Arte Magazine n°11 11 mar 2000
Arte Magazine n°11 11 mar 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de 11 mar 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : mes nuits avec Mitterrand.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
m erc re d i15 mars 19.00 Connaissance Sur les traces d’Hemingway avec Michael Palin (4) Série documentaire e Michael Palin 19.45 ARTE Info 20.15 Reportage Profession : profiler Réalisation : Claudius Gehr t Jens Hoffmann20.45 Les mercredis de l’histoire Srebrenica Une chute sur ordonnance Documentaire de Gilles Hertzog Yves Billy 21.45 (PDC : 21.40) Flash Bach Play Bach e choral du veilleur rio Jacques Loussier (1965) 21.50 (PDC : 21.45) Musica o-Yo Manspired by Bach. Le jardin de musique Réalisation : Kevin McMahon 22.50 (PDC : 22.45) Piano du XX e siècle La Bouscarle atalogue d’oiseaux : IX’Olivier Messiaen Réalisation : Élisabeth Coronel, Arnaud de Mezamat 23.20 (PDC : 23.15) Profil La peine perdue de Jean Eustache Documentaire d’Angel Diez Alvarez 00.15 (PDC : 00.10) La lucarne Les terres froides éléfilm de Sébastien Lifshitz Dans la collection « Gauche/Droite » 01.20 (PDC : 01.15) Rolling (r) Documentaire de Peter Entell 03.00 Fin des programmes es horaires correspondentux codes PDC, auf indication contraire. 19.00 Sur les traces d’Hemingway avec Michael Palin (4) Série documentaire en quatre parties de Michael Palin Réalisation : David F. Turnbull et Martha Wailes (Grande-Bretagne, 1999-43mn) Coproduction : Prominent Pictures, BBC, ZDF, ARTE ZDF Michael Palin, ex-Monty Python et infatigable globe-trotter (le Tour du monde en 80 jours, D’un pôle à l’autre…), part sur les traces d’Hemingway. Épisode 4 À Cuba, Palin découvre que le petit hôtel où Hemingway habitait dans les années 30 a été transformé en musée. Il en va de même pour la Finca Vigia, sa résidence à l’extérieur de La Havane. C’est aussi là que l’on peut voir le bateau P i l a r sur lequel Hemingway partait à la pêche (durant la Seconde Guerre mondiale, il avait proposé son embarcation pour poursuivre les sousmarins allemands dans la mer des C a r a ï b e s !). Palin re n c on t re le « capitaine » qui accompagnait l’écrivain lors de ses l é g en d ai res parties de pêche : Carlos Fuente, 102 ans ! Puis il cherche à ret ro u- ver le souvenir de l’écrivain dans ses bars favoris. Hemingway, qui avait dû quitter à re g ret son île favorite pour cause de révolution castriste, est encore très apprécié a u j o urd’hui à Cuba… Revanche de l’histoire, Castro est l’un de ses plus grands fans ! Hemingway passe les dern i è res années de sa vie dans les montagnes Rocheuses. Il a le coup de foudre pour la Sun Va l l e y, dans l’Idaho, et s’installe à Ketchum. Il aime jouer les cow-boys en compagnie de Gary Cooper. Palin suit aussi les traces d’Hemingway dans le parc n a t u rel de Ye l l o w s t one. D ern i è re étape : retour à Ketchum, où l’écrivain se suicide d’un coup de carabine en 1961. 20.15 P rofession : pro f i l e r Réalisation : Claudius Gehr et Jens Hoffmann(2000-26mn) Coproduction : ARTE, Openeye TV ARTE G.E.I.E. Connaissance Reportage Comment arrête-t-on un tueur en série ? Portrait de deux profilers dans l’exercice de leur fascinant et inquiétant métier. Depuis le Silence des agneaux, c’est une spécialisation très à la mode au sein de toutes les polices. La mission du pro f i l e r : identifier et re c h ercher les tueurs en série, lesquels ne sont pas seulement des fantasmes de série noire. En Allemagne, le Dr Belitz, en étroite collaboration avec le Viennois Thomas Müller, enquête sur ce que la police appelle le « cas Lehmann » – du nom d’une victime, un homme d’une quarantaine d’années, sauvagement assassiné. Ce crime pourrait être l’œ u v re d’un tueur en série. Les deux pro f i- l e r s, qui s’inspirent des méthodes de travail du FBI, savent que leur intime conviction fait p artie de l’enquête. En s’appuyant sur les rituels morbides auxquels s’est adonné le me urtrier de M. Lehmann, ils essayent de reconstituer la personnalité du tueur et de f o urnir les clés qui permet t ront de l’arr ê t e r … Le jeune homme et la mer : cette semaine, le Python voyageur pêche à Cuba.
20.45 Srebrenica Une chute sur ordonnance Le 11 juillet 1995, l’enclave de Sre b renica, officiellement protégée par l’ONU, tombe aux mains des Serbes, qui se livrent aussitôt à une sanglante épuration ethnique. Comment expliquer que les Casques bleus ne se soient pas battus et que les frappes aériennes aient tant tardé ? Une enquête accablante qui souligne les responsabilités de chacun (ONU, Otan, Union euro p é en ne …). Présenté par Alexandre Adler Documentaire de Gilles Hertzog et Yves Billy Réalisation : Yves Billy (France, 2000-58mn) C o pr o du c t i o n : La Sept A RTE, Les Films du Village, Radio Television of Bosnia Herzegovina LA SEPTARTE Juillet 1995. En six jours, l’enclave de S re b renica tombe aux mains des Serbes. Les 400 Casques bleus hollandais, la F o r pronu, les avions de l’Otan n’interv i e n- nent pas. À peine les soldats de Mladic ontils investi la ville, le 11 juillet, qu’ils commencent l’épuration ethnique : en une semaine, 40 000 musulmans sont déport é s, plus de 7 400 sont massacrés. C’est le plus grand crime contre l’humanité commis en Euro p e depuis 1945. Or, la communauté internationale a laissé faire. L’Union européenne, le gouvernement bosniaque, l’Otan, les États- Unis, la Grande-Bretagne, la Hollande, la France… : chacun a joué sa part d’une partition fatale orchestrée par l’ONU. Qui est responsable de cette chute presque sur ordonnance ? La fatalité ? La machine « onusienne » ? Ses chefs ? Les puissances occidentales ? Une reconstitution accablante Que s’est-il passé exactement pendant les six jours qui ont précédé la chute de S re b renica ? Six jours d’atermo i e me n t s, d’a l ertes repoussées, de chassés-cro i s é s douteux et de reculades, jusqu’à la parodie finale de la retraite hollandaise et des raids – trop peu, trop tard, et étrangement ratés. Gilles Hertzog et Yves Billy re c on s t i t u en t, h e u re par heure, la chronologie de cette semaine absurde. Et posent les questions qui dérangent : pourquoi les soldats hollandais n’ont-ils rien fait ? Ne pouvait-on intervenir depuis la France ? Paris a-t-il envisagé une opération aéro p ortée, demandé le concours des Américains ? Le général Smith, numéro un en Bosnie, s’est-il éclipsé, dûment prévenu, pour laisser la « patate chaude » au général Janvier ? Pourqu o i celui-ci s’est-il, seul contre tous, opposé aux raids aériens ? A-t-on abandonné sciemment Sre b renica pour mieux d é f en d re Sarajevo ? Pour répondre à ces questions, les réalisateurs ont recueilli les témoignages des principaux acteurs politic o - m i l i t ai res du drame : le président bosniaque, son ministre des Aff ai res étrang è res de l’époque, l’adjoint de Kofi Annan aux Nations unies, le haut commissaire du HCR, un officiel américain alors au QG de la Forpronu, l’amiral Lanxade (ex-chef des armées françaises) et le général Quesnot (qui était auprès de Jacques Chirac). Voir également Au nom de l’humanité - Le tribunal de La Haye, d’Edina Ajrulovski, le 22 mars dans « Les mercredis de l’histoire ». La rue principale de Srebrenica en 1995. Autrefois musulmane à 80%, la ville est désormais entièrement serbe, et la mosquée rasée. Une coédition ARTE Éditions et les éditions L’Esprit des Péninsules, en partenariat avec France Info. À paraître le 17 mars 2000. Les droits d’auteur de ce livre seront intégralement reversés à l’association « Les femmes de Srebrenica ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :