiser les chevaux Reportage 8.00 M PANAMÁ  : À LA RENCONTRE D’UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE FEMMES INDIENNES Documentaire 8.45 EM INVITATION AU VOYAGE Émission 9.25 E GEO REPORTAGE Les derniers chasseurs de baleines du détroit de Béring ; Le caviar, l’or noir de l’Italie Reportage 11.20 LEM LES MILLE ET UNE TURQUIE La côte méditerranéenne ; La Cappadoce et l’Anatolie du Sud-Est Série documentaire 12.50 ARTE JOURNAL 13.00 ARTE REGARDS Reportage 13.35 DEM MEURTRES À SANDHAMN Un goût amer, saison 9 Série 15.10 EM À LA RENCONTRE DES PEUPLES DES MERS Colombie, les Emberá – De la forêt à la mer Série documentaire 15.35 E PATAGONIE, LA TRANSHUMANCE DANS LES ANDES Documentaire Pour mieux profiter d’ARTE Sous-titrage pour sourds et malentendants Audiovision pour aveugles et malvoyants Disponible en replay Vidéo à la demande zc 16.30 E INVITATION AU VOYAGE Émission 17.10 R XENIUS Voies navigables  : comment les maintenir en bon état ? Magazine 17.45 ER LA ROUTE DE LA SOIE ET AUTRES MERVEILLES Venise, porte ouverte sur l’Orient Série documentaire 18.15 R LE VENTRE D’AMSTERDAM Marchés et dégustations Série documentaire 18.55 LR LE VENTRE DE FRIBOURG Le marché de la cathédrale Série documentaire 19.45 ARTE JOURNAL 20.05 28 MINUTES Magazine 20.50 E TU MOURRAS MOINS BÊTE 28 jours plus tard Série d’animation 20.55 LER LE PRÉSIDENT Film 22.40 TEMPÊTE À WASHINGTON Film 0.55 L’ENVERS D’UNE HISTOIRE Documentaire 2.40 EM GOLFE, LA GUERRE DES PRINCES Documentaire 3.40 M ARTE REGARDS Reportage Multidiffusion Rediffusion Versions linguistiques disponibles Disponibilité en ligne Date de disponibilité Date de fin de replay en avant-première CITÉ FILMS - TERRA FILMS - FIDÈS (PARIS), GESI CINEMATOGRAFICA (ROME) FRANCO-ITALIENNE 20.55 Cinéma Le président Un chef de gouvernement à la retraite, autoritaire et célèbre, tente d’empêcher un politicien lié aux puissances d’argent d’accéder au pouvoir. Un face-à-face Gabin/Blier de haute volée. Ancien président du Conseil, Émile Beaufort consacre l’essentiel de son temps à écrire ses mémoires. Lorsque survient une crise ministérielle, le nom de Philippe Chalamont, son ancien directeur de cabinet, est cité par les journaux comme celui du futur chef du gouvernement. Cette nouvelle perturbe le vieil homme  : Beaufort a un compte à régler avec Chalamont, autrefois impliqué dans un scandale financier... POLITIQUE-FICTION Henri Verneuil, servi par la verve incisive de Michel Audiard, met en scène l’affrontement d’un politicien intègre et d’un haut fonctionnaire véreux sur fond d’affaires et de corruption. Toute ressemblance avec les III e et IV e Républiques, marquées par leur instabilité ministérielle et entachées de nombreux scandales, n’est donc pas fortuite. Parfaitement documenté, ce film de politique-fiction, librement adapté d’un roman de Simenon, fait pénétrer dans les arcanes du pouvoir, en offrant à Jean Gabin, magistral, un rôle inspiré par la stature de Georges Clemenceau, dont on aperçoit d’ailleurs le portrait dès les premières minutes du film. Le duel du « président » avec Bernard Blier, qui campe un arriviste dénué de convictions politiques et au maladif besoin de reconnaissance, est particulièrement savoureux. Le brillant discours dans lequel Gabin défend en tribun à l’Assemblée nationale les valeurs humanistes demeure comme l’un des grands moments de sa carrière. Film d’Henri Verneuil (France/Italie, 1960, 1h43mn, noir et blanc) - Scénario  : Michel Audiard, Henri Verneuil, d’après le roman éponyme de Georges Simenon - Avec  : Jean Gabin (Émile Beaufort), Bernard Blier (Philippe Chalamont), Louis Seigner (Henri Lauzet-Duchet), Renée Faure (Mlle Millerand), Henri Crémieux (Antoine Monteil), Alfred Adam (François), Léon Zitrone (lui-même) Production  : Cité Films, Fidés, GESI Cinematografica, Terra Film Produktion (R. du 6/5/2012)
22.40 Cinéma Tempête à Washington Un sénateur sudiste tente d’empêcher la nomination d’un secrétaire d’État progressiste aux Affaires étrangères. Un film politique de grande classe, avec un Charles Laughton merveilleusement machiavélique, dans son dernier rôle. En pleine guerre froide, le président des États-Unis, à la santé fragile, soucieux de maintenir le dialogue avec l’URSS, veut nommer le diplomate progressiste Robert Leffingwellau secrétariat d’État aux Affaires étrangères contre l’avis des conservateurs. Vieux briscard rompu à toutes les (basses) manœuvres politiques, Seabright Cooley, un sénateur sudiste, orchestre alors une machination pour l’en empêcher, en dévoilant les antécédents communistes du haut fonctionnaire. UNIVERS IMPITOYABLE Avec Tempête à Washington, film choral aux dialogues d’une réjouissante éloquence, ironie incluse, Otto Preminger analyse en entomologiste les ressorts obscurs de la démocratie américaine, gangrenée par l’obsession de la guerre froide et la chasse aux sorcières. Passant avec fluidité de la scène politique à la sphère intime, des joutes oratoires de la commission d’enquête du Sénat aux conflits intérieurs de ses protagonistes, le cinéaste orchestre un formidable suspense, en restituant la complexité des enjeux, et livre une critique rigoureuse des mécanismes du pouvoir aux États-Unis. Dans cet univers impitoyable, tous les coups sont permis. Un sénateur est poussé au suicide par un maître- chanteur menaçant de révéler l’aventure homosexuelle de ses jeunes années. « À l’époque, tourner un film sur ce sujet équivalait à trahir le système américain », confiait Otto Preminger. Un grand film porté par des acteurs de haut vol, à commencer par Charles Laughton (La nuit du chasseur) dans son dernier rôle, épatant en sénateur sudiste aussi badin que redoutable. (Advise & Consent) Film d’Otto Preminger (États-Unis, 1962, 2h12mn, noir et blanc, VF/VOSTF) - Scénario  : Otto Preminger et Wendell Mayes, d’après le roman éponyme d’Allen Drury - Avec  : Henry Fonda (Robert Leffingwell), Charles Laughton (le sénateur Seabright Cooley), Don Murray (le sénateur Brigham Anderson), Walter Pidgeon (le sénateur Bob Munson), Peter Lawford (le sénateur Lafe Smith), Gene Tierney (Dolly Harrison), Franchot Tone (le président), Lew Ayres (le vice-président) - Production  : Otto Preminger Films MILA TURAJLIC 0.55 La lucarne Journée internationale des femmes 2020 L’envers d’une histoire Dans un appartement de Belgrade, reflet d’un siècle de soubresauts politiques, la réalisatrice filme sa mère, figure de la lutte pour la démocratie en Serbie. Un magnifique dialogue entre l’intime et le collectif. En 1947, un peu plus d’un an après sa naissance, le vaste appartement que Srbijanka Turajlic habite toujours, dans le centre de Belgrade, a été divisé en quatre par les nouvelles autorités communistes. Dans le salon, elle astique avec soin le judas et la poignée de la porte qui a alors séparé sa famille de « bourgeois vaincus » de ses nouveaux voisins. Jamais, précise Srbijanka à sa fille qui la filme et l’interroge, elle n’a voulu s’intéresser à ce qui se passait de l’autre côté du mur. Figure du combat pro- démocratie en Serbie, cette professeure d’ingénierie retraitée de l’université, brièvement ministre de l’Éducation, médite volontiers à voix haute sur ce qu’elle considère comme l’« échec complet » du combat de sa vie. « Si j’avais été meilleure en histoire, j’aurais su que toutes les révolutions échouent. Après, c’est encore plus dur de faire la suivante », résume-t-elle. LA PART INTIME DE L’ENGAGEMENT Tout au long de cette conversation, Srbijanka garde la lucidité inquiète, l’humour et la franchise qui caractérisent aussi sa parole publique, restituée au fil du temps par la télévision. De même qu’elle tisse, entre la rue et l’intérieur de l’immeuble, un subtil dialogue, Mila Turajlic joue de ces archives pour questionner à travers sa propre famille l’histoire européenne et, au-delà, la part intime de l’engagement. Un film qui résonne, vibrant d’intelligence, d’amour et de poésie. Grand prix du long métrage documentaire, IDFA 2017 Documentaire de Mila Turajlic (Serbie/France/Allemagne, 2015, 1h44mn) Production  : Dribbling Pictures, Survivance, en association avec ARTE/WDR M 22/3 lundi 16 mars ARTE MAG N°12. LE PROGRAMME DU 14 AU 20 MARS 2020 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :